Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 20:33

Contre toute attente, les anciens patrons de BSL ont été relaxés par le tribunal de Soissons.

Poursuivis pour détournement de fonds, ces Italiens avaient utilisé des fonds de l’entreprise basée à Billy-sur-Aisne après son rachat par leur groupe international. Ils ont expliqué qu’ils voulaient sauver la holding.

Le procureur de la République avait requis 60 000 € et 75 000 € et au moins douze mois de prison avec sursis pour chacun des prévenus.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2016 1 11 /01 /janvier /2016 11:36

Un préavis de grève illimité a été lancé par l’intersyndicale (CFDT, Unsa et FO) chez Keolis Sud Lorraine à partir d’aujourd’hui.

Ce préavis fait suite aux NAO (négociations annuelles obligatoires) qui n’ont rien donné concernant les augmentations de salaires. «On préférerait que ça se passe mieux plutôt que d’embêter ainsi les gens. Mais le pouvoir d’achat des agents est faible. On touche à peine le Smic après 20 ans d’ancienneté et la direction ne nous propose que 0,2 % d’augmentation en brut, c’est-à-dire rien ! Quand les résultats de l’audit comptable demandé par les syndicats ont été connus, et surtout les sommes faramineuses versées aux cadres, ce sont les salariés eux-mêmes qui ont demandé qu’il y ait une grève. Je pense qu’elle sera bien suivie, même si l’on se passerait bien de perdre une journée de salaire».

Le directeur de Keolis Sud Lorraine affirme qu’il ne pouvait pas proposer d’augmentation de salaire plus importante. «Notre société a été en déficit jusqu’en 2013. On est sorti du rouge depuis 2014, mais la situation est encore fragile. Nous avons proposé une augmentation de 0,6 % et la mise en place d’une mutuelle pour toute la famille. La direction n’a pas à rougir de la rémunération des agents de conduite qui ont également de nombreux avantages». Il ajoute également que sa société agit dans le cadre d’une délégation de services publics (transports) pour des collectivités publiques qui ont, elles aussi, connu une sérieuse baisse budgétaire. «On se doit de rester compétitif».

Keolis est un groupe public franco-québécois du secteur des transports de voyageurs, opérateur de bus, de métros et de tramways. Il exploite également des réseaux de cars, de vélos en location, de parkings, de navettes maritimes, de funiculaires, de trolleybus et de services aéroportuaires. La société, basée à Paris, est détenue majoritairement par la SNCF. La Caisse de dépôt et placement du Québec détient aussi des actions de propriété. Keolis fait partie de SNCF Mobilités.

Ce mouvement social ne vise que les lignes de cars gérées par cette compagnie Keolis : la ligne régulière du conseil départemental Troyes – Bar-sur-Aube – Laferté-sur-Aube, une partie des transports scolaires sur les secteurs de Brienne-le-Château, Vendeuvre-sur-Barse et Bar-sur-Aube, la ligne TER Troyes-Romilly (autocar), la ligne TER Troyes-Chaumont (autocar) et la ligne TER Vendeuvre – Bar-sur-Aube – Ville-sous-la-Ferté (autocar).

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2015 4 24 /12 /décembre /2015 23:51
Le chômage a diminué en Champagne Ardenne

Le chômage a diminué par rapport à la fin du mois d'octobre dans la région avec 785 demandeurs d'emploi de catégorie A en moins, portant le chiffre total à 76 128 en Champagne-Ardenne. Par rapport au mois d'octobre 2015, on observe une diminution de 1 %. Sur un an, il est en hausse de 0,1 %.

Par départements, on observe une augmentation dans les Ardennes de 0,1 % (+ 20 demandeurs d’emploi) soit 17 115 personnes inscrites à Pôle emploi, une baisse dans les autres départements : dans l’Aube, avec 20 019 personnes inscrites, - 2,1 % (- 423 demandeurs d'emplois) , dans la Marne, - 0,4 % (- 122 demandeurs d'emplois) avec 30 336 personnes inscrites et dans la Haute-Marne, - 2,9% (- 260 demandeurs d'emplois) avec 8 658 personnes inscrites.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi de catégorie A, B, C s'établit à 116 554. Ce nombre diminue de 0,2 % (soit - 178). Sur un an, il croît de 3,2 %.

