Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 11:56

Un mouvement de grève des bus et des trams est annoncé pour la semaine qui commence lundi 26 septembre.

Réunis en assemblée générale, les salariés de Citura ont finalement décidé de déposer un préavis qui dure jusqu’au 1er janvier 2012, pour éviter l'écueil d'une durée de carence (de 15 jours) entre deux préavis de grève.

Une fois n'est pas coutume, les revendications des salariés ne portent pas sur les salaires. «C'est l'organisation du travail qui ne va pas du tout. Les conducteurs sont prévenus 48 heures à l'avance de leurs horaires. Hormis pour les jours de congé, il n'y a pas de planning fixe. Ils doivent s'adapter en permanence. Il faut absolument tout remettre à plat

En cause également : le sous-effectifs du service de maintenance des bus. «C'est un gros problème, et qui s'aggrave encore. Depuis deux ans, ils formaient un apprenti qu'ils décident brutalement de renvoyer sans qu'on puisse savoir pourquoi.»

Le mouvement devrait également toucher les agents de maîtrise mais, en ce qui les concerne, pour la seule journée du 26 septembre. «Il s'agit des agents qui travaillent comme animateurs et ceux qui se trouvent au poste de commandement du tramway (PCC). On a doublé leurs samedis et leurs dimanches travaillés, on a doublé leur travail de nuit et leur travail tardif. Le tout sans aucune compensation financière».

Voici les principales revendications :

-  Respect total de l'accord de fin de conflit du 14 avril 2011 notamment sur les roulements des conducteurs receveurs et des wattmen et leurs conditions de travail.
-  Pour une réelle négociation aux services techniques sur l'organisation du travail due à l'implantation d'un dépôt bus à Bezannes (ouvriers, pompistes et techniciens).
-   Pour une réelle prise en compte des nouvelles contraintes des animateurs et régulateurs.
-  Pour un effectif «vérification des titres» en adéquation avec l'arrivée du tramway.
-  Pour un dialogue social de qualité avec une nouvelle direction se souciant enfin de ses salariés et des vrais problèmes de l'entreprise.
-  Pour un accord sécurité face au constat d'une forte augmentation des agressions.

- Pour la pose de toilettes digne de ce nom sur tous les terminus du réseau.

 

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 21:03

Département

Revenu fiscal de référence par tranches (en euros)

Nombre de foyers fiscaux

Dont traitements et salaires

Dont retraites et pensions

Nombre de foyers imposables



ARDENNES

0 à 9 400

45 554

19 887

15 254

45


 

9 401 à 11 250

10 868

6 268

4 885

186


 

11 251 à 13 150

10 886

7 619

3 601

3 814


 

13 151 à 15 000

12 769

8 213

4 978

5 411


 

15 001 à 16 900

11 763

7 894

4 380

6 202


 

16 901 à 18 750

9 601

6 713

3 438

6 094


 

18 751 à 23 750

17 014

12 658

5 608

12 685


 

23 751 à 28 750

12 130

8 490

4 861

10 398


 

28 751 à 38 750

14 514

11 082

4 950

13 656


 

38 751 à 48 750

6 696

5 276

2 121

6 535


 

48 751 à 97 500

6 546

5 059

1 968

6 402


 

+ de 97 500

1 341

1 001

281

1 303


 

Total

159 682

100 160

56 325

72 731


AUBE

0 à 9 400

41 802

20 799

13 617

72


 

9 401 à 11 250

11 965

7 417

4 985

225


 

11 251 à 13 150

12 164

9 262

3 344

4 992


 

13 151 à 15 000

14 504

10 105

4 979

7 198


 

15 001 à 16 900

12 520

8 764

4 355

7 549


 

16 901 à 18 750

10 093

6 928

3 742

6 916


 

18 751 à 23 750

17 750

12 516

6 820

14 065


 

23 751 à 28 750

13 936

9 181

6 314

12 330


 

28 751 à 38 750

16 687

12 210

6 278

15 845


 

38 751 à 48 750

8 041

5 925

2 836

7 875


 

48 751 à 97 500

8 767

6 400

2 747

n.d.


