Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 août 2016 7 28 /08 /août /2016 15:36

Chez les facteurs de Saint-Quentin

La plate-forme de Saint-Quentin a été réorganisée le 26 juillet. Elle compte 170 agents, tout métier confondu. «Il y a 14 positions de travail en moins, un facteur sur deux n’a pas été remplacé et il y a les temps partiels pour les seniors», selon un délégué syndical. Vingt-deux «positions de travail» (postes) ont été supprimées dans divers métiers.

Les tournées ont donc été réorganisées. «On nous a enlevé 200 clients pour nous en rajouter 400 ou 500». Ce qui, dans le jargon, signifie, deux ou trois rues en moins pour en récupérer le double d’autres tournées. «Nous devons faire de plus en plus de «frigo». Le courrier est retardé». Le facteur remet au lendemain les courriers les moins urgents pour finir sa tournée à l’heure. «Nous devons finir à 13 heures. Si nous finissons plus tard, nous ne sommes pas payés en heures supplémentaires».

Des nouvelles tâches s’ajoutent à cette réorganisation. «Nous devons faire les relevés ErDF-GrDF, nous pouvons aussi livrer des fleurs… De nouvelles prestations qui ne nous sont pas payées. Le métier doit évoluer, c’est sûr, mais nous en arrivons à un point où nous n’avons pas le temps de dire «bonjour». C’est dommage. Quand nous revenons tard d’une tournée, il nous est reproché d’avoir trop traîné sur les tournées et d’avoir parlé avec les clients».

Selon la direction, le surplus de travail du mois d’août serait en partie dû «aux congés», la «panne d’une machine» (entraînant un surcroît de travail pour les facteurs et l’encadrement) et «l’arrivée des impôts». Autrement dit l’activité est haute et devrait baisser. «Il s’agit de difficultés passagères dans une organisation qui vient d’être mise en place et à laquelle les agents ne sont pas encore habitués. S’il y avait des difficultés notoires, un préavis de grève aurait été déposé». Elle explique que des recrutements temporaires ont été effectués. «Il faut pallier les jours d’arrêts des salariés. Une jeune femme s’est vue expliquer le métier en dix minutes. Elle a fini sa première tournée à 18 heures. Elle n’est pas revenue le lendemain».

Et pour quel salaire ? «Je gagne 1 300 € net après vingt et un ans de boîte», explique l’un. «1 640 € après trente-quatre ans », ajoute un autre.

Au magasin Tati de Saint-Parres-aux-Tertres

Sur les six salariés en CDI (cinq employés et une directrice), trois sont actuellement en arrêt de travail pour dépression nerveuse. Une quatrième a récemment repris le travail. La directrice adjointe, pour qui les salariés de l’enseigne s’étaient mobilisés il y a un an afin d’éviter son éviction, a été licenciée il y a deux mois par une nouvelle directrice, contre laquelle les salariés ne mâchent pas leurs mots.

Partager cet article

Repost0
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 11:35
Groupements hospitaliers de territoires en région Grand Est

La loi de modernisation du système de santé, adoptée définitivement le 17 décembre 2015, prévoit un nouveau mode de coopération entre les établissements publics de santé à l’échelle d’un territoire, les «Groupements hospitaliers de territoires» (GHT) dont l’objectif est d’améliorer l’accès aux soins en renforçant la coopération entre hôpitaux publics autour d’un projet médical. Les 1 100 établissements publics de santé que compte le pays doivent obligatoirement se regrouper pour aboutir en 150 GHT.

(...)

Pour les syndicats FO, CGT et SUD, les conséquences de la gestion des GHT seront :

  • La désertification des territoires dans l’offre de soins par la disparition des Hôpitaux de Proximité.
  • La mort des Hôpitaux Psychiatriques par «dilution» dans les Hôpitaux Généraux MCO (Médecines, Chirurgies, Obstétriques)
  • La mobilité forcée du personnel
  • La réduction des effectifs (22 000 postes)
  • La disparition de services de soins (suppression de 16 000 lits)

Ils défendent le maintien de plein droit et de plein exercice de toutes les activités, de tous les services, de tous les lits et emplois, de toutes les instances (CTE, CME, CHSCT, Conseils de surveillance) des 1 100 établissements publics de santé et demandent l’abrogation de la loi Santé et du décret du 27 avril 2016 relatif aux Groupements hospitaliers du Territoire.

