Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 16:30

La nouvelle est tombée brutalement hier après-midi : Sandvik réorganise ses activités sur le site de Chauny.

Les représentants du personnel seront consultés sur ce projet, «qui prévoit l’arrêt de la fabrication des équipements neufs, ainsi que la réorganisation des activités de pièces détachées». L’activité de négoce resterait au sein de Sandvik.

Concrètement, ce sont 33 des 47 salariés du site qui sont concernés. «Sandvik accompagnera chaque salarié dans sa recherche d’un nouvel emploi, au sein du groupe ou à l’extérieur...». Pour limiter les conséquences sur l’emploi, Sandvik devrait chercher un sous-traitant qui poursuivrait la production de pièces détachées à Chauny.

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 21:49

Le tribunal de commerce de Châlons a décidé de placer l’entreprise Lecico Sarreguemines en redressement judiciaire hier. L’entreprise historique de faïencerie, qui fabrique des sanitaires en céramique, est en sous-activité depuis quelques temps. Sarreguemines, qui compte 110 salariés, sera ainsi placée sous observation judiciaire pendant six mois.

«On s’attendait au redressement judiciaire. Mais on ne sait pas ce qui se passera dans six mois, on ne sait pas ce qu’on peut espérer. Le tribunal a laissé entendre que les emplois seraient maintenus jusqu’au 19 décembre, date de la prochaine audience. Trois repreneurs potentiels ont été évoqués en réunion de comité d’entreprise, mais on ne sait pas vraiment qui c’est, aucun nom n’a été donné au tribunal».

Selon la direction, le chiffre d’affaires est passé de 16 millions d’euros en 2009 à 7 millions en 2012. «La restructuration se fera mieux avec les autorités judiciaires. La reprise sera mieux encadrée.  Il faudrait trouver un repreneur avant six mois : la restructuration doit ramener la société à un meilleur niveau de rentabilité».

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 10:52

C’est récurrent et malheureusement, cela n’étonnera personne.

Plusieurs dizaines de vendangeurs ont dû faire le pied de grue plusieurs jours durant afin que leurs salaires leur soient versés entièrement et en bonne et due forme. Employées comme prestataires de services, des dizaines de vendangeurs ont dû aller mettre la pression directement aux portes de la société qui les avait employés. C’était du côté de Dizy.

«Nous avons été payés au bout d’une quinzaine de jours. Le patron de la société a expliqué ce retard par le fait qu’il ne disposait pas de la trésorerie nécessaire pour nous payer et qu’il avait eu recours à un prêt bancaire pour honorer nos salaires», explique un de ses prestataires qui compte poursuivre cette entreprise devant le tribunal des Prud’hommes de la cité des Sacres. En effet, pour onze jours de vendanges, le bulletin de paie de ce jeune homme n’est que « d’un peu plus de 223 euros. Soit l’équivalent de deux jours de travail environ. Je suis loin d’être un cas isolé puisque des dizaines de prestataires qui ont travaillé sur certains coteaux du secteur de Boursault sont dans le même cas que moi. Et je ne compte pas me laisser faire».

Une entreprise qui a «fourni» plus de 1 500 saisonniers pour diverses maisons de champagne devrait voir déposer contre elle, dans les jours qui viennent, pas moins de 650 dossiers prud’homaux, soit plus de 40 % des effectifs totaux recrutés à l’occasion des vendanges. Pas loin d’un record.

Dans les prochaines semaines, le conseil des Prud'hommes promet d’être plus qu’encombré.

Une firme «qui a pignon sur rue» dans la capitale du champagne aurait «fait travailler beaucoup plus de travailleurs étrangers qu’elle n’en aurait déclarés aux services de l’Inspection du travail». Évitant au passage de payer les cotisations dues et laissant des travailleurs vendanger sans la moindre couverture sociale et, bien évidemment, sans bulletin de salaires.

Dans ce cas précis, ce n’est plus la juridiction prud’homale mais bel et bien le tribunal de grande instance qui serait en charge du dossier. Pour un éventuel renvoi en correctionnelle.

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2013 2 29 /10 /octobre /2013 10:38

Depuis hier, plus aucune pièce ne sort du site PSA des Ayvelles (08). Les salariés se sont vu proposé, entre autre, des formations ou de prendre des RTT.