 

+ de 97 500

2 562

1 694

604

n.d.


 

Total

170 791

111 201

60 621

88 240


MARNE

0 à 9 400

68 756

36 597

20 189

109


 

9 401 à 11 250

18 739

12 174

7 232

334


 

11 251 à 13 150

19 969

15 354

5 261

8 547


 

13 151 à 15 000

23 916

17 203

7 717

12 590


 

15 001 à 16 900

22 374

16 322

7 117

14 107


 

16 901 à 18 750

18 570

13 518

6 083

13 237


 

18 751 à 23 750

33 561

25 292

10 936

26 885


 

23 751 à 28 750

25 014

17 449

10 348

22 252


 

28 751 à 38 750

32 515

24 465

11 949

30 928


 

38 751 à 48 750

17 082

13 211

5 734

16 776


 

48 751 à 97 500

20 975

15 342

6 567

20 728


 

+ de 97 500

6 641

4 199

1 761

6 580


 

Total

308 112

211 126

100 894

173 073


HAUTE-MARNE

0 à 9 400

28 219

12 134

11 216

31


 

9 401 à 11 250

7 387

4 177

3 465

112


 

11 251 à 13 150

7 641

5 250

2 665

2 922


 

13 151 à 15 000

9 409

6 146

3 654

4 386


 

15 001 à 16 900

8 418

5 577

3 279

4 580


 

16 901 à 18 750

6 674

4 491

2 585

4 483


 

18 751 à 23 750

11 732

8 345

4 477

9 071


 

23 751 à 28 750

8 333

5 545

3 836

7 280


 

28 751 à 38 750

10 187

7 656

3 845

9 623


 

38 751 à 48 750

4 563

3 517

1 576

4 464


 

48 751 à 97 500

4 050

3 025

1 305

n.d.


 

+ de 97 500

822

595

222

n.d.


 

Total

107 435

66 458

42 125

51 751


AISNE

0 à 9 400

84 082

40 342

26 190

151


 

9 401 à 11 250

20 805

12 879

8 562

359


 

11 251 à 13 150

21 288

15 698

6 331

8 143


 

13 151 à 15 000

24 751

16 716

8 949

11 111


 

15 001 à 16 900

22 198

15 215

8 078

12 070


 

16 901 à 18 750

17 774

12 168

6 718

11 361


 

18 751 à 23 750

31 598

23 066

11 115

23 733


 

23 751 à 28 750

23 122

16 041

9 711

20 103


 

28 751 à 38 750

27 584

20 812

10 083

26 003


 

38 751 à 48 750

12 876

10 029

4 205

12 613


 

48 751 à 97 500

12 811

9 605

3 981

12 593


 

+ de 97 500

3 203

2 187

759

3 168


 

Total

302 092

194 758

104 682

141 408


Un critère permet de différencier les foyers français : l'ISF. L'impôt de solidarité sur la fortune porte, lui, sur le patrimoine et non sur les revenus des foyers. Il vient d'être modifié. Désormais, ce sont les foyers détenant plus d'1,3 million d'euros de patrimoine taxable qui sont soumis à cet impôt, contre 790 000 € jusqu'à l'an passé.

L’autre est l’impôt sur le revenu. Pour l'administration fiscale, les ménages sont répartis en douze tranches de revenus. Au-delà de 1 562 € mensuels net imposable (soit 2 120 € déclarés, soit 2 SMIC pour un couple), les tranches s'échelonnent de 5 000 €, puis de 10 000 €. L'avant-dernier distinguo va du simple au double, de plus de 4 000 € mensuels à plus de à 8 000 €. Après, au-dessus de 8 125 € mensuels, tous les foyers français sont dans le même panier. Enfin, la même tranche d'imposition. Néanmoins, pour faire face à la crise, le plan de rigueur du gouvernement prévoit la mise en place d'une contribution de 3 % pour les foyers dont les revenus annuels sont supérieurs à 300 000 €, créant ainsi une nouvelle «super-tranche».

