Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 20:09

Début novembre, le procureur de la république de Soissons, décidait l’ouverture d’une enquête préliminaire pour faire la lumière sur des faits de harcèlement moral au travail. Plusieurs agents du centre hospitalier de Soissons ont en effet déposé plainte contre leurs supérieurs hiérarchiques.

Plusieurs personnes ont déjà été auditionnées. les enquêteurs doivent encore entendre de nombreux témoins. «Le dossier suit son cours», indique le procureur de la République. L’enquête pourrait encore durer plusieurs mois.

Partager cet article

Repost0
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 16:35

La CGT des hospitaliers de Soissons a récemment alerté le procureur de la République de Soissons qui a décidé d’ouvrir une enquête pour harcèlement au travail.

De toute évidence, la démarche du syndicat gêne.

Hier, une lettre anonyme est parvenue au local syndical de la CGT à l’hôpital de Soissons. Ce n’est pas la première mais cette fois, l’auteur de la lettre menace la secrétaire du syndicat de finir dans la rubrique «faits divers» si jamais son nom et celui de l’hôpital devaient encore être associés dans un article de presse.

Une plainte a été déposée.

Partager cet article

Repost0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 12:01

Après une mise en liquidation judiciaire, la Sirc de Marigny-leChâtel est reprise en juin 2011 par SAS Sirc industries. 130 salariés sont licenciés.

Le 11 septembre 2015, un salarié avec 30 ans d’ancienneté se suicide dans l’entreprise, las d’un harcèlement moral qu’il décrit comme quotidien.

Le 07 octobre 2015, la société est placée en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Troyes. Pour la dirigeante, c’est la conséquence du suicide du salarié ! Il faisait partie des cadres historiques de l'entreprise. Et ce drame a traumatisé tout le monde. Les salariés ont arrêté de travailler ou ralenti les cadences." Cette tragédie a fait chuter la production de 30 %. Et cela a également paralysé la dernière étape du plan de modernisation depuis le changement de propriétaire en 2011. (sources : GraphiLine.com du 14 octobre 2015).

Le 10 novembre 2015, la société est mise en liquidation judiciaire le tribunal de commerce de Troyes et les salariés licenciés.

Le 20 septembre 2016 était jugée par le Tribunal de Troyes la dirigeante de SAS Sirc industries pour harcèlement moral envers le salarié qui s’est suicidé le 11 septembre 2015. Pour se défendre, elle déclare «il a du mal à faire preuve d’autorité et à gérer les commandes». Ce qui est en contradiction avec ce qu’elle déclarait à GraphiLine après le redressement judiciaire. Si la production a chuté de 30 % après son suicide, c(est bien qu’il savait géré les commandes et faire preuve d’autorité !

Le tribunal, hier, l’a reconnue coupable de harcèlement moral et condamnée à 20 000 € d’amende dont 10 000 € avec sursis. La société écope de 20 000 € d’amende.

Partager cet article

Repost0
30 juillet 2016 6 30 /07 /juillet /2016 22:51
Les oies bernaches des bords de Meuse provoquent une polémique

Le maire de Monthermé souligne depuis plusieurs semaines les problèmes posés par les oies bernaches venues du Canada et installées sur les rives de la Meuse : beaucoup de déjections et même quelques agressions de la part des volatiles.

Un défenseur de la cause des oiseaux a passé deux jours à Monthermé, pour analyser le problème. «Il faut limiter les bernaches. Une commune ne peut pas vivre avec 85 spécimens». Mais l’argument des fientes est fallacieux. «Ce sont des herbivores. Leurs déjections sont composées de 90 % d’herbe. Ce sont un peu comme des tondeuses à gazon».

Plusieurs communes étaient prêtes à accueillir les oies de Monthermé, tout comme un refuge animalier du Calvados. Le problème est que les oies bernaches sont inscrites en France sur la liste des espèces nuisibles depuis 2010. Il est par conséquent interdit de les déplacer sur le territoire.

L'espèce étant aussi inscrite sur la liste des espèces dont la chasse est autorisée (et étant régulièrement chassée), la mairie de Monthermé a choisi une solution radicale : tuer les oiseaux devenues trop nombreuses et impossible à déplacer. Un choix autorisé par le préfet qui a signé un arrêté dans ce sens le 13 juillet, à condition que la mise à mort ait lieu de nuit.

