Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 21:59

Le conseil d’agglomération de rentrée de Cgâlons qui s’est tenu hier soir a donné l’occasion aux élus communautaires de voter une subvention de 400 000 € à l’association Aéroport Paris-Vatry Project (APVP) dont la mission consiste à piloter le projet de développement du transport des passagers.

Depuis 2010, époque à laquelle une première subvention de 200 000 € avait été votée, la collectivité n’a cessé de venir en aide à cette structure.

Hormis un conseiller votant contre cette délibération «car elle ne concernait pas le fret», c’est tous ensemble que les élus ont voté afin que Vatry décolle.

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 21:36

Il y a peu de temps, après 2 rejets de rachat des actions SNC Lavalin, actionnaire majoritaire de l’aéroport de Vatry; un homme d’affaire chalonnais, Hubert Formey, déclarait haut et fort qu'il jetait l'éponge...

Or, un protocole de vente est arrivé sur le bureau du président du conseil général ce vendredi. SNC-Lavalin et Hubert Formey ont donc trouvé un accord.

Il ne s’agit donc en aucun cas d’une reprise pour le moment. Mais juste d’une offre complète et co-signé par le vendeur et l’acheteur.

Le conseil général de la Marne à jusqu’à la mi-novembre pour se prononcer sur le dossier et donner son feu-vert.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 16:16

La SNC-Lavalin, actionnaire majoritaire de la SEVE, la société qui exploite l'aéroport de Vatry, propriété du conseil général de la Marne,  a décidé de dénoncer la délégation de service public (DSP) accordée par le Département jusqu'à fin 2019, avec effet le 31 décembre prochain.

Si Lavalin vient de refuser les deux offres de rachat des parts de la SEVE  (1,8 et 2 millions d'euros), ce serait par calcul financier.

En effet, dans l'avenant n° 7 à la délégation de service public initiale, signé en novembre 2009, figure un paragraphe, le 30.2. Il indique que «si les résultats constatés à l'issue de la période quinquennale 2009-2013 sont insuffisants et traduisent l'impossibilité du délégataire (la SEVE, ndlr) de trouver l'équilibre budgétaire, la résiliation pour force majeure administrative est prononcée à la demande du délégataire. (Cela) se traduirait notamment par le versement au délégataire d'une indemnité» par le délégant, soit le Département.

Lavalin va-t-il récupérer plus du CG 51 qu'en vendant ses parts ?

Tout demeure actuellement suspendu aux décisions du CG51 et de la Champagne-Ardenne, les deux principaux financeurs, de reconduire, ou non, leur participation à APVP (1,3 million d'euros chacun en 2013). Une commission plénière, non publique, vendredi, doit évoquer le dossier au Département. Cette décision devrait donner la tendance pour les autres collectivités dont les deux CCI (Reims-Epernay et Châlons-Vitry) et la communauté d'agglomération de Châlons (qui ont versé moins d'un million au total en 2013).

Partager cet article
Repost0
10 juillet 2013 3 10 /07 /juillet /2013 08:56

Pour le président du conseil général de la Marne, le départ annoncé du délégataire n'y fait rien. «Pour l'année 2013, les activités se poursuivent tout à fait normalement. Il est important de rassurer les clients. Des engagements ont été pris pour plusieurs destinations, ils seront tenus. Les taux de remplissage sont très bons. Nous devrions atteindre cette année 100 000 passagers».

«Dès le départ, la procédure de délégation prévoyait une fenêtre de sortie au 1er janvier prochain. Nous avions envisagé cette hypothèse. En tant que délégant, nous prenons acte. Nous sommes en train de négocier pour les prochaines saisons : l'hiver prochain et l'été 2014. Tant qu'il y aura des crédits pour les opérations de marketing, il y aura continuité. Et n'oublions pas que les activités fret et passagers représentent soixante-dix emplois sur le site de Vatry».

Qui va intervenir alors pour l'équilibre financier de l'Europort Paris-Champagne ? «La Région, le Département de la Marne et l'agglomération de Châlons-en-Champagne. Les crédits sont votés. Pour développer cet aéroport, on sera là». Demeure la question du délégataire. Il est prévu de lancer une nouvelle procédure. L'heure n'est pas encore aux pistes sérieuses. À défaut, le choix de la régie directe pourrait s'imposer.

