Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 février 2014 4 13 /02 /février /2014 09:11

Un piquet de grève : celui des membres du syndicat CGT Ville/CMAS La Chapelle-Saint-Luc. Depuis plusieurs années, le dialogue social entre le syndicat et le maire est un dialogue de sourd. À l’image sans doute des relations entre l’édile et le syndicat, plus particulièrement son secrétaire général dont la situation était en grande partie la cause de ce rassemblement. Muté au service Démocratie locale en 2010, Nourredine ne se verrait confier que peu, voire pas de tâches. Une situation intenable pour le syndicat «surtout lorsqu’on prône la rigueur budgétaire».

Mais d’autres points étaient également soulevés lors de cette grève, notamment la situation des assistantes maternelles, la titularisation des emplois précaires et, surtout, la reprise d’un dialogue social.

Le maire a reçu une délégation. Sur la situation professionnelle de Nourredine, le maire s’est engagé par écrit à retirer de son dossier individuel toutes les pièces faisant référence à une insuffisance professionnelle. «C’est un premier geste, mais c’est loin d’être suffisant. Il doit maintenant poursuivre sur la notation». Sur ce point, une rencontre est prévue le 17 février.

Concernant les emplois précaires, le maire s’est engagé à regarder de près les dossiers qui lui ont été soumis. En revanche, sur l’IAT (indemnité d’administration et de technicité), ce dernier n’a rien «lâché» et n’en discutera que dans le cadre d’une réorganisation des services. Quant aux assistantes maternelles, il a annoncé être disposé à les recevoir dans les meilleurs délais.

Le 17 février a été également retenu pour aborder le délicat problème du dialogue social.

Même si la situation reste tendue à la mairie de La Chapelle-Saint-Luc, les responsables syndicaux n’ont pas manqué de souligner que leur mobilisation avait payé et qu’ils continueraient.

Partager cet article

Repost0

commentaires