Lors de la réunion tenue mardi 19 juillet, le maire avait annoncé la couleur à la dizaine de personnes venues défendre ces oies du bord de Meuse, trop nombreuses dans la commune. «Je ne fais pas cela de gaîté de coeur mais il faut trouver une solution».

Avant même la signature de l'arrêté préfectoral, plusieurs associations de défense des animaux se sont opposées au choix de la mise à mort.

Une grande partie des oies a été tuée dans la soirée du 26 juillet vers 23 heures, au niveau du barrage, là où elles se regroupaient la nuit. Trois personnes ont circulé sur la voie verte à bord d’un 4x4. Une fois arrêtées, elles ont attiré les oies puis tiré des coups de feu avec une arme dotée d’un silencieux. Une quinzaine d'oies bernaches seraient encore présentes à Monthermé, dont certaines touchées par les tirs. Certaines semblent ne plus pouvoir voler.

Choquée par la mise à mort des oies, l'une des associations a rendu publiques les coordonnées du maire de Monthermé qui se dit désormais harcelé par les lettres et les coups de téléphone. Il a porté plainte.

Pourquoi les terroristes bernaches sont-elles venues foutre la merde à Monthermé, au rique d'y laisser des plumes ? Le maire de Monthermé va-t-il déclarer la guerre au Canada ou remplacer ses tondeuses par des bernaches ?

Partager cet article

Repost0
15 janvier 2016 5 15 /01 /janvier /2016 11:08

Cette semaine, le ton est monté chez les pompiers professionnels des Ardennes. Deux syndicats, le SNSPP/PATS (FO) et la CGT dénonçaient la mauvaise gestion du président du Sdis.

«Le management du Sdis des Ardennes est devenu déplorable depuis quelques mois». Ils parlent notamment d’une pression morale de la part de l’encadrement supérieur. «Il nous paraît intolérable que de tels agissements restent impunis».

Ce vendredi matin, alors que la cérémonie des vœux aux pompiers devait se dérouler à partir de 11 heures à la salle des fêtes de Prix-lès-Mézières, une cinquantaine de syndiqués CGT ont décidé de bloquer l’accès à cette salle. La cérémonie a été annulée.

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2014 4 02 /10 /octobre /2014 10:10

Appartenant au groupe LVMH, les maisons de champagne Krug et Veuve Clicquot constituent une seule entité. L’affaire s’est ébruitée la première fois en décembre 2013, à l’occasion d’une grève déclenchée pour soutenir un collègue que la direction venait de sanctionner pour harcèlement.

Les faits allégués ont duré tout au long des années 2012 et 2013 sur le site Krug, amenant ce commentaire sévère de l’inspection du travail envers la direction des ressources humaines : «Vous n’avez pas rempli vos obligations [de sécurité envers les salariés], sachant que vous connaissiez ces problèmes depuis de nombreuses années».

Le volet «harcèlement sexuel» du dossier repose sur les plaintes de cinq femmes déposées contre un salarié, licencié depuis par l’entreprise. Le versant «harcèlement moral» est plus conséquent par le nombre des plaignants : cinq salarié(e)s mais aussi quatre membres de l’encadrement qui ont déclaré ne pas avoir le dessus sur certains employés. Neuf d’entre eux ont été mis en cause dans un rapport dressé par l’inspection du travail.

Deux salariés sont principalement mis en cause. Le premier est toujours en fonction tandis que le second, membre du comité d’hygiène et de sécurité, a été licencié.

Trois options s’offrent au procureur de Reims à la fin de l’enquête préliminaire  : un classement sans suite, un renvoi devant le tribunal correctionnel de tout ou partie des personnes mises en cause, ou bien l’ouverture d’une information judiciaire (saisine d’un juge d’instruction) si la complexité du dossier l’exige.

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 10:05

«Depuis février et l’arrivée du nouveau directeur, des salariés sont victimes de pressions, de brimades et de discriminations. Les risques psychosociaux sont de la responsabilité de l’employeur, qui doit les prévenir. Dans le cas présent, ce n’est pas fait», rappelle la responsable de la CGT de Soissons.

