Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2013 5 20 /09 /septembre /2013 21:39

Ce matin, lors d'une réunion extraordinaire, les représentants du personnel de l'entreprise Bosal le Rapide de Beine-Nauroy ont été informés que leur entreprise allait être mise en redressement judiciaire. Le dossier devait être déposé dans la journée.

Ce n'est pas la première crise pour l'usine qui emploie actuellement 60 salariés. Il y a deux ans, Bosal le Rapide avait cessé l'activité "attelages" et licencié 86 personnes.

Il ne reste plus désormais sur le site marnais que l'activité "galeries". Cet été, l'atelier a connu plusieurs jours de chômage technique et, depuis la rentrée, le personnel rattrapait les retards pris au mois d'août.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 09:41

Après douze mois éprouvants conclus par une vague de licenciements et une réorganisation importante du site baralbin,où en est-on ?

Fraîchement créé suite à la liquidation d'Atmosphères Interiors et à la reprise des actifs de Sévérac-le-Château par la ville de Bar-sur-Aube et la CCRB, l'établissement secondaire Diva compte aujourd'hui 100 salariés. Des ouvriers qui produisent toujours des canapés dits classiques mais, et c'est la nouveauté, fabriquent également des canapés d'une gamme supérieure.

Avec 90 salariés, la société Latfoam qui fabrique banquettes, BZ, Clic-clac se porte plutôt bien.

Cipal semble être aujourd'hui le fer de lance du site baralbin. 130 ouvriers y fabriquent des produits de marque Simmons à destination de la grande distribution.

Entreprise de services (livraison etc) en lien avec les autres sociétés baralbines du groupe, la santé de Logibar, 80 salariés, dépend de l'activité du site.

La création d'un atelier de production de matelas sans marque était au cœur des tractations politiques. Pour rappel, l'État (500 000 €), la Région et le conseil général (150 000 € chacun), la communauté de communes et la Ville de Bar-sur-Aube (25 000 € chacune), ainsi qu'un fonds d'investissement privé (150 000 €), s'étaient engagés à soutenir ce projet. «Cette activité devrait pouvoir démarrer dans le courant du premier trimestre 2014. Pour développer cet atelier complémentaire, nous apportons, comme c'était promis, 1,2 million d'euros d'équipements qui doivent encore arriver. L'apport du million d'euros de la part des institutions nous a été confirmé par un courrier du préfet». Cette activité sera reliée à la société Latfoam.

Annoncée en 2012, l'unité de recyclage est loin de voir le jour, même si elle demeure un objectif : le groupe a été retenu dans le cadre de l'appel d'offres d'Éco mobilier, qui est l'éco-organisme en charge du retraitement des vieux matelas. Prochainement, l'éco-organisme va lancer des appels à projets. Le processus va ensuite suivre son cours. Les décisions devraient être rendues en début d'année prochaine.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 09:34

Ce matin à 11 h 30, des salariés non grévistes de l'usine Arkema, en repos, et des anciens salariés de la chimie, vont effectuer un barrage filtrant avec distribution de tracts route de Soissons.

Cette action est programmée au moment où se déroule le comité central d'entreprise durant lequel la direction doit confirmer la fermeture du site.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 09:29

La grève qui a débuté le 15 juin dernier pour protester contre la réforme de la filière est donc suspendue. «Les agents qui ne seront pas nommés adjudants auront droit à une compensation financière due à la perte de la nouvelle bonification indiciaire».

Par ailleurs, la création de 40 postes d'adjudants a été décidée dans le département (de 79 à 119), sans compter le départ en retraite jusqu'en mai 2019 de 32 d'entre eux. Cet accord, dont la signature officielle aura lieu lundi prochain, a été accepté par l'intersyndicale FA-CGT.

Une commission administrative paritaire sera organisée en décembre, et «s'ils ne s'engagent pas à nommer les premiers adjudants avant fin 2013, on retournera faire un tour au SDIS».

