Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 09:47

Visteon veut rebattre les cartes en se positionnant désormais uniquement comme un groupe financier d'investissement, quitte pour cela à céder ses actifs. Une exception cependant, l'activité climatisation. Dans un premier temps, afin de rester à la tête de cette branche, Visteon souhaitait s'appuyer sur le groupe coréen Halla, dont il détient 70 %, le reste des actions étant la propriété d'investisseurs asiatiques.

Le nouveau PDG a  imaginé un scénario dont la réalisation est prévue en début d'année prochaine : l'actionnariat d'Halla demeurerait inchangé, mais Visteon laisserait les Coréens mener la nouvelle entité à leur guise. Car il a annoncé la volonté de sa société de se désengager de la plupart des ses activités. L'activité éclairage, qui n'a pas de site en France, a d'ores et déjà été vendue en mars dernier à un groupe indien, Varroc Engineering, pour 92 millions de dollars. L'activité plastique (habillement de l'intérieur des véhicules) est à vendre au plus offrant et la branche électronique est en cours d'examen. Reste l'activité climatisation où la situation est plus compliquée.

Selon une source proche du dosser, «Le site de Charleville connaît de gros soucis en terme de qualité des produits, ce qui a conduit des clients à se détourner des Ardennes pour se fournir ailleurs. Charleville a perdu son Q1, une norme de reconnaissance qualité accordée par les constructeurs automobiles. La maintenance n'est pas assurée correctement et la direction s'est focalisée sur les volumes de production en oubliant l'aspect qualitatif. Sans parler du climat social qui s'est dégradé. La situation du site carolo est critique : certaines commandes n'ont pas été renouvelées et le carnet actuel s'arrête fin 2014. Quand on sait qu'il faut de 12 à 18 mois pour lancer la production d'un nouveau climatiseur… Il n'y a donc pas de temps à perdre. Si le projet avec Halla se réalise, ce qui semble vouloir être le cas, les Coréens peuvent redresser la situation et remettre de l'ordre, ils savent de quoi ils parlent. Maintenant, il est impossible de savoir s'il y aura des répercussions sur le statut du personnel. Ils seront certainement renégociés en même temps que la société changera de nom. Pour le reste, il faudra voir…»

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 10:17

Petrole-Saint-Just.jpgIl pourrait devenir rentable de rouvrir d'anciens puits. C'est ce que s'apprêterait à faire la société SPPE (société pétrolière de production et d'exploration), une petite compagnie pétrolière basée dans le Loiret. Cette entreprise compte rouvrir un ancien puits de pétrole situé sur le territoire de la commune de Saint-Just-Sauvage.

Ces travaux entrent dans le cadre d'un permis de recherches d'hydrocarbures détenu par SPPE depuis 2008. La compagnie pétrolière va donc forer un puits d'exploration à l'endroit même où du pétrole a été extrait de 1983 jusqu'au début des années quatre-vingt-dix. La compagnie qui exploitait le puits à l'époque a abandonné l'extraction, pour cause de production insuffisante et de prix du baril au plus bas.

Mais vingt ans plus tard, les données du problème ont radicalement changé. Le prix du pétrole a été multiplié par cinq. Par conséquent, même un puits fournissant une faible production peut s'avérer rentable. SPPE ne compte pas seulement faire les fonds de tiroirs des vieux puits de pétrole. La compagnie compte forer plus loin et autrement. Elle souhaite forer droit dans le sol, puis horizontalement. Ceci pour ramasser le plus de pétrole possible.

La réouverture du puits, suivie du forage vertical et d'un test devrait durer plusieurs semaines. Le forage horizontal devrait suivre et durer plusieurs mois. Ce n'est qu'au bout de ces opérations que la société compte tester le puits en production durant plusieurs mois.

SPPE exploite déjà plusieurs puits de pétrole à Saint-Martin-de-Bossenay, près de Romilly-sur-Seine (Aube). La commune de Saint-Just-Sauvage compte deux autres anciens puits abandonnés.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 17:15

Selon la Chambre des métiers de l'Aube, 880 chefs d’entreprise ont plus de 54 ans dans l’artisanat ... Du côté de la Chambre de commerce et d’industrie : «2 200 chefs d’entreprises ont plus de 55 ans, dont 790 dans le commerce».

Dans le secteur agricole où les opportunités sont limitées et chères en raison du prix du foncier : «On a 180 départs en retraite chaque année pour 120 installations. Les reprises sont à 90 % familiales. On a 10 % seulement de créations».

