Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2011 5 04 /11 /novembre /2011 16:55

Sodimédical-copie-1Malgré les décisions de justice, Lohmann et Rauscher a décidé, de nouveau, de ne plus verser les salaires des 51 employés de Sodimédical.

Quant à Lohmann et Rauscher France, qui est condamné solidairement depuis le 30 août à verser les salaires des cinquante et un employés de Sodimédical, il aurait fait savoir qu'il estimait, de nouveau, n'avoir «rien à voir» avec Sodimédical.

Le groupe Lohmann et Rauscher a, depuis la décision du 30 août, accepté d'exécuter toutes les décisions de justice dont il a été frappé. Il avait payé les salaires impayés de mai, juin, juillet et août.

Selon l'avocat des salariés, le procureur de la République a classé sans suite les procès-verbaux de l'inspection du Travail pour le non-paiement des salaires en mai et juin.

Le groupe, qui a perdu la semaine dernière tout espoir de voir sa filiale rapidement liquidée, joue, aussi, avec les nerfs des cinquante et un salariés de Sodimédical.

Depuis le mois d'avril, ils viennent déjà, chaque jour, à l'usine de Plancy-l'Abbaye où l'on ne leur fournit aucun travail.

La cour d'appel de Reims doit examiner, lundi prochain, la décision du tribunal de grande instance de Troyes qui a interdit à Lohmann et Rauscher de fermer l'usine Sodimédical.

Le juge troyen avait estimé qu'il n'y avait pas de cause économique aux licenciements des cinquante et un salariés.

Partager cet article

Repost 0
Published by lechatnoir51 - dans Politique et social
commenter cet article

commentaires

le chat noir 08/11/2011 16:36



La société s'est exécutée mais elle récidive à nouveau : les salaires d'octobre n'ont toujours pas été versés. Pour qu'ils le soient, l'avocat a sollicité un huissier qui a procédé hier matin à
un commandement de payer sous huit jours. Si la société persiste, l'avocat serait alors en droit de faire saisir les comptes de Lohmann & Rauscher.


Par ailleurs, la Cour d'appel de Reims redra son jugement sur la décision du TGI de Troyes du 4 février 2011 d'interdire la fermeture de l'usine