Sur le site impots.gouv.fr, on peut trouver les statistiques 2009 des impôts sur le revenu (donc de 2008), par départements et par communes. Le tableau ci-dessus est issu de ces statistiques et concerne les 4 départements de la région Champagne Ardenne et le département de l’Aisne.

Plusieurs remarques :

- on peut voir que le total des nombres de foyers fiscaux dont le revenu provient des traitements et salaires et celui dont le revenu provient des pensions et retraites est différent du nombre total de foyers fiscaux (dans un sens ou dans l’autre).

-    on peut gagner plus de 11 280 € mensuels (8 125 € mensuel net imposable) et ne pas payer d’impôts sur le revenu (28 foyers fiscaux à Reims par exemple) …

-    les foyers déclarant 1 SMIC ne sont pas imposés sur les revenus.

Pour la Marne, dont on dispose de presque toutes les donnés, parmi les vingt-cinq premières communes de ce «classement» des villes au revenu moyen le plus élevé du département, vingt et une possèdent des vignes sur leur sol. Et tous les vignobles sont représentés : Côte des Blancs (Congy, Fèrebrianges, Villevenard, Givry-les-Loisy), Vallée de la Marne (Villers-sous-Châtillon, Vandières, Mancy, Reuil, Festigny), Vallée de l'Ardre/Val-de-Vesle (Ecueil, Vrigny, Aubilly, Janvry, Lhéry, Brouillet, Villedommange, Chamery, Gueux), Montagne de Reims (Villers-Allerand, Chigny-les-Roses) et Sézannais (Vindey). Seul le vignoble du Vitryat n'apparaît pas dans ces vingt-cinq premières places.

Néanmoins, dans le top 5 de ce classement, si l'on note la présence à la première place de Congy (108 280 € de revenus moyens) dans le Val du Petit Morin et de Villers-sous-Châtillon (n° 3 avec 79 529 €) dans la Vallée de la Marne, deux villages viticoles, trois «intrus» viennent s'intercaler : La Chapelle-Lasson (94 345 €), près d'Anglure, Gourgançon (75 701 €), tout au sud du département près de Mailly- le-Camp, et Bouvancourt (74 716 €), au Nord de Reims.

Pour rappel 4 955 foyers marnais sont soumis à l’ISF.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 12:30

Alors que les choses semblaient s'être apaisées après la décision du ministère du Travail le 24 mai dernier d'annuler une première procédure de licenciement pour faute grave (la direction a fait appel de la décision, la direction) a engagé une nouvelle procédure pour motif disciplinaire cette fois, à l'encontre du représentant de la section syndicale CFDT.

Une procédure à nouveau annulée par l'Inspecteur du travail de Chaumont qui a refusé le licenciement.

Pourquoi Chaumont et pas Troyes ? Parce qu’après la décision du ministère du travail, «J'ai été déclaré apte à l'issue de la visite médicale mais on m'a fait comprendre que le poste n'existait plus et que je pouvais rester chez moi tout en étant payé». Puis la direction lui a envoyé un courrier pour lui proposer un poste similaire sur le site de Chaumont, le sien n'existant plus à Troyes.

«J'ai demandé à ce que mes frais soient pris en charge, que mes horaires soient aménagés pour tenir compte du fait que j'ai la garde de ma fille en permanence et j'ai réclamé en outre des garanties sur la pérennité du poste. En guise de réponse la direction m'a indiqué que c'était ainsi et pas autrement. Et toute autre attitude serait assimilée à un refus. Le 27 juillet dernier, j'ai averti la direction que je ne répondais pas favorablement à sa proposition qu'elle n'avait pas la volonté de me réintégrer», explique le représentant syndical, qui a dès lors été convoqué par l'Inspecteur du travail de Chaumont qui lui a signifié l'engagement d'une procédure pour des raisons disciplinaires.

La décision toute récente de l'Inspecteur du travail d'annuler la procédure de licenciement apparaît comme une nouvelle bouffée d'oxygène.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2011 6 17 /09 /septembre /2011 12:06

Les établissements Godart, équipementier automobile spécialisé dans la fabrication de composants permettant la circulation des fluides dans l'environnement moteur (que ce soit l'eau, l'huile ou les gaz d'échappement…), propriété de la famille nippone Yamada, emploient une centaine de personnes à Fumay.