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 09:01

D'abord, la production de bicyclettes quittait les ateliers de MBK, suivie par la sortie de l'ultime «Bleue». Prochainement, ce devrait être au tour des hors-bord de dire «adieu» aux ateliers saint-quentinois. C'est ce qui a été envisagé très sérieusement lors de la réunion, lundi matin, du comité extraordinaire d'entreprise de MBK. La maison-mère, Yamaha motor group, change ainsi de cap et de stratégie.

Fini les hors-bord, le plus gros employeur privé de l'Aisne ne se consacrera désormais plus qu'au développement de sa production de deux-roues. l'usine va délocaliser sa production de hors-bord (28 000 unités par an soit 12 % du chiffre d'affaires) en Thaïlande.

MBK va récupérer une partie de la production japonaise de motos haut de gamme destinée à l'Europe afin de la rendre attractive et l'adapter au souhait des clients occidentaux. L'activité deux-roues serait également renforcée grâce à la création d'une «activité injection plastique» - transformation de billes de plastique en pièce de carénage - jusque-là occupée par les sous-traitants de Yamaha motor group. Le projet prévoirait également de développer la production du nouveau scooter saint-quentinois : le Yamaha X max 400, en fabrication depuis avril.

Emploi : statu quo. Résultat : ni gain ni perte de masse salariale. Reste que des formations seront mises en place pour les salariés réaffectés à de nouveaux postes. Les éventuelles créations d'emploi qui découleront de ces nouvelles activités «dépendront des résultats obtenus». En attendant, MBK engage un processus d'information consultation du comité d'entreprise pour ce projet dès la fin du mois.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2013 4 19 /09 /septembre /2013 07:49

odcf-manif-croix-20130918.jpgLe 1er octobre prochain, les salariés d'ODCF/Wayne Dalton devraient en savoir plus sur leur avenir. Ce jour-là, la cour d'appel de Reims se prononcera sur une éventuelle liquidation judiciaire de la société qui fabrique des portes de garage.

En attendant, le personnel maintient la pression. Des salariés mobilisés encore cet après-midi avec un rassemblement devant l'usine au cours duquel ils ont planté une cinquantaine de croix. Chacune d'elles portait le nom d'un des 63 salariés de l'entreprise. Une action symbolique destinée à ne pas se faire oublier.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 10:21

Des tensions très vives sont apparues ces dernières semaines chez Tecsom à Glaire. Alors que le PDG du géant chinois Kaili avait annoncé, il y a moins de deux mois, un rapprochement inédit avec l'entreprise ardennaise, on assiste à un virage à 180 degrés. Des actionnaires historiques et majoritaires se déclarent hostiles à cette union.

Dans le même temps, la société, même si elle connaît une activité encourageante depuis un an, avec un chiffre d'affaires en hausse de 18 %, est toujours en redressement judiciaire, et peine à rembourser sa dette de quatre millions d'euros.

Le numéro 3 chinois de la moquette emploie 1 200 salariés et réalise un chiffre d'affaires de 120 millions d'euros.Tescom emploie 120 salariés.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 17:29

sodi novembre 2012Comme prévu, la conciliation organisée hier devant le conseil des prud'hommes a échoué. L'audience de jugement aura lieu le 16 décembre prochain.

Si l'audience de jugement devant le conseil des prud'hommes a bien lieu le 16 décembre prochain, la décision, qui pourrait être revêtue d'une exécution provisoire, serait rendue au début de l'année 2014. En cas d'appel, un nouveau procès aurait certainement lieu en fin d'année.

Cet été, le liquidateur avait trouvé un million d'euros pour faire une proposition transactionnelle à chaque salarié qui variait entre 16 000 et 22 000 € bruts en échange d'un abandon de toutes les poursuites. Six salariés sur les 52 l'ont acceptée.

