Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 09:53

L'exclusion du pouvoir judiciaire de l'homologation des plans sociaux change radicalement le droit du travail en France.

Exit les Sodimédical, les Valco, et toutes les luttes de plusieurs années pour contester le bien-fondé d'un plan social.

Depuis le 1er juillet, les juges judiciaires (TGI et prudhommes) n'ont plus l'autorité pour juger les PSE. Tout le contentieux doit désormais passer par le tribunal administratif.

Partager cet article
Repost0
9 août 2013 5 09 /08 /août /2013 09:46

Le centre d'observation et de mesure des politiques d'action sociale (Compas) vient de publier une étude sur l'évolution de la pauvreté dans les villes françaises entre 2008 et 2011.

Partant de sources Insee, le centre a calculé, pour une personne seule, l'évolution du seuil de revenu des 10 % d'habitants les plus pauvres, avant impôts et prestations sociales, les 10 % les plus riches et sur le revenu médian. L'étude portait sur les 150 plus grandes villes de France.

Pour la région, 4 villes sont classées. Ce qui donne pour une personne seule, les chiffres suivants en 2011 :

Charleville-Mézières :
Revenu des 10 % les plus pauvres : 1 637 € (- 940 €, soit - 36 %)
Revenu des 10 % les plus riches : 32 503 € (+ 1 441 €, soit + 5 %)
Revenu médian : 15 086 € (+ 502 €, soit + 3,4 %)

Troyes :
Revenu des 10 % les plus pauvres : 2 244 € (- 663 €, soit - 22,8 %)
Revenu des 10 % les plus riches : 32 193 € (+ 1 182 €, soit + 3,8 %)
Revenu médian : 15 402 € (+ 446 €, soit + 3 %)

Reims :
Revenu des 10 % les plus pauvres : 4 428 € (- 626 €, soit - 12,8 %)
Revenu des 10 % les plus riches : 36 625 € (+ 2 014 €, soit + 5,8 %)
Revenu médian : 17 233 € (+ 618 €, soit + 3,7 %)

Châlons-en-Champagne :
Revenu des 10 % les plus pauvres : 5 169 € (- 338 €, soit - 6,1 %)
Revenu des 10 % les plus riches : 33 629 € (+ 2 062 €, soit + 6,5 %)
Revenu médian : 17 252 € (+ 701 €, soit + 4;2 %)

Charleville-Méziàres est la 3ème ville où les revenus des plus pauvres ont le plus baissés (en 1, on trouve Roubaix avec - 99 %).

Il serait intéressant de connaître les mêmes chiffres pour les autres villes de la région, en particuliers ceux de la Haute-Marne. Il serait aussi intéressant d'avoir une étude par quartiers.

A noter que dans le même temps, les prix ont augmenté de 3 %.

Jusque que 2008, les inégalités augmentaient par le haut avec l’envolée des hauts revenus. Désormais, elles s’étirent aussi par le bas avec une baisse des bas revenus.

Partager cet article
Repost0
8 août 2013 4 08 /08 /août /2013 10:09

Pole EmploiFin juin 2013, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi de catégorie A s'établit à 73 219 en Champagne-Ardenne. Ce nombre augmente de 1,3 % par rapport à la fin mai 2013 (+ 954). Sur un an, il est en hausse de 14,2 %.

S'agissant de la catégorie A, par département, le nombre de demandeurs d'emploi varie en juin 2013 par rapport à fin mai 2013 entre + 0,6 % et + 1,5 % : Ardennes (+ 1,3 %), Aube (+ 1,5 %), Marne (+ 1,5 %), Haute-Marne (+ 0,6 %). Soit 16 665 inscrits dans les Ardennes, 17 719 dans l’Aube, 29 874 dans la Marne et 8 761 en Haute-Marne.

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A augmente en juin 2013 de 2,0 % pour les hommes (+ 15,2 % sur un an) et augmente de 0,5 % pour les femmes (+ 13,0 % sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A de moins de 25 ans diminue de 0,3 % en juin (+ 11,0 % sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans augmente de 1,6 % (+ 13,5 % sur un an) et le nombre de ceux âgés de 50 ans et plus augmente de 2,1 % (+ 19,0 % sur un an).

Au mois de juin 2013, le nombre de demandeurs inscrits en catégorie A et ayant un droit payable au Revenu de Solidarité Active (RSA) est de 16 134 (soit 24,1 % des demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, données brutes).

Fin juin 2013, le département de l'Aisne compte 36 701 demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A à Pôle emploi, soit 1,7 % de plus qu'à la fin mai, et une 9,6 % de plus par rapport à juin 2012.

En Picardie, l'évolution mensuelle est un peu inférieure (+ 1,4 %) alors que la progression est plus forte encore sur un an (+ 11,5 % globalement, + 8,1 % chez les moins de 25 ans et + 18,8 % chez les plus de 50 ans). 113 226 personnes sont en recherche d'emploi dans la région.

