Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 09:30

Les ex-Sandvik ont bien négocié leur prime supra-légale. «Les négociations sont terminées. On a obtenu comme Arkema, 50 000 euros net en prime supra-légale pour chacun des 33». C’est une chose, mais…

«Mais le comité d’entreprise a émis un avis négatif sur le plan social et l’organisation de ce qui reste» – à savoir 16 personnes dont 8 pour la gestion des pièces d’usure et 4 du service après-vente de Sandvik meaning construction France.

Ce qui ne passe pas, c’est que les ex-Sandvik doutent de l’arrêt de la fabrication du concasseur chaunois.

«Ils en ont 10 à faire, en sous-traitance dans la région, alors que cela faisait partie de nos produits, avec dans le groupe une machine exclusive à Chauny. Et l’on doute de la réelle économie à faire faire ailleurs les gros cribles (trieurs de cailloux pour les carrières) qui étaient la fabrication principale chaunoise et qui vont être produits en Ukraine, Pologne, Chine, Inde…»

Ce qui ne passe pas, c’est que le groupe Sandvik veut se séparer de l’immobilier «à bas prix, voire l’euro symbolique» au profit de l’entreprise métallurgique de matériel agricole Deboffles «qui abandonne son site de Gauchy pour Chauny, qui entrerait en possession des murs, et louerait à Sandvik des locaux pour son restant de personnel chaunois ainsi qu’à Metal Europe (concasseurs, Tergnier) sur la partie mécanique du site».

Il y aurait à la clé la promesse de reprise parmi les 33 ex-Sandvik de chaudronniers et mécaniciens (une dizaine de personnes) par les deux entreprises entrantes. À suivre…

Partager cet article

Repost0

commentaires