Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2014 7 23 /11 /novembre /2014 10:55

«On n’arrive pas pour licencier, La clinique de Vitry a toujours un avenir au sein du groupe». C’est ce qu’assurait le PDG de Courlancy, en janvier 2011, au moment de l’acquisition du petit établissement vitryat (19 lits à l’époque) par le géant rémois de la santé privé (1 100 lits). Au moment du rachat de la clinique de La Renaissance, Courlancy annonçait l’intervention de nombreux médecins du groupe à Vitry et la couverture de nouvelles spécialités comme la chirurgie de l’épaule ou l’orthopédie.

En février 2013, l’établissement subissait une réorganisation qui avait inquiété le personnel, y compris des médecins. Courlancy avait décidé de procéder à des opérations seulement deux jours par semaine. Six postes sur 18 avaient été supprimés, et les agents concernés avaient été déployés dans d’autres cliniques du groupe.

Aujourd’hui, tandis qu’il construit, à Bezannes, une nouvelle clinique à 140 millions d’euros, Courlancy décide d’abandonner la réalisation d’opérations chirurgicales sur son site vitryat.

Le 31 décembre, le bâtiment de la rue du Bac deviendra un simple «centre de consultation», annonce le PDG, confirmant un bruit qui court depuis déjà un certain temps. Les patients pourront venir voir des spécialistes sur place, mais seront opérés à Châlons-en-Champagne ou à Saint-Dizier, où Courlancy est propriétaire les cliniques Priollet et François-Ier.

«On n’avait pas assez d’activité. Cela n’avait plus de sens de garder cette clinique. Environ 900 actes étaient réalisés chaque année à la clinique de la Renaissance alors qu’il en faudrait au moins 2 500. Elle aurait dû fermer depuis des années ! Avec la baisse des tarifs, il faut mutualiser, préconise le chef d’entreprise. Les médecins connaissent la situation, ils ne peuvent pas trouver ça anormal».

À ce jour, le PDG estime que deux jours d’opération par semaine est un créneau «insuffisant pour faire vivre la clinique».

Actuellement, La Renaissance ne compte plus que neuf salariés. Le PDG affirme qu’une «solution personnalisée» leur sera proposée pour intégrer, là encore, une autre clinique du groupe.

Partager cet article

Repost0

commentaires