Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2013 2 26 /02 /février /2013 10:38

Suite à l'enquête sur les pesticides (insecticides, fongicides, herbicides, parasiticides) retrouvés dans les cheveux d'ouvriers viticoles et de riverains dans le Medoc, les langues commencent à se délier en Champagne.

Quelles utilisations les viticulteurs font-ils des produits phytosanitaires ? «En la matière, on est champion de France et peut-être champion du monde», glisse un viticulteur.

Pour suivre l'évolution de la consommation de pesticides, les agriculteurs ont un outil : l'indice de fréquence de traitement (IFT). Il indique le nombre de traitements à pleine dose pour un hectare. En Champagne, l'indice de référence est de 23,82. Un chiffre bien supérieur à ceux des autres régions viticoles françaises (18 en Aquitaine, 13 en Alsace) et un chiffre bien supérieur aux autres cultures (5,2 pour les grandes cultures en Champagne-Ardenne par exemple).

Selon Agrest, il y aurait 2 traitements pour les herbicides, 7 contre le mildiou, 7 contre l'oïdium, 2 contre le botrytis, et en moynne 2 contre les insectes.

Alors pourquoi la viticulture champenoise est-elle si friande de pesticides ? La faute au climat principalement. L'humidité favorise le développement des champignons (mildiou, oïdium) et nécessite des traitements répétés avec des fongicides. Les Champenois sont aussi les seuls avec les vignerons charentais à généraliser les apports d'azote minéral. Près de 80 % du vignoble en reçoit tous les ans. Objectif : obtenir un meilleur rendement. Et qui dit rendement élevé dit vignes plus fragiles et risques de maladie.

Toutefois, les choses évoluent et la tendance est à la diminution des traitements. Pour des raisons de respect de l'environnement mais aussi économiques. Les produits phytosanitaires représentent en effet un poste de dépenses important dans les exploitations viticoles, à quoi s'ajoute une réglementation de plus en plus précise entraînant des investissements parfois lourds.

Partager cet article

Repost0

commentaires