Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2014 6 27 /09 /septembre /2014 07:59

Depuis le début du mois d’août, les salariés de Latfoam (branche clic-clac, BZ, banquette du groupe Mattress holding, ex Cauval) attendaient le versement d’une prime de participation allant de 900 à 1 200 €.

«Elle est finalement tombée en début de semaine et avec les intérêts», indique la CGT. Une satisfaction bien légitime pour les salariés mais qui n’apporte aucune certitude sur l’avenir de l’entreprise.

«Nous avons réalisé une très bonne année 2013, d’où cette prime de participation, mais aujourd’hui nous sommes confrontés à la fois à des difficultés d’approvisionnement, à des annulations de commandes et à un stock important» En conséquence, les salariés ne devraient pas travailler lundi.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 17:58

Fin août 2014, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi de catégorie A s'établit à 75 284 en Champagne-Ardenne, soit une hausse de 0,3 % par rapport à la fin juillet 2014 (+ 208) contre une diminution de 0,3 % en France métropolitaine. Sur un an, il est en hausse de 5,8 %

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C s'établit à 110 899, fin août 2014, soit une  diminution de 0,3 % (- 286) au mois d'août contre une diminution de 0,1 % en France métropolitaine. Sur un an, il croît de 4,3%.

S'agissant de la catégorie A, par département, le nombre de demandeurs d'emploi varie en août 2014 par rapport à fin juillet 2014 entre - 0,6 % et + 1,8 % : Ardennes (+ 297, + 1,8 %), Aube (- 114, - 0,6 %), Marne (- 26, - 0,1 %), Haute-Marne (+ 50, + 0,6 %).

S'agissant de la catégorie A, B, C par département, le nombre de demandeurs d'emploi varie en août 2014 par rapport à fin juillet 2014 entre - 1,0 % et + 0,5 % : Ardennes (+ 129, + 0,5 %), Aube (- 154, - 0,6 %), Marne (- 133, - 0,3 %), Haute-Marne (- 119, - 1,0 %).

Parmi l'ensemble des demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C, le nombre d'hommes diminue de 0,5 % en août (+ 4,8 % en un an) et le nombre de femmes reste stable de 0,0 % (+ 3,8 % sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C de moins de 25 ans augmente de 0,1 % en août (- 0,7 % sur un an). Le nombre de ceux de 25 à 49 ans diminue de 0,5 % (+ 3,7 % sur un an) et celui des 50 ans et plus reste stable de 0,0 % (+ 10,5 % sur un an).

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 17:54

L’administrateur judiciaire a informé aujourd’hui les différents comités d’entreprise du groupe SMPA qu’il sollicitait la conversion du redressement judiciaire en liquidation judiciaire. «On nous a expliqué que cette demande vise à assurer le paiement des salaires des personnes qui travaillent dans les entreprises qui ne seront pas reprises. Les salaires seraient alors pris en charge par les AGS (fonds de garantie des salaires», indique un représentant du personnel.

Les salariés s’interrogent sur les conséquences de cette décision sur l’offre de reprise du fonds d’investissement Quantum. «Aujourd’hui on ne connaît pas le contenu exact de l’offre. 170 licenciements ? On ne sait pas avec certitude», indique un délégués syndical CGT.

Pour manifester leurs inquiétudes, les salariés d’Artbat à Torcy-le-Grand ont débrayé en dé but d’après-midi. Ils craignent une fermeture du site et une trentaine de licenciements. Trente-sept salariés pourraient rejoindre le site de Vendeuvre.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 10:06

Suite à l'agression d'un des chauffeurs de bus hier dans l'après-midi sur la commune de Tinqueux, une partie des salariés de Citura avait décidé de bloquer les dépôts des bus et des tram.

Réunis ce matin dès 5 h en assemblée générale, les employés des transports Urbains de Reims ont validé la reprise du travail.

Les représentants du CHSCT doivent rencontrer dans la journée la direction pour évoquer les problèmes de sécurité et notamment le renfort des équipes chargées de l'environnement et de la sécurité sur le réseau. Actuellement, 18 salariés sont chargés de cette mission.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 09:42

Suite à un challenge À l’eau ou un resto sur le réseau social, trois salariées ont perdu leur emploi cet été à la résidence d’Automne.

«J’ai été mise à pied le 27 juin et licenciée le 15 juillet pour faute grave». Celle qui a jeté le seau d’eau ? Virée. Celle qui filmait ? Son CDD a été rompu. «Nous n’avons rien fait de mal. Une collègue nous a dénoncées».

Erreur de jeunesse, décision abusive, l’histoire devrait trouver son épilogue au conseil des Prud’hommes. Les licenciés sont en phase de constitution de leurs dossiers.

