Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 juin 2015 6 06 /06 /juin /2015 07:31

Pour faire face à une conjoncture délicate, l’atelier verre chaud de la Cristallerie royale de Champagne va observer une période de chômage partiel d’un mois. Treize membres de l’atelier de verre chaud, notamment les souffleurs, vont observer une période de chômage partiel durant un mois du 29 juin au 24 juillet.

Le groupe Daum met en avant une conjoncture économique défavorable pour justifier l’arrêt temporaire de l’activité qui «permettra, au passage, une économie d’énergie». La direction tient à souligner sa volonté de repartir vers l’avant dès la rentrée de septembre.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 20:56
Mouvement de grève chez Vauché à Sedan

Spécialisée dans la conception de process et matériels de tri des déchets, l’entreprise Vauché compte 38 salariés sur son site sedanais.

Huit des neufs salariés de l’atelier de Vauché se sont mis en grève à l’appel de la CFDT, ce matin. Un mouvement qu’ils reconduiront jusqu’à obtenir ce qu’ils demandent, préviennent-ils.

Ils réclament une revalorisation de leur salaire horaire équivalente à 1,20 euro, une revalorisation des coefficients, et une réactualisation des Caces, les certificats autorisant la conduite d’engins.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 20:29
Le nombre de demandeurs d'emploi augmente

Fin avril 2015, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle Emploi de catégorie A s'établit à 77 109 en Champagne-Ardenne. Ce nombre augmente de 0,8 % par rapport à la fin mars 2015 (soit + 640). Sur un an, il est en hausse de 5,4 %. Selon le département, ce nombre varie par rapport à fin mars 2015 entre + 0,2 % et + 1,6 % : Ardennes (+ 1,6 %), Aube (+ 1,3 %), Marne (+ 0,2 %), Haute-Marne (+ 0,7 %).

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A augmente en avril 2015 de 1,2 % pour les hommes (+ 7,6 % sur un an) et augmente de 0,4 % pour les femmes (+ 3,0 % sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A de moins de 25 ans augmente de 0,4 % en avril (stable sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans augmente de 0,9 % (+ 5,8 % sur un an) et le nombre de ceux âgés de 50 ans et plus augmente de 1,0 % (+ 8,5 % sur un an).

Au mois d'avril 2015, le nombre de demandeurs inscrits en catégorie A et ayant un droit payable au Revenu de Solidarité Active (RSA) est de 20 257 (soit 26,8 % des demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, données brutes).

Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C s'établit à 116 204, fin avril 2015. Ce nombre croît de 1,1 % (soit + 1 232) au mois d'avril. Sur un an, il croît de 6,1 %. Selon le département, ce nombre varie par rapport à fin mars 2015 entre + 0,4 % et + 1,9 % : Ardennes (+ 1,9 %), Aube (+ 1,1 %), Marne (+ 0,8 %), Haute-Marne (+ 0,4 %).

Parmi l'ensemble des demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C, le nombre d'hommes augmente de 1,2 % en avril (+ 7,2 % en un an) et le nombre de femmes augmente de 1,0 % (+ 5,0 % sur un an). Le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A, B, C de moins de 25 ans augmente de 0,6 % en avril (+ 1,1 % sur un an). Le nombre de ceux de 25 à 49 ans augmente de 1,1 % (+ 6,5 % sur un an) et celui des 50 ans et plus augmente de 1,3 % (+ 8,9 % sur un an).

Le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A, B, C depuis un an ou plus augmente de 9,1 % sur un an. Le nombre d'inscrits depuis moins d'un an augmente de 3,7 % sur un an.

Les entrées en catégorie A, B, C augmentent au cours des trois derniers mois de 2,9 % par rapport aux trois mois précédents. L'évolution des motifs d'entrée sur la même période est très variable : fins de contrats à durée déterminée (+ 1,6 %), fins de mission d'intérim (- 1,0 %), licenciements économiques (+ 10,6 %), autres licenciements (+ 2,4 %), démissions (- 0,5 %), premières entrées (+ 23,6 %), reprises d'activité (+ 0,7 %) et autres motifs (+ 1,0 %).

