Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 10:37

sncf-ter-tgvMercredi dernier, lors d'un point presse organisé au conseil régional, son président annonçait que le projet d'une ligne ferroviaire voyageurs entre Troyes et Reims serait inscrit au prochain contrat de plan État-Région.

«Nous n'en sommes évidemment pas au niveau d'un tracé, mais je ne connais pas d'équivalent d'une absence de lien entre deux métropoles telles que Reims et Troyes. C'est une défaillance et il y a là une urgence», explique le président du groupe socialiste à la région.

«Nous sommes favorables à la mise en place d'un train entre Troyes et Reims. C'est essentiel pour les étudiants. Mais il faut qu'un tel projet soit financé à la fois par l'État, par la Région, les Départements et les villes concernées», estime la présidente du groupe Europe Écologie/Les Verts à la Région.

Le président de la région est est pour sa part formel. Parmi les projets qui seront proposés dans le cadre du prochain contrat de plan État/Région, figurera une liaison ferroviaire Troyes-Reims passant forcément par Vatry. Le débat sur cette forme de contractualisation devrait débuter à la fin de l'année 2013. C'est pour le président de la Région un dossier majeur qui trouve sa place dans «une logique globale d'aménagement du territoire».

Car, pour se rendre de Reims à Troyes ou réciproquement, sauf si vous prenez la voiture, c'est la galère. Il existe bien une liaison par autobus (vingt-cinq allers et retours hebdomadaires) dont la durée de voyage varie entre 1h40 et plus de 4h. Si vous voulez prendre le train, il faut passer par ... Paris !

Combien cela pourrait-il coûter ? Si l'on en croit une étude réalisée voilà un peu plus de trois ans par un cabinet parisien, la mise à double voie sur la totalité de la ligne Troyes-Châlons pourrait atteindre de 100 à 150 millions d'euros, 100 millions d'euros pour l'électrification, 8 millions d'euros pour l'achat de quatre rames, auxquels il faudrait ajoiter la suppression ou le remplacement des passages à niveau, la rénovation des voies, de la signalisation… Cela représente une facture globale de quelque 450 millions d'euros.

À titre de comparaison, l'électrification de la ligne 4 entre Paris et Troyes devrait revenir à 270 millions d'euros.

L'étude souligne que, pour être compétitif par rapport au bus qui effectue actuellement cette ligne, «le train devra faire le trajet en une heure maximum entre Châlons et Troyes», ce qui suppose une vitesse de 110 km/h. Mais il est impossible de trouver des données comparatives entre le coût kilométrique d'un bus ou d'un camion et celui d'un train... Mais cette étude mélange le transport de voyageurs et le fret, car il est dit que les trains de céréales roulent actuellement aux alentours de 50 km/h...

Pour rappel, c'est le conseil régional qui a compétence en matière de transport régional, donc de l'existence d'une liaison ferrovière.

Mais est-ce vraiment la liaison Reims-Troyes en tant que telle qui intéresse le conseil régional ou le fait qu'elle passe par Vatry, sachant que le projet de TGV Lille-Dijon passant par Vatry a été recallé ? Ne serait-ce pas un argument supplémentaire pour que Vatry ne devienne le 3ème grand aéroport d'Ile-de-France ? On peut se poser la question quand on sait qu'en même temps, la gauche champardennaise vient d'envoyer un manifeste au gouvernement où elle condamne la différence de traitement entre l'ouest et l'est du pays et regrette que des sommes colossales puissent être investies dans l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes, alors que l'aéroport de Vatry est totalement fonctionnel. «Il s'agit d'intégrer l'aéroport Paris-Vatry dans une stratégie globale de développement des aéroports d'Ile-de-France». 


Partager cet article

Repost 0

commentaires