Tous secteurs confondus, la reprise semble une aventure plus sûre que la création : une transmission sur deux est toujours active après sept ans, contre une création sur trois...

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 16:57

Un comité d'entreprise européen du groupe Constellium, à qui appartient l'usine productrice d'aluminium de Ham, a officialisé jeudi l'annonce de la mise sur le marché du site samarien et de celui de Saint-Florentin (Yonne) dont les destins sont liés.

C'est le PDG du groupe Constellium qui a annoncé la nouvelle à Singen en Allemagne, lors d'une réunion réunissant les représentants du personnel de chaque établissement du groupe.

Après l'emballage, Constellium veut se séparer de la division produits du bâtiment qui représente 80 % de la production à Ham. La mise en vente du site de Ham n'est en fait que la continuité du démantèlement de Pechiney, l'ancien fleuron de l'aluminium racheté en 2003 par Alcan.

Le site de Ham a vu ses effectifs fondre comme neige au soleil depuis 1978, passant de 1 150 salariés, à 80 aujourd'hui.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2012 4 04 /10 /octobre /2012 16:53

La société Focast Picardie a été placée en redressement judiciaire, ce jeudi. Il reste un mois pour trouver un repreneur. Un appel d’offres va être lancé par l’administrateur judiciaire, avec une date limite de dépôt des offres fixée au 5 novembre et un renvoi de l’affaire à l’audience du 8 novembre.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 10:37

En Champagne-Ardenne, la filière bois est depuis si longtemps attendue et espérée qu’elle finirait par ressembler à l’Arlésienne…

La Champagne-Ardenne ne manque pas d’atouts pour contribuer à cet édifice d’une filière structurée. Le massif forestier de 713 000 ha qui occupe 28 % du territoire régional recouvre une forêt de production à 96 %, riche d’une variété d’espèces qui en fait aussi une faiblesse.

La forêt champardennaise reste avant tout une ressource forestière conséquente, hélas saignée par une hausse importante des exportations de bois brut vers l’étranger, dont 83 % en direction de la Belgique, ce qui en fait la quatrième région la plus exportatrice de France. Et elle importe plus de bois scié qu’elle n’en exporte. Entre 1999 et 2009, la production de sciage a chuté de - 58 %. Sur la même période, la récolte de bois d’œuvre a reculé de - 35 %, et celle de bois d’industrie de - 21 %. Malgré un léger rebond en 2008-2009, le nombre d’entreprises ayant une exploitation forestière a diminué de - 57 %, et de - 47 % en scierie.

Parmi les faiblesses régionales, on releve des retards d’investissement, dans le séchage du bois notamment. La dominante régionale de feuillus ne colle pas avec la demande du marché pour des résineux. Enfin, la forêt privée «ne permet pas une mobilisation optimale et connue du bois».

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 16:25

Les cadres de la société Geci International et son président-directeur général, Serge Bitboul, ont demandé la mise en redressement judiciaire de la société Sky Aircraft (une de ses filiales).

Le site de Chambley, usine où sont construits les avions Skylander est donc menacé d'un dépôt de bilan. le jugement sera rendu par le même tribunal de commerce le 4 octobre.

Or, cette mauvaise nouvelle pour l'industrie mosellane pourrait avoir des retombées jusque dans la Marne. Tout simplement parce que la société Geci International exploite le site de Prunay, à quelques kilomètres de Reims. En périphérie rémoise, des dizaines de salariés ultra-qualifiés construisent des avions F-406.

Si, a priori, le site de Prunay connaît une activité «normale» c'est bien le groupe dont il dépend, Geci International, qui pourrait se retrouver au bord du gouffre. Il a besoin de 150 millions d'euros. Depuis le 7 juin, les cours en bourse de Geci International et Geci Aviation sont suspendus.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2012 3 26 /09 /septembre /2012 09:58

La ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filipetti,  a répondu hier au Sénateur et Président du Conseil Général de la Marne, René-Paul Savary - qui l'avait interpellé lors des questions orales -  au sujet de la situation du quotidien régional l'Union-l'Ardennais.

Aurélie Filippetti a rappelé qu'un délégation syndicale avait été reçue à l'Elysée le 17 septembre dernier, et elle a affirmé à René-Paul Savary, que "le GROUPE HERSANT MEDIAS (G.H.M.)  - auquel appartient le quotidien -, compte tenu de la vente d'autres groupes, peut assurer le maintien de la parution des journaux du GROUPE CHAMPAGNE-ARDENNE-PICARDIE ( C.A.P.)  jusque à la fin de l'année." Elle a ajouté "qu'un administrateur avait été désigné au mois d'août pour 5 mois et qu'un accord doit être trouvé avant la fin de l'année."