Chaque salarié de Sodimédical qui n'a pas accepié la transaction demande 100 000 € de dommages et intérêts. Ils demandent surtout que ce ne soit pas seulement Sodimédical, placée depuis un an en liquidation judiciaire, qui soit condamné, mais le groupe Lohmann et Rauscher en qualité de co-employeur des 52 salariés de Plancy-L'Abbaye.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 17:13

Des salariés de Téléperformance France, ex Tech city, ont manifesté ce midi devant leurs locaux de Claimarais à Reims, derrière la gare. Ils étaient une trentaine à dénoncer la perte de leurs avantages depuis la fusion, avec notamment de nouveaux embauchés avec des salaires moindres. Ils devaient se consulter sur la suite à donner à ce mouvement.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 14:56

arkema-20130912.jpgLe site Arkema Chauny va fermer et 71 personnes en CDI vont connaître ce que tant d'autres, déjà, dans tant d'autres entreprises, ont connu à Chauny.

Hier matin, une réunion au siège d'Arkema a débouché sur la décison de convoquer un CCE, qui se tiendra le 19 septembre à Paris, avec, à l'ordre du jour, l'arrêt de l'activité sur le site chimique chaunois. Ce projet sera présenté, le lendemain, dans le détail au personnel concerné, lors d'un CE extraordinaire.

Le plastifiant produit par Arkema Chauny est suspecté de toxicité et, à ce titre, inclus dans une liste de produits à risques. En 2010 puis en 2012, des essais de reconversion avaient été entrepris par Arkema pour la réalisation d'un plastifiant non toxique. Le partenaire envisagé se retira.

La suite logique de la fermerure est l'entrée dans un plan social, qui verra des solutions de mobilité proposées aux 71 salariés, dans un premier temps, dans le groupe Arkema, puis dans un éventuel deuxième temps en externe. «Nous avons au minimum une centaine de postes à pourvoir, chez Arkema France et ses filiales, sur une vingtaine de sites industriels». Les sites les plus proches sont ceux de Ceca Feuchy (Arras dans le Nord), Villers-Saint-Paul (Oise), Serquiny (Normandie) et Carling (Moselle).

Ce matin, dès 6 h 30, sans arrêter la production, les salariés ont bloqué la grille d'entrée de l'entreprise, installé des banderoles, des messages de colère et allumer un feu pour manifester leur mécontentement à la directrice de la Buisness unit Acryliques d'Arkema.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 09:14

Sodimédical-copie-1Au cœur de l'été, une «proposition transactionnelle» a été faite aux salariés de Sodimédical. Par courrier, le liquidateur de l'entreprise de Plancy-L'Abbaye a proposé aux salariés licenciés entre 18 000 et 22 000 € selon l'ancienneté, en échange d'un abandon de toute poursuite contre la société Sodimédical mais aussi contre l'ensemble du groupe Lohmann & Rauscher.

Sodimédical employait 52 salariés à Plancy-l'Abbaye. Après deux ans de batailles juridiques, le tribunal de commerce de Troyes avait décidé de liquider la société. C'était il y a tout juste un an. Depuis, aucun des 52 salariés n'a retrouvé d'emploi durable.

Les ex-salariés de Sodimédical vont se retrouver prochainement devant le conseil des prud'hommes de Troyes.

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 08:21

Le tribunal de commerce de Sedan a validé la proposition de reprise de l'abattoir de Rethel.

42 postes seront donc sauvés, ainsi qu'une création de poste pour le directeur commercial. Le site sera repris pour la somme symbolique de trois euros, mais avec un investissement d'1,7 million d'euros.

L'aval du tribunal obtenu, c'est la procédure de licenciement économique qui s'enclenche dès à présent. Un délai d'un mois a été donné pour choisir les 12 salariés qui seront licenciés.

"C'est l'administrateur judiciaire qui déterminera quels seront les salariés qui resteront et qui partiront selon des critères fixés par la loi". Seront pris en compte les charges de famille, en particulier celles des parents isolés, l'ancienneté, la situation des salariés présentant des caractéristiques sociales rendant la réinsertion professionnelle difficile, ou encore les qualités professionnelles appréciées par catégorie. Les salariés devront encore patienter avant de connaître leur sort.

Partager cet article
Repost0