Parallèlement, les sorties de catégorie A, B, C diminuent au cours des trois derniers mois de 0,9 % par rapport aux trois mois précédents. L'évolution des motifs de sorties sur la même période fluctue : reprises d'emploi déclarées (- 9,2 %), entrées en stage (- 2,1 %), arrêts de recherche (- 0,3 %), cessation d'inscription pour défaut d'actualisation (+ 1,0 %), radiations administratives (+ 1,6 %) et autres cas (+ 2,2 %).

Au mois d'avril 2015, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C et ayant un droit payable au RSA est de 24 648 (soit 21,4 % des demande urs d'emploi inscrits en catégorie A, B, C, données brutes). Les entrées en catégorie A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 2 081 au mois d'avril 2015 (soit 22,7 % des entrées en catégorie A, B, C, données brutes). Les sorties en catégorie A, B, C des bénéficiaires ayant un droit payable au RSA sont de 2 065 (soit 22,2 % des sorties en catégorie A, B, C, données brutes).

Les offres d'emploi collectées par Pôle emploi augmentent en Champagne-Ardenne, au cours des trois derniers mois de 1,7 % par rapport aux trois mois précédents. L'évolution est variable selon les types d'offres : les offres d'emplois non durables (moins de 6 mois) : - 1,5 % et les offres d'emplois durables (6 mois ou plus) : + 7 %.

Fin avril 2015, le département de l’Aisne compte 37 351 demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A à Pôle emploi, soit une hausse de +0,5% par rapport au mois de mars, et un accroissement de + 2,5 % ces douze derniers mois.

En catégorie ABC, le nombre de demandeurs d’emploi dans le département s’établit à 55 373, soit une évolution de + 0,7 % par rapport au mois dernier (+ 4,5 % ces douze derniers mois).

Partager cet article
Repost0
27 mai 2015 3 27 /05 /mai /2015 17:14

En conflit depuis de longs mois avec sa direction, l’éducatrice spécialisée s’était installée durant un mois sur le parking du Carrefour Market.

Elle vient d’obtenir gain de cause. Elle réintégrera son poste de travail dès le 2 juin.

Partager cet article
Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 10:23

Les IADE (Infirmiers anesthésistes diplômés d’État) font grève dans toute la France. À Troyes, ils étaient une douzaine (80 % de grévistes) mobilisés devant les grilles du centre hospitalier de 8 h à 10 h : «On est déterminés mais pas inconscients, après on retourne bosser !».

Leurs revendications portent sur trois grands sujets : la reconnaissance pour tous du niveau «Master» et le développement des équivalences universitaires, un rééquilibrage des salaires qui n’ont pas évolué depuis 1992 et conserver leur implication au sein du Samu.

Depuis la réforme «LMD» (Licence-Master-Doctorat) en 2010, leur formation a été remise à niveau. Sauf pour tous les «anciens» IADE qui ne se sont pas vus reconnaître titulaire de Master, ni même du niveau Bac+5, et ne sont donc pas payés en conséquence. Les IADE craignent, également d’être évincés du Samu, par soucis d’économies. Enfin ils restent vigilants sur l’application de l’article 51 de la loi HPST (dite « loi Bachelot ») qui pourrait permettre à des infirmiers non-diplômés de pratiquer des anesthésies : «Nous restons sur nos gardes. À Troyes, ça va encore mais c’est quand même la sécurité du patient qui est en jeu».

Partager cet article
Repost0
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 10:05
Pôle emploi : nouveau dispositif de contrôle des chômeurs

Le Conseil d’administration de l’opérateur public Pôle emploi a approuvé mercredi la généralisation des équipes de contrôle sans l’amender. Tous les membres ont voté la généralisation, sauf Force ouvrière et la CGT qui se sont abstenues. Le dispositif est testé depuis juin 2013 en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Franche-Comté et en Poitou-Charentes.