"Le groupe Rossell semble toujours être le mieux placé" a t-elle poursuivi, ajoutant que "plusieurs ministères au sein du gouvernement étaient concernés par ce dossier"

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 17:33

Dans sa note de conjoncture portant sur le mois d'août, la Banque de France constate une «Stabilité de la production industrielle et très légère progression de l'activité dans les services marchands en août. Cette tendance générale morose ne devrait pas s'inverser au cours des prochaines semaines» en Champagne-Ardenne. Elle constate que l'industrie agroalimentaire est la seule à faire exception dans la région, en conservant une tendance jugée plutôt favorable. Les prix des matières premières et des produits finis n'ont pas bougé, tandis que les effectifs industriels ont été maintenus. Le taux d'utilisation des capacités de production est toujours sous sa moyenne de longue durée.

En Picardie, le constat est à la stabilité dans l'industrie, à la hausse dans les services marchands, et à une orientation globale des prévisions stable. Dans l'industrie électrique, électronique et informatique, la production est toutefois en baisse. Les prix des matières premières sont en hausse dans l'industrie, entraînés par le secteur alimentaire. «Les effectifs ne varient pas, la bonne orientation dans les matériels de transports couvrant le repli dans l'alimentaire».

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 16:01

Spécialisée dans la fabrication de machines-outils pour le travail de la tôle (poinçonneuses numériques et découpe laser), l'unité ardennaise du groupe Amada va s'agrandir. L'investissement est d'un montant de 10 millions d'euros et devrait permettre d'étoffer la capacité de production dans le secteur de la découpe laser, en plein essor… Avec combien d'emplois à la clé ? Trop tôt pour le dire.

Créé en 1946 au Japon, Amada compte aujourd'hui plus de 80 sociétés et filiales à travers le monde pour 6 400 collaborateurs. Spécialisé dans la fabrication de machines pour le travail des métaux en feuilles, le groupe est un des leaders mondiaux de son secteur. Il a toujours joué la carte de l'innovation (plus de 3 000 brevets déposés en 60 ans !).

L'unité de Charleville emploie 110 salariés. Après un passage délicat au plus fort de la crise (recours au chômage partiel), sa pérennité est donc désormais assurée après cette annonce officielle qui confirme des premières indiscrétions datant du printemps. Par ailleurs, le groupe a confirmé dans le même temps investir 10 autres millions à Château-du-Loir dans la Sarthe (160 salariés), qui fabrique des presses-plieuses.

Amada France a réalisé 145 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2011, en croissance de 39 %.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 16:13

Après trois ans d'efforts pour développer et commercialiser un concept ingénieux d'armature métallique dans la construction de murs, l'équipe de TD Structure (Charleville) a jeté l'éponge. La liquidation a été prononcée en juillet.

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 12:27

Il y a un an environ, les abattoirs municipaux de Laon étaient dans la tourmente. La préfecture avait pris un arrêté suspendant l'agrément de fonctionnement pour une durée de 30 jours. Un avertissement qui avait obligé à recruter un encadrant de la chaîne d'abattage et à revoir sérieusement certains problèmes d'hygiène et procédés d'abattage.

La collectivité a investi plus d'un million d'euros. Les efforts n'ont pas été vains. Les abattoirs viennent en effet d'obtenir leur classement en catégorie 2, qui était une des conditions de leur pérennisation. Dans la foulée, les résultats en terme de tonnage se passent de commentaires. Le tonnage de l'année 2011 est de 2 773 tonnes contre 1 968 tonnes en 2010, soit une augmentation de 40 %. Cette augmentation provient essentiellement de l'abattage des porcs.

Le chiffre d'affaires est lui aussi en augmentation de 19,1 % et, contrairement à avant, l'exercice 2011 se conclut avec un bénéfice comptable de 51 000 euros contre un déficit en 2010 de 113 000 euros.

La prochaine échéance sera la délégation de service public qui arrive en 2014. «Il faudra réfléchir aux modalités de fonctionnement qui seront possibles. Le fait qu'un opérateur privé prenne alors le relais peut s'avérer logique d'une certaine façon».

Partager cet article
Repost0