Depuis le début de l'année, les pertes flirteraient avec la barre du million d'euros. En cause, notamment, la baisse des commandes liée à la conjoncture, mais aussi au tsunami qui a durement touché le Japon au printemps dernier.

Deux terribles hypothèses sont avancées, au cas où la situation ne s'améliorerait pas très vite. A commencer, par des suppressions de postes. La main d'œuvre dite «indirecte» - à savoir celle qui n'intervient pas directement dans le processus de production (agents de maintenance, personnel administratif…) - serait principalement visée. Autre piste, encore plus noire celle-là : la fermeture pure et simple de l'usine, créée en 1960.

Rien n’est encore acté. A suivre donc.

A noter qu’il y a deux ans, les établissements Godart - qui à leur apogée, ont employé jusqu'à 200 personnes - avaient déjà été touchés par la suppression de 27 postes.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 15:05

L'usine PSA des Ayvelles (un peu plus de 2.220 salariés dont 297 intérimaires) travaille dans trois secteurs d'activités : la fabrication de pièces en fonte pour l'ensemble des véhicules PSA, de pièces de liaison au sol en aluminium pour les véhicules 407, 508, C5 et C6 (6 à 7 % de la fabrication totale de l'usine), et de culasses avec un procédé de coulée gravité classique (11 000 pièces par jour) et un procédé modèle perdu, PMP (2 000 culasses).

Lors du Salon automobile de Francfort, le président du directoire de Peugeot-Citroën a annoncé qu'il fallait «se préparer à des temps plus difficiles» et que PSA devait «accélérer ses réductions de coûts par rapport à ses plans actuels».

D'ici la fin de l'année, la fonderie PSA devra adopter une politique prudente afin de prévoir un éventuel retour brutal à une conjoncture défavorable. Pour cela, elle va devoir limiter au maximum ses dépenses et baisser très fortement ses stocks. Cela afin de prévenir d'éventuelles baisses de commandes. «Conséquence directe : l'activité de l'usine va baisser sensiblement dans les quatre mois qui viennent».

Un plan de performance ambitieux va devoir être mis en place en 2012 pour répondre aux objectifs que PSA s'est fixé pour permettre les investissements prévus à l'international. Notamment en Chine, en Amérique latine, en Russie et en Inde.

«Aucune suppression d'emploi n'est programmée dans les mois qui viennent. Mais si le niveau de main-d'œuvre en terme de CDD ne doit pas subir de ponctions, il est fort probable par contre que le nombre d'intérimaires soit diminué d'une quarantaine d'unités. Mais 250 devraient tout de même conserver leur place», déclare le patron de la fonderie.

Entendez par là que si le nombre de CDD et CDI employés restera le même, en revanche il y aura une quarantaine d'intérimaires en moins.

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 12:02

Soulagement pour Vendeuvre Sous Vêtements (VSV). Le tribunal de commerce a autorisé l'entreprise de Vendeuvre-sur-Barse à poursuivre son activité pendant six mois supplémentaires.

Elle est en redressement judiciaire depuis le mois de mars. Le tribunal lui a permis de continuer car l'horizon s'est un peu éclairci pour cette ancienne usine du groupe Poron. Le groupe Zannier (qui a racheté Poron au début des années 90 et qui est son principal donneur d'ordres) a accepté de lui donner de l'activité encore jusqu'en 2012. Ce qui laisse désormais bien plus de temps à son dirigeant de trouver d'autres clients que la marque de vêtements pour enfants.

La charge de travail donnée par Zannier reste toujours très en baisse par rapport à celle de l'année écoulée. Car l'usine de Vendeuvre se trouve désormais excentrée par rapport à l'organisation du groupe Zannier. La centralisation de ses stocks ne s'effectue plus en France mais en Ukraine.

L'administrateur judiciaire considère qu'il n'y a pas d'autre alternative, pour sauver l'entreprise, que d'adapter le nombre des salariés à la charge de travail qui reste.

Sur les 57 salariés, 19 vont malheureusement perdre leur emploi.