Par départements, on observe une augmentation dans les Ardennes de 0,3 % (+ 82 demandeurs d’emploi) soit 25 071 personnes inscrites à Pôle emploi, et + 0,2 % (+ 114 demandeurs d'emplois) avec, dans la Marne, avec 48 169 personnes inscrites, une baisse dans les autres départements : dans l’Aube, - 0,8 % (- 238 demandeurs d'emplois) avec 29 557 personnes inscrites, et dans la Haute-Marne, - 1,0% (- 136 demandeurs d'emplois) avec 13 757 personnes inscrites.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A diminue de - 1,6 % pour les hommes (- 0,5 % sur un an) et diminue de 0,4 % pour les femmes (+ 0,7 % sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A de moins de 25 ans diminue de 2,5 % en novembre (- 9,0 % sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans diminue de 0,8 % ( + 0,5 % sur un an) et le nombre de ceux âgés de 50 ans et plus diminue de 0,6 % ( + 5,4 % sur un an).

Parmi l'ensemble des demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C, le nombre d'hommes diminue de 0,3 % en novembre ( + 2,8 % en un an) et le nombre de femmes reste stable (+ 3,7 % sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C de moins de 25 ans diminue de 1,5 % en novembre (- 4,5 % sur un an). Le nombre de ceux de 25 à 49 ans reste stable (+ 3,9 % sur un an) et celui des 50 ans et plus augmente de 0,2 % (+ 7,2 % sur un an).

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2015 2 22 /12 /décembre /2015 13:08

Les syndicats (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, UNSA) ont été réunis jeudi 17 décembre à la demande de la direction de l’usine de production d’Albéa (emballages de produits cosmétiques, du parfum et des soins bucco-dentaires, 560 salariés) de Sainte-Ménehould. Face à une baisse de 15 % de la production cette année, les responsables ont, entre autres, proposé aux salariés de travailler plus (2 heures par semaine en plus) pour un salaire équivalent et ont demandé une plus grande flexibilité.

Des propositions jugées inacceptables par l’intersyndicale qui a déclenché un mouvement de grève jeudi 17 décembre. Il devait durer jusqu’au 23 décembre, date à laquelle l’usine fermera ses portes pour les congés de fin d’année. Selon les responsables syndicaux, la grève était suivie par 90 % du personnel. «On s’est battu pour obtenir des acquis et on veut les garder. Si on accepte les propositions de la direction, on revient 15 ans en arrière».

Les responsables de l’usine argonnnaise ont convoqué hier lundi l’intersyndicale pour lui signifier qu’ils mettaient un terme «aux discussions sur le temps de travail». «La direction nous a demandés ce lundi de retirer notre préavis de grève, ce que nous avons accepté. C’est une victoire que nous avons pu obtenir grâce à la mobilisation des salariés». «Malgré tout, nous resterons vigilants pour la suite».

Le travail a repris.

Partager cet article
Repost0
21 décembre 2015 1 21 /12 /décembre /2015 11:14

Plus de 90 % du personnel soit une bonne quarantaine d’agents de la direction de l’entreprise et du développement du territoire, rattachés à la banque postale ont fait grève la semaine dernière.

Le premier motif de cette grogne est l’inégalité de rémunération des salariés, qui ont la même ancienneté et obtenu les mêmes promotions. «L’écart peut aller jusqu’à 270 euros par mois».

Ils protestent également le non-respect des accords concernant la rémunération bancaire variable des conseillers commerciaux.

Ensuite, ils dénoncent le manque de dialogue avec la direction.

Enfin, ils s’élèvent contre la dégradation des conditions de travail. « Il manque du personnel. Treize personnes sont parties en un an et demi et aucune n’a été remplacée».

Le mouvement de grève est local, et ne fait pas suite à un appel national.

Le préavis de grève a été déposé pour une durée illimitée.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 14:24

Après un premier débrayage, le samedi 5 décembre, qui avait perturbé les accès à l’hypermarché Cora de Charleville une partie de la matinée, le syndicat appelle une nouvelle fois le personnel à la grève, cet après-midi de 13 h 30 à 16 heures.