Voir le document joint pour y retrouver, entre autre, la liste des GHT en région Grand Est.

Partager cet article

Repost0
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 20:49

Les infirmiers de bloc opératoire de l’hôpital Robert-Debré avaient déposé un préavis de grève illimitée pour dénoncer leur système d’astreinte et la surcharge de travail jugée «inuhmaine et dangereuse pour le personnel et les patients pris en charge».

Le temps de se mettre en grève et Uu accord a été trouvé cet après-midi entre les grévistes et la direction de l’hôpital Robert-Debré. Ils ont obtenu de récupérer leur temps d’astreinte et l’embauche d’une personne à 80 %. Selon l’hôpital, «les interventions prévues au bloc opératoire ce jour ont été pour la plupart maintenues grâce à l'organisation mise en place suite au préavis de grève annoncé».

Partager cet article

Repost0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 10:40

C’est un droit depuis 1975. Si l’hôpital de Rethel dispose d’un centre périnatal de proximité, aucun IVG n’y est pratiqué depuis plusieurs années, faute de médecins pratiquant cet acte médical essentiel.

D’après des estimations, près de 100 actes par an pourraient être réalisés sur le territoire.

«Actuellement, les médecins envoient les patientes qui souhaitent subir une interruption volontaire de grossesse à Reims. Ce n’est pas normal qu’un hôpital de proximité ne propose pas cette activité», reconnaît le directeur du Groupe hospitalier Sud Ardenne.

Une solution serait à l’étude.

Partager cet article

Repost0
30 avril 2016 6 30 /04 /avril /2016 10:22
RTT : Retourne Tout de suite Travailler

La direction du Centre Hospitalier Universitaire de Reims a décidé de supprimer 18 jour de RTT dans un des secteurs d'activité.

Ce projet était soumis au vote lors du Comité Technique d’Établissement mercredi;

A l'avenir, c'est l'ensemble des services qui pourraient être touchés.

Trouvé sur Facebook :

Pour info, hier midi, grosse mobilisation concernant la suppression des RTT pour un service plus particulièrement, Et peut être d'autre a suivre !!??!! . La Salle pôl Bouin envahie par environ, je pense, entre 400 et 500 personnes. La direction ne pensait pas que l'on réunirait autant de personnel ou "public" comme le dit si bien notre DRH. Je pense que nous avons tapé un grand coup. Nous vous tiendrons informés ulterieurement des suites de ce dossier et des décisions prises par notre direction!!!!!.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 16:54

Cette fois, c’est dans la rue ! Le syndicat CGT des hospitaliers de Soissons organise une manifestation mardi 26 avril à partir de 14 h 30 et appelle le personnel et les usagers du centre hospitalier à participer à cette marche. Un préavis a été déposé à la direction ce mardi.

Le cortège partira de l’hôpital pour rejoindre la mairie de Soissons, puis la sous-préfecture avant de se diriger vers la maison de retraite du centre des Éclaircies.

En septembre dernier, la mobilisation s’était organisée devant l’entrée de l’établissement sans aller jusqu’à la manifestation sur la voie publique. Les syndicats dénoncent une souffrance au travail qui génère une augmentation des arrêts, des burn-outs, des dépressions et des départs qui déstabilise les effectifs et les plannings.

Si l’on ne devait citer qu’un exemple, celui des urgences qui enregistrent chaque année 40 000 passages permettra à chacun d’apprécier la situation. Dans un contexte d’effectifs déjà très tendu, le départ supplémentaire d’un médecin urgentiste a généré une nouvelle situation de crise.

Partager cet article

Repost0
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 13:04

Selon la direction du groupe Courlancy, un compromis a été trouvé avec les représentants du personnel dans le cadre des négociations annuelles obligatoires (NAO). Il n’est plus question de faire travailler les salariés des cliniques 36 heures payées 35. Une nouvelle proposition d’annualisation du temps de travail des salariés aurait été approuvée par le syndicat majoritaire CFDT. «Il s’agit d’une annualisation à 1 607 heures, ce qui au final correspond aux 35 heures. Cette modalité existant dans la loi, sans augmentation du temps de travail», précise le DRH du groupe.