La procédure est d'ores et déjà engagée. Une première réunion du comité d'entreprise a eu lieu la semaine dernière et les licenciements pourraient intervenir d'ici la fin du mois.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 16:57

La Cour européenne de justice a récemment signé la disparition du Plan européen d'aide aux plus démunis (PEAD). Dès 2012, le budget alloué pour l'aide alimentaire en Europe diminuera de 75 % pour être entièrement supprimé l'année suivante. L'enjeu est de taille pour les associations, et le coup très rude.

En France, le PEAD représente au bas mot de 35 à 40 % des denrées distribuées principalement par le Secours populaire, la Banque alimentaire, les Restos du cœur et la Croix Rouge. Pour les 20 000 Marnais qui en bénéficient, cela signifie la disparition d'environ 1,4 million de repas chaque année, soit 700 tonnes de denrées alimentaires. Une situation inenvisageable au regard de la situation, estiment les différentes structures.

Pourquoi en est-on arrivé à ce cul-de-sac ? D'abord parce que le PEAD fonctionne depuis quelques années hors de son strict cadre légal. À sa création en 1987, le plan est organisé pour que les surplus agricoles européens soient distribués aux plus démunis. Face à la réduction des stocks, la méthode a peu à peu glissé vers une aide financière de 500 millions d'euros ponctionnés sur le budget de la Politique agricole commune. Peu enclines à soutenir ce programme - dont elles-mêmes ne souhaitent pas bénéficier - l'Allemagne et la Suède ont saisi la justice européenne avec l'issue que l'on connaît.

Tout n'est pas perdu pour autant, à condition d'agir rapidement. Si les associations ne doutent pas que chaque pays devrait voter individuellement une aide d'urgence pour 2012 - «en particulier en France avec les échéances électorales» - elles cherchent en revanche à mobiliser pour trouver une solution pérenne. La Commission européenne a proposé d'améliorer l'actuel PEAD à deux reprises déjà, sans y parvenir, la minorité de blocage étant constituée par l'Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas, le Danemark, la Suède, l'Autriche et la République Tchèque. Voilà donc ceux qu'il faudra convaincre. Il faudra, d'ici le 19 octobre, trouver les bons arguments.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 16:53

S'il n'y a aucun impact sur la distribution du courrier, le bureau de Château-Thierry et ceux de la zone périphérique tournent au ralenti depuis lundi matin, à la suite d'un mouvement de grève illimitée des guichetiers.
Il ést impossible de réaliser des opérations numéraires au guichet de la poste de Château-Thierry et sur les sites de Charly-sur-Marne et Essômes-sur-Marne. Les bureaux de Viels-Maisons et de Nogent-l'Artaud sont, quant à eux, simplement fermés. Seul service assuré en physique, en ce premier jour de semaine : le retrait du courrier et colis sur les trois premiers sites cités.

Les employés de la Poste ont cessé le travail lundi matin pour contester la réorganisation de la structure castelle prévue en octobre prochain. «Les dirigeants comptent supprimer l'équivalent de 2, 5 emplois sur le bureau de Château-Thierry et sa zone. Les tâches augmentent alors que le nombre de postes baisse.» Les guichetiers castels pointent du doigt la nouvelle activité de téléphonie mobile «mise en place sans embauche».

«En trois ans, quatre personnes sont parties sans être remplacées». Malgré la réfection complète et la restructuration du bureau avec l'installation de divers automates au printemps dernier, les salariés de la Poste constatent une dégradation permanente de leurs conditions de travail. «Le nouveau système ne fonctionne pas. Les gens se rendent bien compte qu'il y a un problème. Il y a toujours autant de file d'attente, même après les travaux.» Actuellement, l'ensemble du personnel castel tourne sur les différents bureaux périphériques pour assurer le service. En cas d'absence ou de congés, les guichetiers craignent les fermetures répétées des guichets à défaut de personnel suffisant.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2011 2 13 /09 /septembre /2011 16:51

Chez Doré Doré à Fontaine-les-Grès, après l’annonce du transfert de toute la production en Italie et la fermeture de l’usine de Fontaine-les-Grès, l’heure est maintenant au plan social.