En Champagne-Ardenne, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi de catégorie A, B, C s'établit à 106 943, fin juin 2013. Ce nombre croît de 0,5 % (+ 489) au mois de juin. Sur un an, il croît de 9,6%.

S'agissant de la catégorie A, B, C par département, le nombre de demandeurs d'emploi varie en juin 2013 par rapport à fin mai 2013 entre - 0,2 % et + 0,9 % : Ardennes (+ 0,7 %), Aube (- 0,2 %), Marne (+ 0,9 %), Haute-Marne (- 0,1 %). Soit 23 567 inscrits dans les Ardennes, 23 354 dans l’Aube, 44 893 dans la Marne et 13 129 en Haute-Marne.

Parmi l'ensemble des demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C, en Champagne-Ardenne le nombre d'hommes augmente de 0,9 % en juin (+ 10,5 % en un an) et le nombre de femmes augmente de 0,1 % (+ 8,7 % sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C de moins de 25 ans diminue de 0,3 % en juin (+ 7,2 % sur un an). Le nombre de ceux de 25 à 49 ans augmente de 0,4 % (+ 8,5 % sur un an) et celui des 50 ans et plus augmente de 1,2 % (+ 15,1 % sur un an).

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A, B, C depuis un an ou plus augmente de 16,7 % sur un an. Le nombre d'inscrits depuis moins d'un an augmente de 5 % sur un an.

Les entrées à Pôle emploi en catégorie A, B, C augmentent au cours des trois derniers mois de 3,8 % par rapport aux trois mois précédents. L'évolution des motifs d'entrée sur la même période est très variable : fins de contrats à durée déterminée ( + 2,3 %), fins de mission d'intérim (+ 19,9 %), licenciements économiques (+ 3,9 %), autres licenciements (+ 4,4 %), démissions (+ 11,9 %), premières entrées (+ 6,9 %), reprises d'activité (- 3,1 %) et autres motifs (+ 3,2 %).

Parallèlement, les sorties de catégorie A, B, C augmentent au cours des trois derniers mois de 11,4 % par rapport aux trois mois précédents. L'évolution des motifs de sorties sur la même période fluctue : reprises d'emploi déclarées (+ 1,9 %), entrées en stage (- 2,4 %), arrêts de recherche (+ 4,5 %), cessation d'inscription pour défaut d'actualisation (+ 3,7 %), radiations administratives (+ 94,9 %) et autres cas (+ 17,9 %).

Au mois de juin 2013, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C et ayant un droit payable au RSA est de 19 852 (soit 19,3 % des demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C, données brutes).

Les entrées à Pôle emploi en catégorie A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 1 898 au mois de juin 2013 (soit 21,0 % des entrées en catégorie A, B, C, données brutes).

Les sorties de Pôle emploi en catégorie A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 2 171 (soit 22,4 % de sorties en catégorie A, B, C, données brutes).

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C (activité réduite limitée à 78 heures dans le mois qui précède) dans l’Aisne s'établit à 52 153, soit une augmentation de + 0,6 % par rapport à mai dernier, et une hausse de + 7,5 % sur un an. Au niveau régional, la Picardie connaît un accroissement mensuel de + 0,5 %, et une augmentation annuelle de + 8,5 %.

Partager cet article
Repost0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 16:10

Si les salariés de Pons à Fontaine, près de Bar-sur-Aube, sont si attentifs à leur pouvoir d'achat, c'est que celui-ci est déjà entamé. Perturbée par une activité industrielle au ralenti, la société a recours au chômage partiel pour bon nombre de ses salariés depuis 2009.

«Les secteurs de la fonderie, de la fabrication des dévidoirs, du montage et un peu de l'usinage sont concernés. Les ouvriers chôment un jour par semaine, voire deux parfois. Ils ne sont donc pas payés totalement (70 % à partir de septembre). Beaucoup d'entre eux profitent donc de l'avantage de posséder une journée libre dans la semaine pour aller travailler dans les vignes pour améliorer le quotidien. Mais avec la semaine de cinq jours, ce ne sera plus possible».

Les salariés ont débrayé. Une action très symbolique, mais qui a réuni près de 90 des 96 salariés de la société qui fabrique du matériel de secours pour les sapeurs-pompiers.

Partager cet article
Repost0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 16:00

La décision de la cour d'appel de Reims est tombée. Elle est favorable aux salariés. La juridiction a purement et simplement suspendu l'exécution provisoire de la liquidation de cette société spécialisée dans la fabrication de portes de garage.

Les salariés avaient fait appel de la décision de première instance prise par le tribunal de commerce de la cité des Sacres qui demandait le placement en liquidation de la société.

La première bataille est donc remportée pour les salariés. Ces derniers pourront également s'appuyer sur la décision du 24 juillet dernier à travers laquelle l'État refuse d'homologuer le plan de sauvegarde de l'emploi présenté par la direction d'ODCF. D'ici le mois de septembre, les salariés devront «trouver une solution pour se débarrasser de leurs patrons actuels».