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 09:25

C’est un contrôle comme il s’en pratique à chaque vendange qui a révélé la situation. Vendredi en fin d’après-midi, les gendarmes, accompagnés par les agents de la Mutualité sociale agricole, des services de l’hygiène et des douanes se sont rendus dans une maison de Fleury-la-Rivière.

Sur place, ils ont découvert que 240 Polonais, engagés pour les vendanges, logeaient dans des conditions insalubres. Selon les premiers éléments recueillis sur place, ils auraient été jusqu’à 12 personnes dans une pièce prévue pour en accueillir seulement quatre. En outre, ils auraient été nourris avec des aliments périmés.

Les bénévoles de la Croix-Rouge sont arrivés à Damery, vendredi à 18 heures. À la salle des fêtes, mise à disposition par la municipalité, ils ont installé un «CAI», entendez, un «centre d’accueil des impliqués». Une procédure déployée dans des situations dites d’urgence. 97 des 240 vendangeurs y ont été pris en charge pour la nuit.

La majorité des cueilleurs polonais sont repartis en car au cours du week-end. Il en restait encore quelques-uns hier «pour terminer le travail».

Du côté de l’enquête, celle-ci est actuellement confiée aux gendarmes d’Épernay dans le cadre de ce que l’on appelle l’enquête de flagrance.

Elle pourrait durer jusqu’à seize jours, beaucoup d’éléments restants à vérifier, notamment la présence de contrats de travail, ce qui semblerait ne pas être le cas. Ces Polonais pourraient avoir été logés par un prestataire qui louait ensuite leurs services aux vignerons de la région. Aucune personne n’a donc été mise en examen pour l’instant et aucune garde à vue n’était en cours hier soir. Ce n’est qu’à l’issue de cette enquête et des synthèses fournies par les différentes administrations qui ont pris part au contrôle que le parquet de Châlons-en-Champagne décidera s’il convient d’engager ou non des poursuites.

240 vendangeurs polonais logés dans une maison insalubre
Partager cet article
Repost0
20 septembre 2014 6 20 /09 /septembre /2014 11:29

Environ 450 personnes se sont réunies ce samedi matin, à 10 heures, place d'Armes à Vitry-le-François, pour contester la fermeture la maternité décidée en juillet dernier.

A 11 heures, le cortège a pris la direction de l'hôtel de Ville. Des délégations CGT de la Marne sont venues apporter leur soutien aux manifestants.

A l'appel de l'intersyndicale, les manifestants ont déposé une motion à la mairie ainsi qu'à la sous-préfecture de la ville. 

Avec cette suppression, les femmes enceintes devraient se diriger vers les maternités de Saint-Dizier ou de Châlons-en-Champagne.

400 personnes manifestent pour la maternité
Partager cet article
Repost0
18 septembre 2014 4 18 /09 /septembre /2014 15:10

Mercredi, l’intersyndicale CGT-CFDT-FO-CGC faisait le point devant les salariés réunis en assemblée générale. L’occasion de rappeler les actions engagées par les représentants du personnel. Une délégation a été ainsi reçue par le préfet de l’Aube le 10 septembre puis par le député maire de Troyes, François Baroin, le 11 septembre. Le préfet s’est ainsi engagé à envoyer un courrier invitant les actionnaires saoudiens à venir en France discuter de l’avenir de Petitjean. «Ce courrier a bien été envoyé, mais pour l’instant nous n’avons aucun retour». Les négociations avec la direction sur le plan de sauvegarde pour l’emploi se poursuivent. Par ailleurs, l’intersyndicale a saisi le tribunal de commerce afin qu’il apporte son expertise sur une situation financière jugée confuse : le plan social, et ses 120 licenciements, s’appuie en effet sur des comptes 2013 qui n’ont pas été certifiés par les commissaires aux comptes. Le tribunal auditionnera les différentes parties le 29 septembre.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 19:50

En grève depuis l’annonce de la fermeture du site, mardi dernier, les 70 salariés d’Air Liquide étudiaient hier les conditions d’une reprise.

Gagner plus en travaillant moins. C’est en somme ce que la direction d’Air Liquide Welding France a offert ses salariés du site de Châlons-en-Champagne, en grève depuis une semaine. Pour qu’ils reprennent le travail, et en attendant la conclusion du plan social, elle leur octroie une prime de 1 000 euros par mois travaillé, à la condition qu’ils fournissent au moins 50 % de la quantité de produits attendue.

Les 70 salariés de l’usine d’Air Liquide Welding France, «dernier site français de production de consommables de soudage», se réunissaient, ce matin, en assemblée générale pour donner (ou non) leur aval à cette reprise « molle ».

