Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2014 6 17 /05 /mai /2014 12:27

«Assurer la sécurité et la sérénité des Rémois est la priorité».

Lors d'une visite nocturne au centre de supervision urbain, où «L’ensemble du dispositif a été mis en service en février 2008. À titre expérimental d’abord, la vidéosurveillance a montré, depuis, son utilité. Elle évite le passage à l’acte. Elle permet d’agir en flagrant délit et d’amener des éléments de preuves pour les enquêtes judiciaires», il souhaite le déploiement de 150 caméras, «dans tous les quartiers, aux abords de tous les centres commerciaux comme des galeries marchandes».

«J’ai pris il y a quelques semaines, un arrêté anti-mendicité. Il est évidemment impossible d’éradiquer ce type de comportement mais il est vrai que cela contribue au sentiment d’insécurité. Ce n’est agréable ni pour les touristes ni pour les Rémois».

Il annonce que «La police municipale va monter en puissance. Nous allons doubler le nombre de policiers . Ils sont aujourd’hui 80 mais seulement neuf assurent la surveillance nocturne. L’idée est d’établir des patrouilles dans chaque quartier».

Tripler le nombre de caméras, doubler l’effectif de la police municipale… Un tel projet a un coût : «Une fois le dispositif déployé : 7 millions d’euros par an».

Un état des lieux sur la sécurité à Reims est en cours. Un comité de pilotage est déjà sur pied. «Il rendra ses recommandations et préconisations pour l’implantation de nouvelles caméras début juin».

Souriez, vous êtes filmés !

Partager cet article
Repost0
29 mars 2014 6 29 /03 /mars /2014 08:24

«Les faits remontent au 23 mai dernier. Anthony (16 ans) ne prenait même pas le train, il ne faisait que traverser la gare par le souterrain de Clairmarais comme tous les jours en rentrant du collège. L’agent l’a verbalisé pour utilisation d’instrument sonore. Le PV était de 45 euros mais comme le jeune ne pouvait pas payer tout de suite, il lui a ajouté 30 euros de frais de dossier», dénonce le président de l’UFC Que Choisir.

L’association de défense des consommateurs s’est emparée du dossier car l’amende de 45 euros s’est transformée avec le temps en procédure de recouvrement du Trésor public et s’élève à 300 euros. «Naturellement la maman d’Anthony a trouvé l’amende injustifiée. Elle n’a pas voulu la régler et se retrouve aujourd’hui avec une forte majoration».

L'UFC a fait un courrier à la SNCF, à la fois pour solliciter l’annulation de l’amende et pour avoir des explications : «Je leur ai demandé de justifier ce PV. Anthony ne se promenait pas avec un porte-voix ou une grosse radio sur l’épaule, il avait seulement des écouteurs de téléphone. L’usage du téléphone est-il interdit par la SNCF ? Dans les trains, un pictogramme invite les passagers à se rendre sur les plateaux prévus à cet effet mais il n’y a rien de tel dans la gare ou sur les quais».

Dans un courrier daté du 24 mars dernier, la direction juridique de la SNCF a répondu en rappelant un décret de… 1942 qui interdit «à toute personne de faire usage sur les quais des gares d’appareils ou instruments sonores». En conséquence «l’infraction étant constituée», la verbalisation est justifiée.

«La SNCF veille à la tranquillité et au confort de ses voyageurs, c’est dans ce contexte que ce garçon a été verbalisé». Qu’il se soit trouvé sur le quai de la gare et non dans un train n’a pas d’incidence.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2014 6 08 /03 /mars /2014 08:35

«La parité, c’est une connerie ! On va forcer les femmes à faire de la politique alors qu’elles n’en ont pas forcément envie. Dans ma profession, j’ai affaire à de plus en plus de femmes. Il y en a de très compétentes mais elles nous pourrissent la vie. Elles seraient mieux avec des casseroles à faire de la confiture

De qui est cette phrase ? Du maire de Crécy-sur-Serre et conseiller général divers droite de l'Aisne. Cette phrase faisait partie d'un entretien donné à L'Aisne nouvelle en octobre 2013 à propos du redécoupage des cantons et l'élection d'un  binôme homme-femme.

Ce quoi une de ses collégues lui avait répondu : «Vous allez voir, des hommes vont disparaître. Ils vont vivre des moments douloureux.»

En cette journée de la femme, ce forgeron de métier vient d'être élu macho de l'année.
                                                                              

Partager cet article
Repost0
25 février 2014 2 25 /02 /février /2014 12:32

Alors que pour les élections municipales de 2008, seuls les candidats des communes de 3 500 habitants et plus devaient faire une déclaration de candidature, pour les élections municipales 2014, tous les candidats, quelle que soit la taille de la commune, doivent déposer une déclaration de candidature.