Alors que Pôle emploi est confronté à un afflux inédit de demandeurs d’emploi (5,6 millions fin mars outre-mer et petite activité comprises), le dispositif «n’a pas vocation à modifier les chiffres du chômage», a assuré le ministre du Travail. «Ce n’est pas un flicage de la société». L’objectif est d’empêcher les demandeurs d’emploi de «s’enkyster dans le chômage de longue durée». «Toute personne qui abandonne (sa recherche), c’est un échec pour Pôle emploi et la société».

Le projet de Pôle emploi, qui dissocie le contrôle et l’accompagnement du chômeur, aujourd’hui confiés au même conseiller, doit désormais être présenté en Comité central d’entreprise (CCE), qui n’a qu’un rôle consultatif. «Il y a un aspect contrôle et, potentiellement, sanction, mais il y a aussi un aspect repérage des demandeurs d’emploi en difficulté et redynamisation de la recherche d’emploi qui est positif», avait déclaré le directeur général de l’opérateur, avant le CA. Le dispositif «n’est et ne sera assorti d’aucun objectif en termes de nombre de contrôles et/ou nombre de radiations» et «tous les demandeurs d’emploi sont susceptibles d’être contrôlés», de manière «ciblée», «aléatoire» ou après un signalement, selon un document transmis aux syndicats la semaine dernière.

La procédure de contrôle débutera par «l’examen du dossier du demandeur d’emploi». Si l’équipe de contrôle soupçonne une «insuffisance de recherche d’emploi», elle interrogera le demandeur par «questionnaire», puis par «téléphone» et, enfin, en face-à-face, «si le doute persiste». «Le cas échéant, la procédure de radiation (...) est engagée», après un «processus de redynamisation» du demandeur d’emploi. Le chômeur radié pourra introduire un «recours» auprès du directeur d’agence, puis devant le tribunal administratif et/ou le médiateur de Pôle emploi.

La direction compte mobiliser 200 postes en équivalent temps plein (ETP) pour le contrôle, un nombre à mettre en perspective avec les quelque 22 000 conseillers chargés de l’accompagnement. Leur déploiement doit s’étaler entre août et octobre. Des mesures de sécurité particulières sont prévues pour les agents de contrôle, qui seront «sensibilisés» à la «prévention des situations d’agression». Pôle emploi «préconise» qu’ils «ne gèrent pas les demandeurs d’emploi de la commune où ils vivent, ni de la zone de compétence de l’agence d’où ils viennent s’ils étaient conseillers».

Le contrôle des chômeurs existe déjà aujourd’hui : les demandeurs d’emploi inscrits sont tenus de faire des recherches, sous peine d’être radiés et de voir leurs allocations suspendues 15 jours, jusqu’à six mois en cas de récidive. Mais il est assuré par les conseillers en charge de l’accompagnement. Le nouveau dispositif doit permettre à ces derniers de se recentrer sur leur mission et «d’être plus à l’aise dans leur relation de confiance avec les demandeurs». 13 409 personnes auraient été radiées en 2013 pour «insuffisance de recherche d’emploi», soit 2,5 % des radiations totales.

Le contrôle des chômeurs, courant dans de nombreux pays européens, est un sujet sensible. L’automne dernier, François Rebsamen avait hérissé les syndicats et une partie de la gauche en demandant à Pôle emploi de renforcer le contrôle de la recherche d’emploi. De son côté, l’association de chômeurs AC! dénonce une «répression à l’encontre de victimes du système». «Le gouvernement Hollande a choisi de lutter contre les actifs privés d’emploi et non contre le chômage».