Le secrétaire du comité central d’établissement et délégué syndical CFTC (majoritaire à Châlons) poursuivait les négociations afin «d’obtenir de meilleures mesures d’âge, de congés de reclassement et d’indemnités supra légales. Le Plan de sauvegarde de l’emploi doit être à la hauteur de la maison mère, à savoir Air Liquide, cotée au CAC 40, qui a engrangé 1,7 milliard d’euros de bénéfices».

Le délégué syndical n’oublie pas le volet économique : «Benoist Apparu s’emploie à obtenir du groupe Air Liquide une nouvelle activité sur ce site de 15 000 m2 avec un maximum d’embauches

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 19:49

Le tribunal de commerce, qui devait se prononcer sur la reprise de l’entreprise Simpa, a repoussé sa décision au 29 septembre. Il accorde ainsi un nouveau délai à des sociétés ou investisseurs pour leur permettre de préciser et de boucler leur dossier.

Pour le moment, une seule offre de reprise globale a été déposée par un fonds d’investissement allemand. Cette offre prévoit 170 licenciements sur les 450 salariés répartis sur les trois sites aubois du fabricant de portes, fenêtres et escaliers.

Le groupe Simpa qui fabrique des portes, fenêtres et escaliers a été placé en redressement judiciaire le 29 juillet dernier.

La semaine dernière, les salariés avaient manifesté devant leur usine de Vendeuvre-sur-Barse pour faire part de leur inquiétude concernant les licenciements.

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2014 3 17 /09 /septembre /2014 19:47

L’inquiétude gagne du terrain dans les ateliers et bureaux de Vachette (Assa Abloy), face à la menace de délocalisation de deux gammes de produits vers les pays de l’Est ou l’Asie.

Après un mouvement de grève qui avait duré six jours fin juillet, des salariés de la marque Vachette, commercialisée par le groupe Assa Abloy, se sont réunis pour assister à une prise de parole des délégués syndicaux. Ces derniers ont exprimé leurs inquiétudes face à une cinquantaine d’ouvriers le matin, devant le site de Sainte-Savine. Et ont rencontré le personnel administratif en début d’après-midi, au siège d’Assa Abloy, sur le parc du Grand Troyes. Une trentaine de personnes étaient présentes.

Le nœud du problème est le projet d’externalisation formulé par la direction, pour deux familles de produits (les verrous mécaniques et les serrures monopoint à larder). À elles deux, ces productions représentent environ 4 % du chiffre d’affaires de Vachette. Un chiffre diffusé par la direction dans un communiqué de presse daté du 1er septembre le délégué CGT : «De nombreuses heures supplémentaires sont effectuées sur ces productions et une centaine d’intérimaires y travaillent depuis un an, alors on a des doutes quant aux 4 % !»

Dans ce communiqué, on y lit que «le transfert des deux familles de produits se ferait dans des sociétés du groupe, soit en Europe de l’Est, soit en Asie. Il n’aurait pas d’impact sur l’emploi des permanents du site mais pourrait amener à la suppression de 21 postes d’intérimaires».

Une phrase qui n’a rien de rassurant pour le délégué CFTC : «Si on supprime les postes d’intérimaires, c’est pour produire moins, et donc générer moins d’argent. À terme, tous les effectifs sont concernés en cascade».

Pour le directeur général d’Assa Abloy France, «Ce projet de délocalisation a pour seul objectif la restauration de la compétitivité de ces gammes de produits, dont les prix de vente (…) sont en moyenne 30 à 50 % plus élevés que ceux du marché. Et les ventes sont en constant recul depuis 3 ans».

Les collaborateurs permanents travaillant actuellement sur ces gammes seraient redéployés sur d’autres lignes de produits.

 «Vous vous rendez compte, plusieurs dames ici ont des maris qui travaillent chez Petitjean ou chez Simpa. Que vont devenir leurs familles ? Avant, on nous parlait de pérennité. Maintenant, le seul argument qui compte est la rentabilité».

Très remontés, les délégués ont lancé plusieurs actions pour délits d’entrave auprès de la Direccte, estimant que «la direction ne délivre pas les informations demandées en temps et en heure».

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 19:55

Mieux que les propositions du MEDEF…

L’idée a été lancée par l’office de tourisme d’Hautvillers l’an passé, après de multiples demandes d’étrangers désireux de connaître les vendanges de l’intérieur. «Dix personnes avaient vendangé à Tauxières-Mutry. C’était très sympathique».

D’où le renouvellement de l’opération cette année. En partenariat avec des viticulteurs et restaurateurs du cru. «Cette fois-ci, nous proposons trois journées : à Cumières, Cormoyeux et Chaumuzy». À chacune sa spécificité, avec visite d’un pressoir ici, dégustation comparative de deux champagnes là, ou repas chez le viticulteur… En parallèle, une animation originale est proposée aux visiteurs dans l’après-midi. Comme une croisière promenade sur la Marne ou la visite d’une cave aux coquillages.

Partager cet article
Repost0