Partager cet article
Repost0
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 15:56

Une vingtaine de salariés étaient réunis devant les locaux administratifs de l'abattoir de la Sobevir à Rethel, mécontents suite au versement de leur salaire du mois de juillet. «Nous n'avons reçu qu'un tiers de la totalité de notre paie. Avec 400 euros par mois, comment va-t-on faire ?».

Placée en procédure de sauvegarde le 20 juin dernier, la Société du bétail et des viandes du Rethélois (Sobevir) a été placée en redressement judiciaire mi-juillet. De fait, une partie du salaire des employés devait être prise en charge par un fonds spécifique, la «garantie AGS».

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 11:21

Baxi-juillet-2013.jpgComme mardi au comité d'entreprise à Villeneuve-Saint-Germain, les représentants du personnel devaient hier émettre un avis sur le livre II, sur la fermeture de l'usine de montage de chaudières. Mardi, à défaut d'avoir suffisamment d'éléments sur le futur plan social, les élus n'avaient pas émis d'avis. Le CE avait indiqué au PDG qu'il ne pouvait se prononcer sans disposer de l'avis du Comité central d'entreprises (CCE) et du Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT).

Un peu de temps a été gagné pour présenter le CHSCT de nouvelles propositions sur les conditions de départs et de licenciements, les primes, les formations. «Nous sommes toujours dans l'attente de réponses précises à toutes nos questions». Notamment sur le vague projet de 40 postes aux entrepôts de Villers-Cotterêts. Pour maintenir la pression, toute la semaine, le personnel a occupé l'usine de la Magdeleine, allumant chaque jour des feux plus fournis dans la cour.

Durant le mois de vacances, qui a commencé hier soir, les représentants du personnel viendront régulièrement vérifier dans l'usine que des chaînes de montage ne sont pas démontées pour être remontées vers le site alsacien de De Dietrich (usine du même groupe BDR Thermea).

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 11:11

28 agents du service propreté de la Ville débrayent tous les jours.

Au-delà de 28 °C, les agents des services techniques bénéficient d'horaires aménagés pour éviter les désagréments liés à la chaleur. Le service propreté est le seul à ne pas être concerné par ce plan. «Dans les balayeuses, la chaleur peut monter jusqu'à 45 °C en plein soleil».

Ils sont bien décidés à poursuivre leurs actions tant que la municipalité n'aura pas modifié leurs horaires de travail selon leurs souhaits.

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 16:16

Cette entreprise installée à Saint-Léonard est spécialisée dans la production matériaux de construction.

Un débrayage a eu lieu, à l'appel de FO, de 7 à 11 heures afin de protester contre la diminution de la prime d'intéressement par la direction de Moroni S.A.

La baisse de la prime dépasserait les 60 % ; le syndicat demande donc l'attribution d'une prime exceptionnelle afin de compenser cette baisse. Le syndicat évoque une hausse du chiffre d'affaires en 2012-2013 par rapport à l'année 2010-2011 à titre de justification.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 17:29

ODCF-20130717.jpgLes 64 salariés de l'entreprise rémoise occupent le site dont la liquidation judiciaire a été prononcée le 11 juillet dernier.
Ils campent devant leur entreprise.

Craignant d'être au chômage et dans la précarité, ils espèrent ainsi alerter les élus locaux. Ils envisagent de nouvelles actions coup de poing jeudi 18 juillet après midi, notamment au péage de Taissy.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 10:04

Le tribunal de commerce de Troyes a prononcé, hier, la liquidation judiciaire de la SAS Aviccia, une société chapelaine spécialisée dans le photovoltaïque et qui compte aujourd'hui une quinzaine de salariés. La société poursuivra son activité jusqu'au 9 août.

La société Aviccia proposait de rénover les toitures, désamiantage compris, et d'y placer des panneaux photovoltaïques. La pirouette se faisant grâce à la production électrique, récupérée par la société chapelaine sur la base d'un bail emphytéotique.

La société avait licencié une quinzaine de salariés en 2012.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2013 3 17 /07 /juillet /2013 09:56

Placée en redressement le 19 avril, bénéficiant d'une période d'observation de six mois, la SA Ducher, qui compte 86 salariés dans six boutiques (à l'exception de Rimbaud, toutes sont situées en Lorraine), a décidé d'alléger sa masse salariale. À Charleville-Mézières, deux postes vont être supprimés : un à la caisse, un au rayon disques, celui de responsable de rayon audiovisuel.

Le plan global de la SA Ducher consiste à licencier 32 salariés sur 86 : 2 dans le magasin de Charleville, 2 à Verdun, 2 à Bar-le-Duc, et 26 dans deux magasins de Thionville appelés à fermer.

Partager cet article
Repost0