Dans une commune de moins de 1 000 habitants, les déclarations de candidatures sont individuelles et ce même en cas de candidature groupée.

Dans une commune de 1 000 habitants et plus, les candidatures doivent être effectuées sur une liste comprenant autant de candidats qu’il y a de conseillers municipaux à élire. Les candidats sur la liste doivent alterner un candidat de chaque sexe. Ainsi, si le premier candidat est une femme, le second doit être un homme et le troisième une femme et ainsi de suite.

En 2014, seront également élus les conseillers communautaires. Ils seront élus en même temps que les conseillers municipaux : chaque liste de candidats au conseil municipal désigne aussi des candidats au conseil communautaire, parmi les membres de la liste. Les deux listes figurent sur un seul  bulletin de vote. La déclaration de candidature doit donc également indiquer la liste des candidats à l’élection des conseillers communautaires. 

La clôture des dépôts des candidatures se fera le jeudi 6 mars. A ce jour, dans la Marne, 53% des communes de moins de 1 000 habitants n'ont aucun candidat déclaré, 32% des communes de plus de 1 000 habitants n'ont aucune liste déposée (donc 51% des communes de la Marne n'ont aucun candidat). Dans le rethelois, il manque environ 400 candidatures.

Le nombre de conseillers à élire dépendra du chiffre de la population municipale de la commune authentifié par l’INSEE au 1er janvier 2014. Ces chiffres sont disponibles sur le site Internet de l’INSEE depuis le début du mois de janvier 2014.

Population de la commune

 Nombre de conseillers

De moins de 100 habitants

7

De 100 à 499 habitants

11

De 500 à 1 499 habitants

15

De 1 500 à 2 499 habitants

19

De 2 500 à 3 499 habitants

23

De 3 500 à 4 999 habitants

27

De 5 000 à 9 999 habitants

29

De 10 000 à 19 999 habitants

33

De 20 000 à 29 999 habitants

35

De 30 000 à 39 999 habitants

39

De 40 000 à 49 999 habitants

43

De 50 000 à 59 999 habitants

45

De 60 000 à 79 999 habitants

49

De 80 000 à 99 999 habitants

53

De 100 000 à 149 999 habitants

55

De 150 000 à 199 999 habitants

59

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 11:04

Anti-OGM-20131124.jpgLe collectif anti-OGM de l’Aisne a, hier en début d’après-midi, posé ses banderoles, panneaux et pancartes au rond-point de l’Escargot.

Pour les organisateurs, il s’agissait d’attirer l’attention du public sur ce qu’ils considèrent comme une «faille» dans les directives européennes.

«Le samedi 8 juin, le règlement sur l’évaluation sanitaire des OGM a été publié au Journal officiel de l’Union européenne. Ce règlement ne s’appliquera cependant qu’aux demandes déposées après le 8 décembre prochain.  Toutes les demandes déjà déposées échappent donc à ce règlement et aux quelques améliorations qu’il contient».

Le collectif rappelle son souhait de voir la «mise en place immédiate d’un moratoire sur les cultures OGM, avant les semis» mais également «l’arrêt des importations d’animaux nourris à base d’OGM».

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2013 4 14 /11 /novembre /2013 17:36

A en croire le Courrier picard, le maire UMP de Jussy, aurait choqué les esprits en tenant des propos peu consensuels lors de la cérémonie de commémoration de l’Armistice, le 11 novembre dernier, dans sa commune. L’homme aurait traité de «cons» les anciens combattants des deux guerres et qualifié de «mercenaires» les sept soldats français tués au Mali et dont le Ministère entendait aussi saluer la mémoire. Cerise sur le gâteau, il aurait tout simplement refusé la minute de silence qui devait leur être consacrée…

Il répond ajourd'hui dans L'Union.
A propos du terme "mercenaires" : «Les soldats qui sont intervenus au Mali n’ont rien à voir avec les pauvres bougres massacrés pendant la première guerre mondiale. Au Mali, ce sont des soldats professionnels et, je suis désolé, mais cela s’appelle des mercenaires. Voilà pourquoi j’ai employé ce terme».

A propos du mot "cons" : «Il suffit de se reporter à ce qu’on lisait dans la presse dans les années 70 ou de consulter les travaux des historiens. Après le 2e conflit, dans les associations d’anciens combattants aussi, on traitait de vieux cons et de bornés les soldats et leurs supérieurs qui avaient gagné la guerre mais pas préparé la paix».