Dans le même temps, Vatry doit se débattre dans un marasme qui touche son activité fret.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 09:12

Après l'annonce du retait de SNC-Lavalin, Aéroports de Montréal Capital, Sogaris, CCI de Châlons-en-Champagne, Troyes et Reims, et IENAIR, ont décidés d'arrêter leur participation dans la délégation de service public.

Youri Busaan, quittera ses fonctions de directeur général au 31 août prochain. Alain Russel, actuel président du conseil d'administration de la S.E.V.E. qui le remplacera au 1er septembre 2013.

Le conseil général de la Marne a annoncé qu'au 1er janvier 2014, que l'aéroport passera en "régie" temporairement afin de trouver une nouvelle solution pour créer une société qui gérera au mieux la délégation de service public. Le conseil général de la Marne est actuellement à la recherche d'un nouveau partenaire afin de remodeler cette délégation de service public qui n'était pas viable économiquement et qui ne correspondait pas aux attentes des différents acteurs économique.

Le président du conseil général de la Marne a tenu à assurer de la continuité du service public et de la non-interruption des lignes régulières.

Partager cet article
Repost0
29 juin 2013 6 29 /06 /juin /2013 12:26

Aeroport_de_Vatry.jpgSNC-Lavalin est une société canadienne qui gère pour les collectivités plusieurs aéroports régionaux en délégation de service public. Elle vient d'engranger quatre contrats (Nîmes, Reims, Troyes, Annecy), des marchés totalisant 80 millions d'euros. Il compte désormais à son actif 16 sites en France, qu'il aménage, entretient et développe, moyennant une enveloppe de plus de 400 millions d'euros et l'embauche de 500 salariés : Le Havre, Mayotte, Saint-Martin-Grand-Case, Paris-Vatry, Tarbes, Cherbourg, Angoulême, Rouen, Tours, Toulouse- Francazal, Vannes et Chalon-sur-Saône. Soit plus de la moitié du parc concédé par délégation au privé (une trentaine d'aéroports sur 155).

«Nous sommes le premier opérateur privé français en nombre d'aéroports». Pas en volume cependant : face à SNC-Lavalin quelques mastodontes (Vinci, Veolia, Kéolis...) ont décroché des aéroports plus importants.

SNC-Lavalin peut se prévaloir d'un autre titre, celui de pionnier : en 1998, le groupe fut le premier à décrocher la concession d'un aéroport, celui de Paris-Vatry. «Depuis, les choses ont beaucoup changé ! En 2004-2005, avec la décentralisation, les collectivités locales se sont vues transférer la gestion des aéroports, et, aux prises avec un métier qu'elles ne connaissaient pas, s'en sont remis aux opérateurs privés. Maintenant, elles ont appris. Dans la phase qui s'ouvre, qui est celle du renouvellement des concessions de service public, elles sont plus exigeantes. Elles veulent qu'en plus de la gestion, que notre projet participe à l'attractivité du territoire. C'est une tendance que l'on retrouve dans toute l'Europe».

Liée au Conseil Général de la Marne par un contrat de délégation de service public, signé le 2 décembre 1998 pour une durée de 20 ans, la S.E.V.E (Société d'exploitation Vatry Europort) a pour actionnaires SNC LAVALIN, (majoritaire), Aéroports de Montréal Capital, Sogaris, CCI de Châlons-en-Champagne, Troyes et Reims, et IENAIR.

Or le groupe SNC-Lavalin Aéroports a décidé de se retirer de la Société d'Exploitation Vatry Aéroport. La S.E.V.E., perdant ainsi son principal actionnaire, décide de mettre fin à sa délégation de Service Public pour la gestion de l'aéroport de Vatry.

Cependant afin d'assurer la continuité de service public, plusieurs voies seraient en cours d'étude. SNC-Lavalin fait toutefois état de son attachement à l'aéroport de Vatry qui a été le premier de son réseau d'aéroports en France. Le groupe affirme qu'il met tout en oeuvre avec le Conseil Général pour assurer la continuité de service.

Est-ce le glas de Vatry ? Le contribuable va-t-il, contrairement à ce que disait le Conseil Général il y a encore peu de temps, être obligé de mettre la main à la poche ? A suivre.

Partager cet article
Repost0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 10:53

«La seule chance de sauver Vatry serait de se faire racheter par Aéroports de Paris (ADP) qui en ferait une réserve pour le jour où Roissy notamment aurait à traiter trop de volume», déclarait en janvier le président de la CCI de Reims et d'Epernay.