Partager cet article
Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 14:58

Depuis le rachat de SFR par Numéricable l’an dernier, les contrats avec les sous-traitants sont renégociés à la baisse. La CGT est monté au créneau cette semaine pour dire ses craintes sur la pérennité de l’emploi en France. «C'est une épée de Damoclès au-dessus de notre tête, avec plus de 1 000 emplois menacés. Si on perd le contrat avec SFR ou si ces baisses de tarifs aboutissent, je ne vois pas comment on peut s'en sortir», dans la mesure où ce contrat représente «70% de notre activité».

Sur le site de Pont-Sainte-Marie, ce contrat représente même 100 % de l’activité et l’inquiétude commence à se faire sentir chez le 600 salariés.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 11:15

C’était malheureusement prévu, mais les neuf salariés l’ont appris de manière brutale mardi. Le tribunal a prononcé la liquidation de la maison de l’emploi et des métiers de Reims.

Pour c’est le résultat d’un choix politique de Reims Métropole. Pour lui, la cessation a été organisée. «Nous avons fait des propositions qui n’ont pas été écoutées. Il y a toujours un besoin qui est là. Aujourd’hui, nous ne savons de quoi sera fait notre avenir», précise ce dernier, qui se dit prêt à contester les licenciements.

Partager cet article
Repost0
14 mai 2015 4 14 /05 /mai /2015 11:01

La société JPM, qui avait été placée en procédure de sauvegarde en novembre 2014, a été mise en liquidation judiciaire le 5 mai dernier. Elle employait encore 22 personnes.

Spécialisée notamment dans la rénovation de maison en pans de bois, cette belle entreprise de Bréviandes fondée en 1987 comptait encore 36 salariés au moment d’entrer en procédure de sauvegarde.

À l’époque, son gérant expliquait rencontrer des problèmes de trésorerie mais espérait pouvoir remonter la pente malgré un contexte général difficile.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 16:54

En plein développement, la Métallerie Gusiée de Marigny-le-Châtel déménageait en 2011 son département serrurerie acier dans un bâtiment flambant neuf sorti de terre à Romilly-sur-Seine. Sous le même toit, une nouvelle entreprise spécialisée dans la fabrication de charpente métallique, ACR Metal, prenait également ses quartiers.

Depuis, la crise du bâtiment est passée par là et la Métallerie Gusiée n’a pas été épargnée. Pour faire face à «une baisse de travail conjoncturelle», la société qui embauchait 45 personnes a décidé de procéder à 22 licenciements sur l’ensemble de ses deux sites.

Dans le cadre de cette restructuration, la partie acier implantée à Romilly a été rapatriée au siège marignon.

ACR Métal qui partageait le même toit poursuit son activité.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 16:49

C’est une mauvaise nouvelle pour Givet et l’ensemble de la Pointe. Placée en redressement judiciaire en début d’année, la société Spanevello vient de mettre définitivement la clef sous la porte. Ce jeudi, le tribunal de commerce de Sedan a en effet ordonné la liquidation judiciaire de la plus grande entreprise de construction du secteur. Quinze salariés se retrouvent sur le carreau.

Née il y a plus de cinquante ans, l’entreprise givetoise connaissait, depuis quelques années, certaines difficultés financières. Mais tout s’est accéléré en 2014, puis en 2015, avec une «baisse considérable de l’activité de la société», indique l’administrateur, resté au chevet de l’entreprise durant près de quatre mois.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 16:47

Moins d’un an après avoir été reprise par Hervé Pagazani et renommée SB Ceramic, la faïencerie Sarreguemines de Vitry-le-François se retrouve à nouveau au bord de la fermeture. Déjà en « plan de redressement », afin d’étaler ses dettes, la société qui compte encore 52 salariés, a été directement placée en liquidation judiciaire.

Le tribunal de commerce a autorisé une poursuite d’activité jusqu’au 2 juillet, afin de trouver un éventuel repreneur. Les candidats doivent se faire connaître avant le lundi 18 mai.

Partager cet article
Repost0