Concernant la minute de silence : «Nous avons fait trois haltes devant les trois monuments et pour la première fois, devant la tombe des Anglais enterrés au cimetière et à chaque fois, nous avons observé le silence».

«Le deuil commence seulement depuis que tous les Poilus sont morts. Ce qu’il faut désormais, c’est commémorer la paix».

Des propos très courageux qui risquent de lui coûter cher aux prochaines municipales...

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2013 4 17 /10 /octobre /2013 14:37

L'enquête présentée par l'INSEE et l'Agence nationale de lutte contre l'illettrisme la semaine dernière à Amiens révèle que la région picarde est particulièrement touchée. Le département de l'Aisne n'est évidemment pas épargné.

125 000 personnes âgés de 16 à 65 ans sont en situation d'illettrisme en Picardie sur 1 160 000 habitants. Pour établir cette enquête, l'INSEE a recueilli 1 700 réponses. Avec 11 % de la population picarde en difficulté dans l'écriture, la lecture et la compréhension, la région caracole en tête avec le Nord - Pas-de-Calais (11,5 %) et dépasse la moyenne nationale de 4 points.

Les Picardes maîtrisent mieux les fondamentaux de l'écrit que les Picards. Leur taux d'illettrisme atteint 8 % contre 13 % pour les garçons.

Les catégories socioprofessionnelles des ouvriers qualifiés ou non qualifiés sont plus particulièrement concernées et celles-ci sont sur-représentées en Picardie.

Les grandes fratries, également plus nombreuses qu'en France, comptent davantage de personnes en situation d'illettrisme.

Près de la moitié des adultes picards en situation d'illettrisme ont un emploi et quatre sur dix sont inactifs (études, retraite ou autre).

Les actifs en situation d'illettrisme se retrouvent plus souvent en recherche d'emploi : 12% des adultes de 16 à 65 ans contre 7% pour les personnes sans difficulté face à l'écrit et 9% pour l'ensemble de la population. La durée de recherche d'emploi est également beaucoup plus longue. Parmi les personnes confrontées à de graves difficultés à l'écrit et en demande d'emploi, trois sur quatre recherchent un emploi depuis plus d'un an contre une sur trois pour l'ensemble des chômeurs.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 10:52

Non, ce n'est pas une des perles du bac, mais une subtilité comme seuls en recèlent les documents comptables des collectivités.

En 2012, les dépenses régionales Champagne Ardenne se sont élevées à 601 M€ et les recettes à 545 M€. Soit un différentiel de 56 M€. Dans le compte administratif tel qu'il sera soumis, lundi, à l'examen des élus régionaux, le résultat final se traduit pourtant par un excédent de 21,3 M€ !

Première réponse du président : «Pour faire face à nos engagements contractuels, la Région a contracté fin 2012 un emprunt équivalent pour suppléer un retard de dotations d'Etat. Cet emprunt a été imputé en recettes et sera remboursé en 2013».

OK, mais à y regarder de près, il manque encore près de 36 M€. Ces 36 millions-là sont encore de l'emprunt, ordinaire lui. Autrement dit, la dette grâce à laquelle le budget régional a pu atteindre l'équilibre en 2012. «Une dette raisonnable et sécurisée». Sécurisée car, pour boucler son budget, la Région fait appel «à une grande diversité d'institutions bancaires. Grâce à notre bonne notation par Standard and Poors (AA en 2012), nous contractons aussi des emprunts obligataires qui nous évitent de payer des agios bancaires. Sur chaque emprunt, nous gagnons ainsi deux à trois points de taux d'intérêt et de frais financiers».

Le compte administratif révèle néanmoins des frais de fonctionnement à proportion plus lourds que la moyenne. «Ils sont liés au poids de nos charges de structures. Nos dimensions (450 km du nord au sud) et notre faible densité de population (53 habitants/km2) multiplient par trois le coût kilomètre/train assumé par le Nord-Pas-de-Calais, par exemple».

Pour les mêmes raisons, l'entretien et la maintenance de lycées, plus nombreux et moins peuplés qu'ailleurs, coûtent trois fois plus cher à la Région. «Cela nous oblige à réduire d'autant notre part d'auto-financement et d'investissement. Or, si vous voulez continuer à investir et honorer vos engagements (TGV, A 304) l'emprunt au premier centime est la seule marge de manœuvre».

Pour l'anecdote, les dépenses de «train de vie» ont été rabotées de 30 % en trois ans.

Partager cet article
Repost0
29 mai 2013 3 29 /05 /mai /2013 10:14

La loi sur le mariage gay passe mal chez certains élus ruraux. Voici quelques réactions de ces maires ruraux.