Aucun salarié ne s’exprime publiquement, «ils craignent des représailles, et vu l’ambiance dans le magasin, ils ont raison. C’est pour cela que nous sommes là pour les soutenir». Des employés ont été reçus à la direction régionale à Chaulnes et une pétition proposée aux clients du magasin a déjà réuni près de 200 signatures. «Elle s’est faite en deux heures, le temps de la distribution de tract. Un moment qui nous a d’ailleurs valu les foudres de la direction, où quelques insultes ont fusé, nous n’avons pas compris».

Pour l’heure, une quinzaine de dossiers sur 24 salariés, pourraient être déposés auprès du conseil des Prud’hommes, pour non-respect du code du travail.

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2014 1 15 /09 /septembre /2014 19:53

Ce lundi, le DRH du centre hospitalier de Chauny a été entendu dans l’après-midi sous le statut d’auditeur libre à la gendarmerie de Chauny. Il est ressorti, comme il y était rentré… libre en l’état actuel des poursuites. À l’origine de cette procédure une ou plusieurs plaintes.

Ce n’est pas la première fois que le président des Radicaux de gauche de Picardie est entendu pour des suspicions de harcèlement. En juillet dernier, le Parisien rapportait deux plaintes déposées à l’encontre du conseiller municipal de Creil par la directrice et une salariée de la Semeiso (Société d’économie mixte d’études et immobilier Sud Oise).

Partager cet article

Repost0
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 08:20

Les prud’hommes de Saint-Quentin l’avaient débouté en avril 2013. L’ancien délégué syndical FO du laboratoire Carpentier a prolongé son combat jusqu’à la cour d’appel. En février 2014, la cour s’est penchée sur son dossier et a contredit les conseillers saint-quentinois. Oui, écrit la juridiction, l’employeur a procédé «à un harcèlement au long cours, sur plusieurs années». Un harcèlement moral à l’origine de son inaptitude au travail, déclaré comme tel par la médecine du travail en décembre 2011.

C’est lui, qui, en 2010, avait dénoncé son employeur qui importerait des prothèses de Chine. Il s’était basé sur une baisse substantielle des commandes de la part des dentistes, clients pour la fabrication des prothèses dentaires.

Depuis son licenciement pour inaptitude au travail, le délégué syndical n’a pas retrouvé d’emploi.

Partager cet article

Repost0
20 mai 2014 2 20 /05 /mai /2014 17:02

La commune de Noyales vient une fois encore de perdre au tribunal administratif d’Amiens dans l’affaire qu’il l’oppose à Maryse Jumeaux, la secrétaire de mairie licenciée.

La procédure de licenciement avait déjà été reconnue pour non-respect du droit administratif il y a un an,

Cette fois, en date du 29 avril dernier, c’est l’annulation du licenciement qui est reconnue ainsi que la procédure pour grave maladie. La commune devra verser deux fois 10 000 € à la secrétaire.

Il s’agit de la 5ème condamnation de la commune sur cinq procès au tribunal administratif.

Partager cet article

Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 09:13

Le 30 mai 2012, le TGI d"Avesnes/Helpe condamnait le directeur des hôpitaux de Fourmies et d'Hirson pour harcèlement moral.

Il nous prie de signaler que la Cour d'appel de Douai l'a relaxé en décembre 2013.

Partager cet article

Repost0
5 juillet 2013 5 05 /07 /juillet /2013 09:34

Le patron de Planet'Pizzas, établissement installé à Troyes, a été condamné à quatre mois de prison et 2 000 € d'amende pour harcèlement moral au travail. Il a été reconnu non coupable pour certaines victimes, la preuve d'agissements répétés et non occasionnels n'ayant pas été apportée, d'après le tribunal.

Mais il devra indemniser les cinq autres salariés qui s'étaient portés partie civile. La somme globale des dommages et intérêts s'élève à un peu plus de 10 000 €.

Le mis en cause avait pourtant nié les faits qui lui étaient reprochés, malgré des témoignages précis et un rapport du contrôleur de l'inspection du travail.

Partager cet article

Repost0