Ce même type de mesures avait déjà était pris au printemps dernier. Il s’agit très clairement, pour le groupe Peugeot-Citroën de faire des économies. Le site des Ayvelles emploie 2 100 personnes. La principale cause est la baisse des commandes et des ventes en Europe.

La responsable communication du site PSA Charleville indique que cela ne remet pas en cause l’avenir du site.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 15:41

La réaffectation de deux infirmières au sein du centre hospitalier général, suite à un différend avec leur chef, a été la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

«Ça s’est passé en août. Un agent de l’EPSMM avait été hospitalisé et la direction voulait avoir des informations d’ordre médical. Nous ne leur avons pas données. Et du jour au lendemain, on nous a changées de service. Pour nous, ça a été très difficile voire violent psychologiquement», confie l’une des deux infirmières.

Pour la CGT, cette situation illustre le mal-être, vécu par le personnel depuis l’arrivée du nouveau directeur de l’établissement public de santé mentale de la Marne (EPSMM). «Le taux d’absentéisme supérieur à la moyenne nationale nous inquiète. Une enquête sur les risques médico-sociaux et la prévention des risques professionnels est en cours depuis deux ans. Un diagnostic a été fait mais les mesures ne sont pas prises en compte. Par ailleurs, la direction recrute des contractuels qui ne savent pas combien de temps ils vont rester. Nous voulons retrouver un climat serein et apaisé. Nous demandons également la création de quarante postes statutaires pour pallier au déficit chronique de l’EPSMM, en accord avec la direction, les membres du conseil de surveillance, les médecins et les organisations de l’établissement».

Une table ronde, avec l’agence régionale pour la santé, est programmée le 12 novembre.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 15:17

Les salariés de l’entreprise Paté ont mené une opération escargot à l’entrée de Soissons, hier. Une ultime tentative pour éviter la suppression de 14 emplois.

«Il faut que les gens prennent conscience de notre situation. Il y a en ce moment une négociation entre le directeur du site et le groupe Sibelco. Nous voulons un engagement sur le maintien du site et des garanties pour un bon reclassement des salariés. Beaucoup trop d’entreprises ferment dans le bassin soissonnais sans que personne ne réagisse».

Ils ont reçu le soutien des Baxi. «Les salariés de Paté se trouvent exactement dans la même situation que nous en 2008. C’est le moment d’être tous solidaires. On veut éviter un PSE à la misère. C’est une mise à mort pour ces gens. Il y en a marre des mesurettes».

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2013 6 26 /10 /octobre /2013 09:17

Une réunion de travail hier à la préfecture des Ardennes, en présence du commissaire du redressement productif et d'élus pourrait être décisive pour l'avenir de Spartech, l'usine de plasturgie à Donchery.

Il ne reste que trois jours pour trouver un repreneur. Soit deux mois, après l'annonce de la fermeture par le groupe américain Polyone, qui dirige la société, le 27 août dernier. C'est le délai imposé depuis peu par la nouvelle loi de sécurisation de l'emploi.

Plusieurs candidatures sont étudiées par un cabinet parisien, mandaté par le groupe. Selon le président de Région, au moins l'un des investisseurs est un fabricant de plastique en fibres végétales. Soit une alternative aux matériaux issus de la pétrochimie. «C'est une filière innovante, une aubaine pour la Région et le pays». Mais dans l'affaire, Polyone n'est pas le seul décisionnaire.

Si le groupe américain ne joue pas le jeu ou échoue, la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) est en capacité de désigner un repreneur, car propriétaire de 10 000 m2, sur les 13 000 que compte le site.

56 emplois sont en jeu.

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2013 5 25 /10 /octobre /2013 09:08

Les 63 salariés de Reims Aviation vont devoir patienter encore un peu avant d’être fixés sur leur sort. À l’issue de l’audience hier matin, le président du tribunal de commerce de Reims a décidé de prolonger au 14 novembre la période de dépôt des offres de reprise.

À ce jour, quatre sont connues. Encore que représentant des salariés évoque plutôt des «lettres d’intention. Il n’y a à ce jour aucune offre ferme».

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 17:11

Pole EmploiFin septembre 2013, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi de catégorie A s'établit à 75 838 en Champagne-Ardenne. Ce nombre augmente de 7,1 % par rapport à la fin août 2013 (+ 5 056). Sur un an, il est en hausse de 16,6 %.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi de catégorie A, B, C s'établit à 107 057, fin septembre 2013. Ce nombre croît de 0,8 % (+ 886) au mois de septembre.