L'idée du rapprochement avec ADP n'est pas neuve et, dans le cadre d'un groupe de travail menant une réflexion sur la thématique du Grand Paris, le Conseil économique, social et environnemental régional de Champagne-Ardenne a sollicité la direction d'Aéroports de Paris pour échanger sur les coopérations possibles avec l'aéroport de Vatry. La réponse du PDG d'ADP, dévoilée hier par le Ceser, est cinglante !

Pour l'activité passagers, c'est non. «Compte tenu des capacités de développement de nos plates-formes, et du relatif éloignement de Vatry de l'agglomération francilienne, il ne me semble pas que des complémentarités puissent être recherchées du côté de l'activité passagers».

Quant au volet fret, «un rapprochement avec Vatry n'aurait de sens que s'il permet d'attirer des compagnies aériennes aujourd'hui basées sur des plateformes européennes autres que Roissy. Malheureusement, c'est une perspective que les différentes études menées jusqu'ici n'ont pas mise en évidence».

La recherche de partenaires se poursuit pour la structure appartenant au conseil général de la Marne et gérée par la SNC Lavallin à travers la SEVE. Rappelons que cette dernière peut dénoncer en fin d'année la convention qui la lie normalement avec le CG51 jusqu'en 2020.

Partager cet article
Repost0
30 juin 2012 6 30 /06 /juin /2012 14:12

Le Département de la Maene doit économiser 10 millions d'euros.
Les élus ont adopté à l'unanimité un amendement visant à donner les pouvoirs au président pour négocier l'adaptation de la subvention à la deuxième tranche de la LGV, la diminution de la subvention à Sciences Po, et «un adossement de la plate-forme multimodale de Paris-Vatry permettant un désengagement financier du conseil général». Une manière de parler de cession, sans coucher le mot sur le papier «puisque notre délégation se poursuit jusqu'en 2020». Il s'agira donc de trouver des partenaires privés susceptibles de prendre des parts dans la SEVE, voire d'en devenir majoritaire.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2011 4 23 /06 /juin /2011 10:28

AéroportVoilà un an, une loi visant à renforcer l'attractivité économique de l'Ile-de-France en adaptant l'offre de transport public engageait les travaux entourant ce projet de «Grand Paris».

D’après une soixantaine de députés UMP franciliens ayant présenté le 1er juin 2011 une proposition de loi visant à compléter la réflexion sur le «Grand Paris» en y intégrant la desserte aérienne, l'Ile-de-France devrait accueillir «600 000 mouvements d'avions supplémentaires d'ici 2028». Il faut donc d'étudier «toutes les possibilités de réorganisation des plates-formes desservant actuellement le bassin parisien, y compris la délocalisation des plates-formes les plus insérées dans un tissu urbain dense comme celle d'Orly. Orly est plafonné à 200 000 mouvements environ par an et Roissy commence à montrer ses limites environnementales». L'aéroport d'Orly accueille 25 millions de passagers et plus de 100 000 tonnes de fret chaque année et emploie 27 000 salariés.

Cette proposition de loi vise à étudier une délocalisation des plates-formes aéroportuaires parisiennes avec la fermeture d’Orly pour limiter au maximum les nuisances dans les parties urbanisées. Le député UMP à l’origine de cette proposition de loi a listé huit sites de remplacements dont Le Havre (Seine-Maritime), Montdidier (Somme) et Vatry, donc !

Pour le député UMP rémois Arnaud Robinet, «cette demande va dans le bon sens tant la saturation guette les aéroports parisiens. Et tant mieux si cela peut profiter à Vatry, seule plate-forme capable d'accueillir du fret et des voyageurs dans le cadre de liaisons internationales ! ».

Aéroports de Paris (ADP), le gestionnaire d'Orly et de Roissy, semble plutôt freiner des quatre fers depuis des années à l'idée de favoriser le développement de Vatry… La direction de la plate-forme de Vatry attend que cette proposition de loi chemine un peu avant de se réjouir.

Après le projet de 3ème aéroport, celui d'aviation d'affaires à la BA 112, encore un projet nuisible dans la région !

Sources : Le Monde, Le Parisien, L'Humanité, L'Union

Partager cet article
Repost0