Le désaccord porte sur la volonté de la direction d’ouvrir le magasin tous les dimanches matin. Projet prévoyant une rémunération majorée de 30 % et un maximum de six dimanches travaillés par an et par salarié. FO, qui rejette cette perspective, propose de passer le nombre d’ouvertures dominicales exceptionnelles de cinq aujourd’hui, à douze, sur la base du volontariat et avec le doublement du salaire.

Les rencontres successives entre syndicat et direction depuis le début du mois n’ont pas permis de trouver un terrain d’entente.

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2015 6 19 /12 /décembre /2015 14:15

Porté par l'essor de l'e-commerce, le marché du transport de colis est en croissance régulière, tandis que le volume du courrier traditionnel recule.

La Poste expérimente ce dimanche la livraison de colis avant Noël, sur la base du volontariat de ses salariés dans sept grandes villes, dont Reims (Paris, Lille, Bordeaux, Nice, Rennes et Lyon). Pour la première fois, La Poste a décidé de livrer des Colissimo durant la matinée (entre 9h et 12h) du dimanche 20 décembre, précédant Noël.

La rémunération des agents est celle prévue par les textes en vigueur à La Poste : un salarié (de droit privé, 50% des effectifs environ) qui assurera 3 heures de travail bénéficiera de l'équivalent de 6 heures de rémunération + 3 heures de repos supplémentaire. Un fonctionnaire (50% des effectifs environ) qui assurera 3 heures de travail bénéficiera quant à lui de 6 heures.

Selon un responsable du groupe La Poste, "Cette opération est une opération dont les enseignements seront tirés ultérieurement. Il n'y a pas à ce jour d'autre projet de livraison de Colissimo le dimanche".

Les syndicats craignent une "banalisation du travail du dimanche", y voyant un "risque, à terme, de travail supplémentaire sans salaire supplémentaire ni repos compensateur".

Partager cet article
Repost0
18 décembre 2015 5 18 /12 /décembre /2015 23:06

Jeudi, entre 12 et 15 heures, une vingtaine de salariées des Galeries Lafayette ont répondu à l’appel de Force Ouvrière et distribué des tracts aux nombreux passants de la rue de Vesle à Reims pour faire connaître leur situation.

Elles dénoncent des salaires et des augmentations de salaires ridicules, la réduction des effectifs, des déséquilibres dans le travail du dimanche, et une considération inégale. Seuls les vendeurs et vendeuses de Paris Haussman ont eu droit à une prime de 1 000 euros.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2015 4 17 /12 /décembre /2015 10:37

Depuis février 2015, la maison mère russe de NLMK coating, spécialisée dans le laminage et l’électrozingage de tôles d’acier, a décidé de stopper les déficits de ses filiales européennes, en mettant notamment en vente l’usine beautoroise. Face à la concurrence avec les produits galvanisés, une surproduction mondiale et, depuis quelques mois, un prix en chute libre (baisse de plus de 100 euros la tonne), le marché de l’acier est en crise.

Si au printemps et en début d’été, des espoirs étaient permis à l’établissement axonais, avec cinq repreneurs potentiels, aujourd’hui seule «une société semble toujours en mesure de nous reprendre. Le nom de cette société ne nous a pas été révélé, mais les bruits laissent fortement entendre qu’il s’agirait de Mutares, spécialisée dans le rachat d’entreprises dans le but d’opérations financières», déclare un collectif de salariés qui a souhaité garder l’anonymat «par peur de représailles». Mutares doit notamment gérer le plan de sauvegarde de Pixmania (commerce électronique).

«La quasi-totalité des salariés (hormis 1 à 2 personnes) sont contraints de poser des congés pendant les deux semaines des fêtes de fin d’année, mais la direction a insisté sur le fait que personne ne doit être présent sur le site, chose inédite. Même les travaux préparés et planifiés sont reportés». Plus encore, le manque de perspectives sérieuses, «de projet industriel innovant», dans les dossiers proposés, étonne. «Comment peut-on être intéressé par la reprise d’un site comme le nôtre, sans projet industriel ?». D’après ce collectif, «il ne s’agit pas d’un rachat mais de cession avec une aide financière». Le groupe n’étant d’ailleurs «plus vraiment enclin à prendre la décision de vendre. Il a été demandé aux délégués syndicaux de se positionner sur la poursuite ou non des négociations». Même si un repreneur se fait connaître, «le site semble condamné» et surtout les 215 salariés.