Dans les Ardennes, 16 795 personnes sont inscrites à Pôle Emploi en catégorie A. Ce nombre augmente de 2,7 % par rapport à fin août 2013 (+ 445). Sur un an, il est en augmentation de 7,1 %.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C s'établit à 23 614 fin septembre 2013. Ce nombre augmente de 0,5 % (+ 115). Sur un an, il augmente de 5,3 %.

Dans l'Aube, 18 773 personnes sont inscrites à Pôle emploi en catégorie A. Ce nombre augmente de 7,9 % par rapport à fin août 2013, soit 1 369 chômeurs en plus.

Dans la Marne, 31 560 personnes sont inscrites à Pôle Emploi en catégorie A. Ce nombre augmente de 9,9 % par rapport à fin août 2013 (+ 2 844).  Sur un an, il est en augmentation de 23,4 %. Un chiffre particulièrement élevé en raison des vendanges tardives de cette année.

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C s'établit à 44 760 dans le département de la Marne, fin septembre 2013. Ce nombre augmente de 0,6 % (+ 283). Sur un an, il augmente de 8,7 %.

En Haute-Marne, le nombre de personnes inscrites ) Pôle Emploi augmente de 4,8 % par rapport à fin août 2013, soit 8 710 chômeurs.

L'Aisne compte 37 681 demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A à Pôle Emploi, soit une augmentation de 4,8 % comparé au mois dernier, et une hausse de 9,1 % par rapport à septembre 2012. En Picardie, l'évolution mensuelle est inférieure (+2,6 %) et l'évolution annuelle suit la même tendance mais de manière moins prononcée (+ 8,2 %).

Le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C dans le département s'établit à 52 497, soit une augmentation de 1% par rapport à août dernier, et une hausse de 5,8 % sur un an. Au niveau régional, la Picardie connaît un accroissement mensuel de 0,9 %, et une augmentation annuelle de 6,8 %.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 17:06

Les deux salariés de l'entreprise rémoise en grève de la faim depuis une semaine ont obtenu une réunion avec le représentant du groupe américano-japonais ODCF-Wayne-Dalton en France pour l'obtention d'une prime extra-légale.

La réunion se déroulera le 6 novembre prochain à la préfecture de Châlons-en-Champagne.

Les salariés de la la filiale rémoise du groupe américano-japonais ODCF-Wayne-Dalton liquidée début octobre réclament de meilleures conditions de licenciement.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 12:18

L’entreprise de recyclage de verre SAS Paté a été rachetée per le groupe Sibelco qui possède cinq usines en France mais l’usine de Crouy est la seule à recycler du verre plat. Les autres recyclent du verre de bouteille qui est lié à la consommation des ménages.

Le verre plat est tributaire des productions et des constructions issues du bâtiment et de l’automobile, deux secteurs qui ont connu dernièrement un fort ralentissement. Cela a eu pour conséquence une baisse de près de 30 % de l'activité ç Crouy.

"Nous sommes passés d’un système de trois-huit à une organisation des équipes en deux-huit. C’est pourquoi la question de l’allègement de la masse salariale a été abordée. Mais pour l’heure rien n’est arrêté. Nous étudions des possibilités de reclassement pour les éventuels employés concernés. Par ailleurs, aucune délocalisation n’est prévue".

Un plan de sauvegarde de l’emploi vient d’être annoncé. Quatorze emplois sont en jeu (sur une cinquantaine de salariés).

Selon les salariés, 60 millions d’euros de dividendes ont été reversés entre les actionnaires en 2012 par le groupe Sibelco…

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2013 4 24 /10 /octobre /2013 09:35

La vague des ex-salariés de Nexans continue de défiler devant le conseil de prud'hommes de Laon. Un troisième groupe, composé de 14 anciens employés de l'entreprise chaunoise, conteste aujourd'hui son licenciement... Tout comme l'ont déjà fait les deux précédents groupes.

Si "l'avant-garde" a remporté son combat en première instance, les conseillers déclarant leur licenciement "sans cause réelle et sérieuse", ces derniers ont botté en touche concernant le "préjudice d'anxiété". Un préjudice dont se prévalent les ex-salariés en raison de l'exposition à l'amiante.

Sur ce dernier point, la cour d'Amiens devrait trancher le 26 mars prochain, les deux affaires étant portées en appel.

Partager cet article
Repost0