Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 avril 2013 5 26 /04 /avril /2013 20:57

Vendredi en début de soirée, une quarantaine d'ex-salariés retenaient toujours un actionnaire belge de la holding GIMVF, Marc Jacquet.

Une séquestration avec comme décor les locaux de la pépinière d'entreprise de Châlons en Champagne. Les 68 salariés partants pour la création d'une SCOP pour la reprise du fabriquant de papiers peints ne supportent plus l'attente.

Le bras de fer semble avoir payé pour les ex Grantil-Grandeco. Une réunion à la Préfecture de Région était programmée vendredi soir, avec dans la foulée la perspective d'une nouvelle réunion de négociation mardi 30 avril autour du projet de SCOP.  

"Nous avons fait une offre de reprise globale pour la création de notre scop  qui préserve près de 80 emplois il y après de 15 jours et la holding belge qui nous a liquidé ne veut pas nous répondre. Plus le temps passe plus la création de notre scop est compromise car les clients qui nous soutiennent ne vont pas attendre indéfiniment. Nous sommes déterminés à mener cette action jusqu'à ce qu'on nous réponde. Nous avons fait sortir tout le monde sauf l'actionnaire belge, une cadre de Grandéco Wallfashion qui nous sert d'interprète et un commercial que nous allons prochainement libérer".

Début mars, les ex-salariés de Grandéco annonçaient la création d'une scop (société coopérative et participative) qui maintiendrait près de la moitié des effectifs. Grandéco Wallfashion Group, dont l'actionnaire principal est le fond d'investissement privé GIMV côté à la bourse de Bruxelles, a été fondé en juin 2007 à l'issue de la fusion entre l'entreprise belge Ideco et l'usine française Grantil, installée à Châlons-en-Champagne depuis 1870.

Dernière minute ; il a été libéré vers 22 h.

Partager cet article

Repost0

commentaires