Le cabinet Syndex, mandaté par le comité d’entreprise, dans le cadre du droit d’alerte, pour éplucher les comptes, a été mis à l’écart du «La direction souhaite que celui-ci ne soit plus impliqué».

Face à ces inquiétudes, la direction de NLMK Europe indique «qu’à ce jour, il n’y a pas de décision priseles négociations avec les acquéreurs se poursuivent. Toute évolution sur le dossier sera communiquée en comité d’entreprise».

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2015 3 16 /12 /décembre /2015 09:59

La direction de la SNCF a expliqué hier ses intentions quant à l'avenir du Technicentre de Romilly-sur-Seine devant les 550 agents du site.

Après des mois d'études, c'est bien le parc de l'aérodrome à l'entrée de Romilly qui est actuellement privilégié pour l'implantation du futur pôle d'excellence SNCF en réparation de pièces détachées. Ces dernières semaines, un autre terrain situé près de Cycleurope avait été envisagé. La direction affirme cependant ne pas avoir encore tranché - elle doit notamment négocier l'achat de terrain avec la mairie de Romilly.

Selon les représentants de la CGT (la CFDT et l’UNSA ont quitté l’intersyndicale début décembre), la SNCF a en tout cas réenfoncé le clou en confirmant que le nouveau Pôle ne serait pas sur le site historique mais sur un site dépourvu de rails…

Concernant les emplois, pas de nouveauté : 250 départs volontaires ou mutations seront favorisés. 275 agents seraient mutés sur le pôle d'excellence. 25 cheminots resteraient sur le site historique pour faire du recyclage de rames aux côtés de 75 personnes d'une société privée.

Dans le nouveau périmètre régional, rien n'a encore été formalisé.

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2015 4 10 /12 /décembre /2015 12:54

Le groupe suédois Hilding Anders va fermer son usine Timbo à Lusigny-sur-Barse. Seulement cinq des trente et un salariés ont accepté leur transfert dans un autre site du groupe.

La rumeur était persistante depuis quelques semaines. C’est désormais malheureusement une réalité : l’usine Timbo, qui fabrique des sommiers de relaxation électriques à Lusigny-sur-Barse, fermera ses portes définitivement avant le printemps 2016.

L’information a été confirmée par le directeur général du groupe Hilding Anders France qui avait racheté l’entreprise auboise en 2007.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2015 2 08 /12 /décembre /2015 17:38

L’intersyndicale CGT-CFDT-UNSA de l’hôpital Auban-Moët à Épernay a lancé un mouvement de grève ce mardi 8 décembre pour protester contre le PRE, plan de retour à l’équilibre "et ses conséquences sur la prise en charge des patients, la qualité des soins et le personnel, à bout de souffle".

Une trentaine de personnes se sont retrouvées devant le bâtiment de la direction, munis de banderoles et de sifflets.

Le centre hospitalier, avec un déficit affiché de 4,5 millions d’euros pour l’année 2015, auxquels s’ajoutent des déficits cumulés de 12 millions d’euros selon l’intersyndicale, est dans une situation critique. Celle-ci estime que "cette situation financière catastrophique est due aux erreurs répétitives de gestion sur des projets stratégiques pour l’avenir de l’hôpital". Et de demander «la dissolution de l’équipe de direction», qu’elle juge "incompétente".

De son côté, la direction rétorque que cette situation est pour partie due «à l’activité insuffisante de l’établissement, le nombre de séjours hospitaliers ayant baissé». Et de préciser : «Les membres de l’équipe sont très bons, certains sont même reconnus dans la région».

Mouvement de grève à l'hôpital d'Épernay

La mobilisation ce matin dénonce le plan de retour à l'équilibre financier. Il envisage notamment la fermeture du service pharmacie, du laboratoire et la suppression de 100 à 150 emplois dont des médecins.

Partager cet article
Repost0