Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 10:37

Une démission, des arrêts de travail à répétition, des «sextos», des tensions et une ambiance délétère : rien ne va plus à l’IFPS (Institut de Formation des Prossenniels de Santé) de Châlons-en-Champagne.

Des conditions de travail assez… rock and roll. Des responsables en arrêt maladie depuis le début de l’année pour certains. Une formatrice en congés maladie depuis le 5 septembre qui vient d’envoyer sa lettre de démission...
Une grosse partie du personnel (36 salariés) va mal, très mal, et tire la sonnette d’alarme via la médecine et l’inspection du travail, mais également auprès du président de la Croix-Rouge française dont dépend la structure.

«Deux de nos collègues ont tendance à déconner avec des étudiantes en leur envoyant des textos que l’on pourrait rebaptiser sextos (et plus si affinités). L’affaire a été étouffée. Nous sommes témoins de ces faits et les langues d’infirmières diplômées aujourd’hui se délient car elles peuvent enfin parler. Une collègue a déposé plainte, elle est suivie par un psychologue».

Suite à un certain nombre d’événements et alors que l’ambiance était devenue déplorable au sein de l’institut, une réorganisation du travail est passée par là, exacerbant les tensions, et créant de nouveaux dysfonctionnements. «Deux d’entre nous ont été poussés à partir car la direction les a empêchés d’effectuer leur travail : absence de responsabilité de promotion, absence de responsabilité d’enseignement depuis la mi-août». L’un d’eux a été déclaré inapte pendant un laps de temps par la médecine du travail.

Enfin, un autre point d’achoppement, et non des moindres, est d’actualité. Les prescriptions ministérielles du programme 2009 ne sont effectivement plus respectées à ce jour. De ce fait, certains enseignements sont aujourd’hui non dispensés, et des suivis d’étudiants en stage sont non assurés, faute de formateurs en nombre suffisant.

Pour couronner le tout, les binômes de formateurs ont été «éclatés», les référents ne suivent plus les mêmes promotions.

Les propos tenus par la directrice administrative régionale aux équipes, lors d’une récente réunion n’arrangent rien : «Vous avez des conditions de fonctionnement confortables, ne cassez pas votre outil de travail en colportant des ragots, en faisant des histoires de pas grand-chose, en utilisant les étudiants, en ayant des comportements inadaptés, non professionnels. Il faut que vous arrêtiez de fabuler dans les couloirs. Certains formateurs mordent la main de ceux qui les nourrissent».

Ce dossier châlonnais est aujourd’hui suivi prioritairement par la direction régionale et par le siège national de la Croix-Rouge qui souhaitent aider les équipes à sortir de l’impasse, et solutionner les problèmes afin que le calme revienne au sein de la structure.

Partager cet article

Repost0

commentaires