Partager cet article

Repost0
3 février 2016 3 03 /02 /février /2016 15:07
A propos des pesticides

Elles s’appellent Syngenta, Monsanto, Bayer ou Dow, vous ne les connaissez peut-être pas. Ce sont des multinationales de l’agrochimie qui fabriquent les pesticides utilisés dans l’agriculture. Leurs produits se retrouvent dans les aliments, dans l’eau du robinet et même dans l’air que l'on respire. Certains sont cancérigènes ou neurotoxiques, d’autres sont des perturbateurs endocriniens particulièrement dangereux pour les enfants.

En moyenne, ce sont près de 65 000 tonnes de pesticides purs qui sont épandues chaque année sur notre territoire. Aujourd’hui, l’Hexagone est le premier consommateur de produits phytosanitaires en Europe. Chaque année, près de 100 000 tonnes de pesticides classés dangereux ou potentiellement dangereux sont utilisés en France. Les départements de la Gironde, de l’Aube, de la Marne et de la Loire-Atlantique arrivent largement en tête de classement, avec des ventes de pesticides dangereux trois fois et demie supérieures à la moyenne de l'ensemble des départements français. L'objectif du ministre de l'Agriculture est de parvenir à faire baisser de 50% l'utilisation des pesticides d'ici à 2025. Optimiste.

La suite en pièce jointe avec la situation en Champagne Ardenne.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2016 2 26 /01 /janvier /2016 14:39

Les négociations n’ont pas abouti lundi entre la direction du groupe Courlancy et les représentants du personnel.

Chacun est resté sur ses positions : d’un côté le souhait de faire travailler les salariés 36 heures payées 35 moyennant des compensations et de l’autre le refus de se voir imposer «un recul social».

Les parties n’ont pas prévu de se revoir. Il s’agissait de la dernière réunion dans le cadre des NAO (négociations annuelles obligatoires).

«Les salariés sont soulagés de cette non signature», réagit la CGT.

Partager cet article

Repost0
21 janvier 2016 4 21 /01 /janvier /2016 17:53
Des manifestant-e-s pour la première pierre de la clinique de Bezannes

La naissance de la future clinique de Bezannes, 47 000 m2, 400 lits, pour un coût de 135 millions d'euros, restera dans les annales du groupe Courlancy. C’est aujourd'hui le plus grand chantier dans le domaine de la santé en France.

Jamais première pierre n’aura été autant perturbée. Elle a été posée, ce jeudi, sous les huées d’une centaine de salarié-e-s de plusieurs cliniques rémoises du groupe.

Au départ, ils n’étaient pas invités à la cérémonie. Ils ont tout bonnement forcé puis contourné les barrières tout en empêchant les invités d’entrer.

Venus protester contre leurs "horaires et bas salaires", ils dénoncent "une dégradation de leurs conditions de travail".

Les salariés des cliniques ont peur de perdre leurs acquis sociaux.

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 11:10

Fuite des patients, baisse d’activité, crise financière, déficit d’image… Le centre hospitalier Auban-Moët n’affiche pas une forme olympique. Un plan d’action est en cours pour redresser la barre. Il sera présenté aux instances de l’établissement et à l’ARS début février.

L’hôpital d’Épernay vit des heures difficiles. C’est écrit noir sur blanc dans l’un des audits commandé par l’établissement et réalisé par le cabinet EY. Dès les premières lignes, pas d’équivoque, la situation est qualifiée «d’inquiétante, elle appelle un rétablissement urgent indispensable».

Même écho alarmiste de trois représentants syndicaux (CGT-UNSA-CFDT) qui avaient initié un mouvement de grève courant décembre dernier pour manifester contre le troisième PRE, plan de retour à l’équilibre et ses conséquences : «L’hôpital se trouve dans une situation financière catastrophique».

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2015 1 21 /09 /septembre /2015 09:08

C’est pour défendre les conditions de travail et la qualité des soins que la toute jeune intersyndicale du centre hospitalier lance un appel à la grève. Les deux syndicats CGT et CFDT s’unissent en effet pour une lutte commune. Une première. Ils dénoncent les dégradations des conditions de travail du personnel et du dialogue social et revendiquent notamment l’embauche des CDD en CDI.

Tous les services sont concernés, des urgences – où les syndicats demandent la garantie quotidienne de la sécurité et de la qualité des soins aux urgences avec un personnel médical renforcé et diplômé urgentiste – au personnel administratif. Le nombre d’arrêts maladie ne cesse d’augmenter et les demandes de mutations vers les centres hospitaliers de la région se multiplient.

Une manifestation est prévue à 15 heures mardi sur l’héliport du centre hospitalier.

Partager cet article

Repost0