Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 14:35

C'est une première dans la région, le tribunal des prud'hommes de Chaumont a reconnu un préjudice d'anxiété et de bouleversement pour une centaine de plaignants victimes de l'amiante, parmi eux, d'anciens salariés de Mc Cormick. Ils recevront chacun 10 000 euros.

 

Partager cet article

Repost0
24 mai 2014 6 24 /05 /mai /2014 13:51

L'Agence régionale de santé avait incité l’hôpital de Chaumont à prendre des mesures afin de mettre à niveau son unité de réanimation avant juin 2014. L’hôpital chaumontais, dans un contexte budgétaire difficile, n’est pas parvenu à attirer de nouveaux praticiens.

Face à cette nouvelle dégradation et sans perspective d’amélioration, le service a donc été fermé jusqu’à la fin du mois de juin.

Manif pour sauver l'hôpital de Chaumont

Ce samedi matin, 500 personnes ont manifesté devant l’hôtel de ville pour "sauver l'hôpital" de la ville.
Les manifestants redoutent à terme la disparition de l'établissement qui emploie 800 personnes.

Partager cet article

Repost0
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 16:41

L'Agence Régionale de santé (ARS) a décidé de fermer le service de réanimation de l'hôpital de Chaumont à partir de ce mercredi 21 mai jusqu'au 30 juin minimum.

Elle a suspendu l'autorisation de l'activité de réanimation afin de "garantir la sécurité des patients". Elle pointe des ressources médicales insuffisantes pour permettre la survie du service de réanimation. L'ARS avait déja émis des inquiétudes en 2013 et incité l'hôpital de Chaumont à mettre à niveau le fonctionnement de son unité de réanimation au plus tard en juin 2014.

Afin d'assurer la continuité des soins, tous les patients devront donc être transférés  vers les hôpitaux de Saint-Dizier, Troyes, Dijon et Nancy.

Au delà de la fermeture du service, c'est tout l'hôpital qui est touché par cette décision et en particulier les services chirurgicaux et la maternité. En effet, sans réanimation, impossible d'effectuer bon nombre d'interventions chirurgicales.

Le 30 juin prochain, c'est le laboratoire d'anatomopathologie, chargé d'analyser les cellules cancéreuses, qui fermera ses portes, suite à la décision de la Selarl Bio-Santé pour des raisons principalement économiques.

Ces deux décisions successives réduisent donc considérablement l'offre de soins médicaux à Chaumont.

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2013 3 25 /12 /décembre /2013 21:18

Les membres du syndicat Force Ouvrière (FO) santé Aisne sont parvenus à obtenir les chiffres officiels sur la santé de l’hôpital de Chauny. «L’établissement souffre d’un déficit cumulé de 11, 6 millions d’euros et de 7 millions d’euros de non-paiement auprès des fournisseurs».

«On nous a confirmé que l’hôpital avait sa place au sein de la communauté hospitalière de territoire. On nous a affirmé qu’il existerait toujours». On parle «d’une aide substantielle» qui se chiffre en millions d’euros pour redresser la barre financière de l’hôpital.

Les 852 agents hospitaliers chaunois vont pouvoir passer les fêtes dans un état d’esprit moins tendu. «Sur le terrain on note déjà une amélioration, au niveau du matériel notamment». Et la cerise sur le gâteau reste une reconduction de 40 CDD qui devaient vider leur placard le 31 décembre prochain.

Dans le cadre du plan de retour à l’équilibre et de sa modernisation, l’agence régionale de santé (ARS) octroie un subside conséquent à l’hôpital de Chateau-Thierry.L’ARS de Picardie vient de lui accorder 2,7 millions dans le cadre du Plan de retour à l’équilibre budgétaire (PRE) ainsi que pour sa modernisation et sa sécurisation.

«700 000 euros pour le PRE c’est très motivant pour l’ensemble des équipes hospitalières. Et deux millions pour la sécurisation et la modernisation, c’est un bon début sur douze millions dont nous avons besoin réellement».

Surtout, cela va permettre de combler une partie du déficit occasionné depuis dix ans dans le cadre du plan «Hôpital 2012», qui avait coûté 3,5 millions d’euros, principalement en frais d’architectes, et qui n’avait jamais vu le jour.

