Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 08:36

dhl-Nogent-20130709.jpgDes salariés du site de DHL (transport et logistique) ont décidé de bloquer dimanche soir la partie du site dédié au transport, en empêchant les camions de livraison de sortir.

La raison ? Suite à une alerte sociale restée sans réponse, le syndicat Force ouvrière a appelé, dimanche, les 115 salariés, travaillant pour les deux activités, à la grève. Dimanche soir, à la prise du service, dès 22 h, ils étaient ainsi une dizaine à bloquer les grilles avec leurs véhicules. Dans l'enceinte du site, deux poids-lourds DHL (sur les vingt-quatre que compte le site), prêts à partir en livraison, n'ont finalement pas pu sortir.

«Il y a un an, en avril, la direction nous a cassé les accords qui permettaient des repos compensateurs assez conséquents et on a perdu environ 400 € par mois. On nous a dit que c'était la conjoncture actuelle. Et un an après, on en est à des situations aberrantes». «Il y a trois mois, il y a une remorque qui s'est décrochée sur le rond-point». Les salariés dénoncent aussi des «douches insalubres», «un WC pour quarante chauffeurs», «un plancher qui s'écroule». «J'ai un chariot une palette mais je suis obligé de mettre deux palettes. C'est dangereux mais si je ne le fais pas, je suis un fainéant».

«On nous met en repos à tout bout de champ alors qu'il y a seize intérimaires qui travaillent pour nous éviter qu'on fasse trop d'heures». Des salariés qui veulent juste «travailler dans de bonnes conditions» : des chauffeurs qui ne veulent pas être prévenus le dimanche soir, en arrivant pour prendre leur service, qu'ils ne travaillent pas le mardi ou encore ne veulent pas prendre leur service un jour à 20 h et le lendemain à 4 h du matin. Et de dénoncer le manque de rythme qui ne facilite pas leur repos et donc la sécurité sur la route.

Dimanche soir, un seul camion a pu sortir. Lundi, des membres de la direction générale, attendus par les grévistes, se sont déplacés à Nogent. «Ils ont fait le tour du parc pour se rendre compte de la vétusté des remorques et se sont engagés à fournir des sanitaires incessamment sous peu. Ils ont aussi annoncé une réunion de CHSCT extraordinaire le 17 juillet».

Devant ce geste, les grévistes ont décidé d'assouplir le blocage, dans un premier temps, puis de le lever, avant l'entrée en négociations vers 15 h 30. «Des propositions ont été faites mais qui ne nous satisfont pas». Les salariés affirment vouloir rester vigilants et être prêts à mener d'autres actions à l'échelle du groupe si les engagements n'étaient pas respectés…

Partager cet article

Repost0

commentaires