Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 12:24

La ministre des affaires sociales et de la santé, vient de mettre fin aux fonctions du professeur Hervé Curé, placé à la tête de l'Institut Jean-Godinot (IJG) depuis le départ du professeur Jean-Nicolas Munck en 2006. Le directeur général du centre de lutte contre le cancer pour la région Champagne-Ardenne s'est vu signifier la fin de son mandat dans le courant de la semaine.

Le mandat d'Hervé Curé, professeur des universités et praticien au CHU de Reims, posait à ce point problème qu'il a été écourté moins de deux ans après son renouvellement en octobre 2011, pour une durée de cinq ans. Ceci étant dit, le directeur de l'IJG n'a jamais fait mystère des difficultés financières que traversait le centre de lutte contre le cancer dont l'une des caractéristiques est de ne pratiquer aucun dépassement d'honoraires et de salarier ses médecins selon la convention collective des centres (une vingtaine en France).

À l'occasion du cinquantième anniversaire de l'institut, le professeur Curé avait d'ailleurs prié le représentant de l'Agence régionale de santé, les élus locaux et les partenaires de la société civile de construire ensemble «un contrat de retour à l'équilibre financier raisonné et raisonnable qui évite des chutes aussi brutales de nos financements».

L'IJG, établissement de santé privé d'intérêt collectif, bénéficie de subventions mais il étoffe aussi son budget par la grâce de généreux donateurs. Les associations ne sont pas les dernières à apporter leur obole à ce centre à but non lucratif, qui emploie quelque 450 salariés, dont une quarantaine de médecins et chercheurs. Leurs actions favorisent l'accomplissement des missions de service public hospitalier (soin, recherche, enseignement, dépistage et prévention) auxquelles participe l'IJG. Par exemple, le cancer du sein, qui concerne une femme sur huit dans notre région, est une des premières pathologies traitées à l'Institut Godinot avec la «polyclinique du sein» ouverte en juillet 2012.

C'est pour que l'IJG garde sa vitesse de croisière qu'il a été immédiatement pallié au départ précipité d'Hervé Curé. Celui-ci assurera l'intérim jusqu'à la désignation d'un nouveau directeur général avant la fin de l'année.

Partager cet article

Repost0

commentaires