Il a été présenté au comité d’entreprise.  «Il est dans ses grandes lignes identiques à celui de 2009».
Il y a deux ans, le fabricant de chaussettes avait supprimé 50 emplois après avoir scindé l’entreprise en trois et séparé la production du commercial. Ce plan social avait été accepté par les salariés et n’avait pas été contesté en justice.

«Compte tenu qu’il s’agit maintenant de la fermeture d’une usine, nous avons demandé à Gallo de faire un effort supplémentaire. La direction nous a répondu que ce n’était pas possible. La seule chose que nous avons obtenue de plus est un budget accru pour la formation, pour la création d’entreprise et le déménagement si les salariés trouvent du travail en dehors de leur zone de résidence».

Les salariés sont désemparés car tous ont cru dans cette entreprise qui fut longtemps un des fleurons du textile français. Après l’annonce du départ de toute la production en Italie, il n’y a pas eu de manifestation de la part des salariés. «Il n’y a pas eu de réaction car Doré Doré connaît depuis plusieurs années une mort lente».

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 09:20

Un mouvement de grève des bus et des trams est annoncé pour la semaine qui commence lundi 26 septembre.

Réunis en assemblée générale, les salariés de Citura ont finalement décidé de déposer un préavis.

Une fois n'est pas coutume, les revendications des salariés ne portent pas sur les salaires. «C'est l'organisation du travail qui ne va pas du tout. Les conducteurs sont prévenus 48 heures à l'avance de leurs horaires. Hormis pour les jours de congé, il n'y a pas de planning fixe. Ils doivent s'adapter en permanence. Il faut absolument tout remettre à plat

En cause également : le sous-effectifs du service de maintenance des bus. «C'est un gros problème, et qui s'aggrave encore. Depuis deux ans, ils formaient un apprenti qu'ils décident brutalement de renvoyer sans qu'on puisse savoir pourquoi.»

Le mouvement devrait également toucher les agents de maîtrise mais, en ce qui les concerne, pour la seule journée du 26 septembre. «Il s'agit des agents qui travaillent comme animateurs et ceux qui se trouvent au poste de commandement du tramway (PCC). On a doublé leurs samedis et leurs dimanches travaillés, on a doublé leur travail de nuit et leur travail tardif. Le tout sans aucune compensation financière».

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 08:33

Fabricant de produits en béton manufacturés sur une cinquantaine de sites en France, Bonna Sabla avait déjà annoncé son intention en mai 2010 et prévenu les salariés.

Redéploiements régionaux par type de procédés, modernisation des capacités de production : Bonna Sabla n'entend pas délocaliser à l'étranger mais regrouper. Une première phase de cette restructuration a eu lieu l'an passé, avec des fermetures et des réductions d'effectifs.

Le site de Bar-sur-Seine qui comptait vingt-deux employés fermera ses portes au premier trimestre 2012 soit plus juste.

Des salariés résignés certes, mais qui sont surtout tristes de cette fermeture et amers de la manière dont on les traite. Des employés qui ont l'impression d'être des pions, malgré une expertise locale forte. Le carnet de commandes était plein, et l'a toujours été.

Les salariés de l'entreprise ont débrayé près de deux heures lors de la visite de Luc Chatel, ministre de l'Éducation nationale, au lycée Val-Moré, pour montrer leur mécontentement devant la décision de leur entreprise de fermer plusieurs petites unités en France, dont celle de Bar-sur-Seine, afin de pouvoir mieux regrouper ses activités.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 08:24

Alors que la filière sucre se porte très bien, le dialogue social et les avantages historiques du groupe sont en net recul, le personnel du site se dit «être loin des discours prônant les répartitions égalitaires».

Si le groupe Cristal Union compte 1 200 salariés au niveau national, la sucrerie-distillerie arcisienne - et ses 208 permanents - attaque sa campagne betteravière. Ce qui a occasionné l'embauche de 103 saisonniers et de 25 intérimaires.

Les salariés ont entamé un mouvement de grève pour obtenir une participation financière plus importante vu les résultats de l'entreprise.

Partager cet article
Repost0