Bien que la somme «ne soit pas encore sur le compte de l’hôpital, c’est une excellente chose que le ministère passe à l’acte».

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 16:05

Rassemblés devant les portes de l'hôpital, les syndicalistes ont distribué un tract dans lequel ils exigent "une transparence et une visibilité sur la situation actuelle" de l'établissement".

Mais ce n'est pas leur seule motivation. "Si nous sommes là ce matin, c'est surtout dans l'intérêt des agents et celui des patients ; on veut que l'hôpital de Chauny vive et propose une offre de soins de qualité".

L'intersyndicale déplore également les conditions de travail au sein des différents services, entraînant un fort taux d'absentéisme. "Ce sont les effets de la réorganisation".

Partager cet article

Repost0
10 octobre 2013 4 10 /10 /octobre /2013 15:53

Avec un déficit de 9,5 millions d'euros, l'hôpital de Laon fait l'objet d'un plan de retour à l'équilibre budgétaire.

Si le personnel comprend qu'il faut réaliser de sérieuses économies, en passant notamment par une mutualisation des services, il conteste une réorganisation sans concertation des instances syndicales et sans dialogue social. «L'ambulance est en feu, mais on ne veut pas tirer dessus. On ne veut pas bricoler une mutualisation, mais responsabiliser l'hôpital et l'ARS (Agence régional de santé)».

Au service d'accueil des urgences (SAU) et au service mobile d'urgence et de réanimation, le personnel comptabiliserait plus de 9 000 heures supplémentaires non payées. «Sommes-nous des professionnels multitâches ?». Le personnel note la disparition des astreintes, rémunérées, au profit d'un «suivi de continuité».

«On a l'impression que les décisions sont prises sans réflexion sur les effets secondaires. La mutualisation peut être une bonne chose, mais pas arbitrairement».

Pour rappel, les syndicats ont déposé un préavis de grève le 17 septembre, reconductible jusqu'au 31 décembre.

Selon la direction, «Nous avions un déficit de 10 % en 2012 et aujourd'hui nous sommes à l'équilibre. Notre trésorerie nous permet de remplacer un agent par un agent. Nous ne sommes pas du tout dans une politique de réduction des effectifs !»

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2013 7 06 /10 /octobre /2013 14:48

Depuis le 1er juillet, les plafonds d'éligibilité à la Couverture maladie universelle complémentaire (CMU-c) et à l'Aide pour une complémentaire santé (ACS) ont été augmentés de 8,3 %.

Dans l'Aube, cela représente entre 3 500 et 4 000 personnes supplémentaires pouvant en bénéficier. Cela ne touche plus seulement ceux qui sont en situation de précarité extrême mais aussi des salariés aux ressources modestes.

«Par rapport à l'année dernière, nous constations une légère hausse, environ 5 %, qui traduit une augmentation des difficultés socio-économiques».

Depuis le 1er avril, grâce à un accord signé avec les médecins, ces derniers sont obligés d'appliquer des tarifs sans dépassement d'honoraires pour les bénéficiaires de l'ACS, comme pour les bénéficiaires de la CMU-c. Ils n'ont plus non plus à avancer la partie prise en charge par l'assurance.

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2013 3 18 /09 /septembre /2013 10:07

Le mouvement, lancé hier par l'intersyndicale Sud, CGT, CFDT, UNSA et FO du centre hospitalier de Laon, n'a, en effet, que faiblement mobilisé le personnel. Les procédures d'assignation de grévistes seraient, selon les syndicats, l'une des raisons de cette participation en deçà de leurs attentes.

Selon les syndicalistes, c'est avant tout le «manque de personnel» et les «conditions de travail difficiles» qui figurent aujourd'hui parmi les sujets de préoccupation principaux des agents. Ils pointent notamment le «recours anormal» aux contrats à durée déterminée qui représentent 20 % de l'effectif alors que «le ministère de la Santé préconise de ne pas dépasser 10 %». Le personnel «en a assez de travailler sous pression, pour toujours et toujours faire des économies, de la rentabilité : la santé n'est pas une marchandise qui se monnaie». Dès hier, les syndicats ont promis d'autres actions.

