Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 juin 2013 6 01 /06 /juin /2013 13:25

Le centre hospitalier Geneviève de Gaulle Anthonioz et la clinique François 1er ont signé un accord-cadre en vue de constituer un pole public-privé qui apparaît, selon ses initiateurs, comme indispensable au maintien d'une offre de soin.

Ouvert en décembre 2009, l'hôpital emploie 800 agents et 90 médecins. De l'aveu même de la direction, «son plateau technique et ses capacités d'hospitalisation ont été largement dimensionnés, ce qui génère des frais élevés, que seule une hausse d'activité permettrait de compenser».

Le CH partage avec la clinique François 1er, racheté début 2011 par le groupe Courlancy, des difficultés communes : baisse démographique, difficultés de recrutement médical, contraintes économiques et réglementaires de plus en plus lourdes. «Le maintien à niveau de deux plateaux techniques coûte cher. Nous sommes conscients qu'aucun établissement ne peut relever tous ces défis seul».

À terme, la clinique devrait donc abandonner ses bâtiments de la rue François 1er, pour s'installer dans l'hôpital, rue Albert Schweitzer, sans suppressions de postes. Sous la forme d'un «groupement de coopération sanitaire», les deux établissements exploiteront ensemble les autorisations nécessaires à l'exercice de la chirurgie de la gastro-entérologie et de la chimiothérapie.

Les premières conclusions de faisabilité et de viabilité de ce pole de santé public privé doivent être présentées d'ici la fin juin à l'agence régionale de santé. Des groupes de travail vont être constitués pour définir les contours institutionnels, sociaux économiques et financiers du projet. L'objectif est d'avoir ce pôle opérationnel au second semestre 2014.

Pour FO et la CGT, «Nous veillerons à ce que l'avancée des travaux de constitution de ce pôle soit présentée dans les instances de l'hôpital ou nous siégeons. Nous voulons émettre un avis. Nous souhaitons que ce rapprochement soit équitable, qu'il n'ait pas d'incidence sur l'emploi, qu'il garantisse le service public. Les patients doivent être soigné dans les mêmes délais et les mêmes conditions qu'ils viennent du privé ou du public».

Partager cet article

Repost0

commentaires