«Je mettrai un cadenas sur les portes de la mairie. Je ne marierai pas de couples homosexuels et cela, quelles que soient les conséquences. S'il faut démissionner ou aller en prison. Si un de mes adjoints veut le faire, je cadenasserai les portes de la mairie. J'irai jusqu'au bout».

«Il n'est pas question pour moi de célébrer un mariage homosexuel. C'est contre ma conscience. J'estime que c'est contre-nature, incohérent, même si je respecte chaque personne et que je ne suis pas homophobe. Le président aurait dû laisser aux maires une liberté de conscience pour que nous puissions avoir la possibilité de refuser. Pour moi, cette affaire a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase. Je ne vais pas démissionner parce que mon mandat arrive bientôt à échéance mais, à cause de cela, je ne me représenterai pas».

«Si c'est obligatoire, on ne peut pas faire autrement. Si vraiment un couple homosexuel veut se marier, j'essaierai ou je le ferai faire, mais ça ne me tente pas du tout. S'ils pouvaient aller ailleurs, ça m'arrangerait».

«Je me situe plus dans l'opposition et je ne suis pas spécialement pour cette loi. Si on me le demande, je le ferai malgré mon opposition. C'est la démocratie. Il fallait gagner les élections».

Partager cet article
Repost0
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 09:47

La Direction générale des finances publiques (DGFIP) vient de publier la liste des 360 villes de plus de 20 000 habitants qui comptaient en 2011 au moins 50 assujettis à l'ISF. Si ces données ne fournissent pas le nombre total de Champardennais payant l'ISF, puisqu'elles excluent les communes moins peuplées, elles constituent un précieux indicateur économique.

Si le nombre de foyers fiscaux soumis à l'ISF a diminué d'environ 50 % entre 2010 et 2011, l'impôt moyen a presque doublé, mais les villes de Haute-Marne (Chaumont et Saint-Dizier) disparaissent des statistiques, passant sous la barre des 50 redevables à l'ISF.

Dans les Ardennes, il y avait à Charleville-Mézières 114 redevables en 2011 (243 en 2010) pour un impôt moyen de 8 105 € (4 315 en 2010).

Dans l'Aube, il y avait à Troyes 209 redevables en 2011 (403 en 2010) pour un impôt moyen de 11 557 € (5 746 en 2010).

Dans la Marne, il y avait 109 redevables à Châlons-en-Champagne en 2011 (225 en 2010) pour un impôt moyen de 9 794 € (5 746 en 2010), 96 à Epernay (187 en 2010) pour un impôt moyen de 12 021 € (6 758 en 2010) et 698 à Reims (1 268 en 2010) pour un impôt moyen de 11 708 € (5 797 en 2010).

Le patrimoine moyen déclaré était en 2011 de 2 147 514 € à Charleville-Mézières, de 2 513 047 € à Troyes, de 2 336 187 € à Châlons-en-Champagne,  2 517 456 € à Epernay et de 2 546 251 € à Reims.

 

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 21:38

La gérante d’une boîte d’intérim à Reims a omis de déclarer l’intégralité de sa TVA. Le fisc lui réclame aujourd’hui 234 000 euros de TVA fraudée.

La Sarl Gosi Interim, qui a essentiellemnt travaillé sur le chantier du tram, a été placée en liquidation judiciaire suite à la découverte de la fraude.

Partager cet article
Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 09:51

Un ancien directeur du développement d'Espace habitat à Charleville-Mézières, a été mis en examen, hier matin, pour recel d'abus de biens sociaux.

Entendus dans la foulée, son fils et un architecte, convoqués pour une mise en examen, ont été placés sous le statut de témoin assisté - intermédiaire entre celui de simple témoin et celui de mise en examen.

Ce cadre supérieur d'Espace habitat aurait à l'époque été acheté par plusieurs sociétés : celles-ci se voyaient attribuer des marchés publics par ce cadre, qui était ensuite «remercié» par des voyages tous frais payés aux quatre coins de la planète. Ces manières de procéder sont également reprochées à des membres de l'ex-Opac, désormais Habitat 08, l'autre bailleur social du département.

Son fils était soupçonné d'avoir bénéficié de facilités, par exemple lors de la construction de sa maison, dessinée gratuitement par l'architecte.

En 2010, un juge avait prononcé la nullité de l'ensemble des pièces de l'accusation. Le procureur de la République avait, en réponse, demandé un réquisitoire supplétif, daté du 24 juillet 2011.

Partager cet article
Repost0