Selon la directrice, qui conteste les 20 %, «Au 31 août de cette année, nous avions 1 072 agents rémunérés, hors médecins donc, contre 1 036 agents au 31 décembre 2012. Nous avons par ailleurs 297 agents contractuels». Ce qui veut dire, qu'il y aurait entre 22 et 28 % de précaires... Plus que ne revendiquent les syndicats !

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2013 2 17 /09 /septembre /2013 17:41

Sur huit établissements hospitaliers «généraux», trois font actuellement l’objet d’un «plan de retour à l’équilibre budgétaire» (PRE), mis en place en coordination avec l’Agence régionale de santé (ARS) de Picardie. Affichant parfois un déficit de plusieurs millions d’euros, Laon, Chauny et Château-Thierry tentent de rétablir leurs comptes.

Les trois établissements doivent donc combler ce déficit (Laon : 9,5 millions d'euros fin 2011; Chauny : 5 millions il y a 7 ans, 800 000 € fin 2012). L’Agence intervient dans «l’accompagnement du retour à l’équilibre».

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 08:07

Un débrayage était organisé mardi au centre hospitalier, sous l’égide 
des syndicats Force ouvrière et Sud.

Près de 150 salariés y ont pris part afin de faire entendre 
leurs inquiétudes quant à la suppression annoncée de 35 postes d’ici le 1er janvier 2014.

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 14:13

Dans un tract distribué hier lors de la manif sur les retraites, les syndicats hospitaliers ont aussi dénoncé, pêle-mêle, «le manque d'effectifs», «les courriers envoyés aux agents proches de la retraite pour les obliger à partir», «l'illégalité des fins de contrat» ou encore «l'accès aux promotions sur des critères nébuleux».

Alors que les situations de burn-out et les arrêts maladies se multiplieraient, les syndicats disent attendre de «vraies décisions pour l'amélioration des conditions de travail», notamment «l'arrêt du management dangereux qui porte atteinte à la santé physique et psychologique des agents. Les gens viennent travailler la boule au ventre».

Pour le seul service des urgences, ce sont 7 000 heures supplémentaires qui seraient à payer. L'un des autres problèmes soulevés par les syndicats, c'est le recours aux contrats à durée déterminée (CDD) aux longs cours. «Nous avons des agents qui sont en CDD depuis dix ans !». A la maternité, les sages-femmes en CDD représentent, à elles seules, plus de la moitié de l'effectif.

Un rassemblement est prévu mardi prochain.

Partager cet article

Repost0
4 juillet 2013 4 04 /07 /juillet /2013 10:15

Ex-ramoneur des usines Godin à Guise, de 1979 jusqu'en 1996, il tombe malade en 2012 et pense être atteint d'une simple bronchite. Mais le diagnostic du pneumologue du centre hospitalier de Saint-Quentin qui l'examine est tout autre et, surtout, plus inquiétant. il, souffre, selon ce médecin, d'abestose, mal qu'aucun traitement ne saura enrayer. La maladie est en effet évolutive, et il n'existe pas aujourd'hui, de remède pour enrayer son processus.

On lui conseille alors de lancer une procédure de reconnaissance de maladie professionnelle liée à l'amiante. Ce qu'il fait, en commençant par s'adresser à la Caisse primaire d'assurances maladie, muni de son certificat médical qui, lui, établit un lien entre son affection et une exposition durable à l'amiante.

Le médecin-conseil de la CPAM lui oppose un refus en avril dernier. En parallèle, l'ancien salarié «Godin» fait également un recours amiable auprès de la CPAM. Il attend aujourd'hui la contre-expertise d'un second médecin-conseil. «J'en suis là. Je patiente».

Si l'avis de la CPAM est positif, son dossier devrait donc se jouer devant le tribunal des Affaires sociales et sanitaires, à Laon, dont les magistrats détermineront le montant de la rente qui lui sera allouée. En cas de rejet du recours amiable en revanche, l'assuré peut alors déposer un recours contentieux devant le tribunal des Affaires de sécurité sociale.

Partager cet article

Repost0