Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2013 2 24 /09 /septembre /2013 07:55

Simocal, entreprise de Signy-l'Abbaye, est la filiale française de Thermic Distribution, une vénérable entreprise historique de Couvin spécialisée dans la fabrication de poêles de chauffage (certains sous la marque Nestor Martin). La société emploie 170 salariés en Belgique.

Passée sous giron espagnol en 2011, Thermic Distribution connaît des difficultés récurrentes depuis. Sur ce, la Région wallonne est intervenue et a mis la main au portefeuille, devenant au passage co-actionnaire. Début septembre, 6 millions ont été injectés par la collectivité.

«Il y a vingt ans, on était 70. On était encore 20 en août, mais faute de trésorerie et surtout de travail, j'ai dû mettre fin à des contrats temporaires. C'est incroyable. Avant l'été, on a dû parfois faire des heures sup'. Il y avait bien eu aussi au printemps des versements de salaires décalés, mais de là à imaginer la suite. Au retour des congés (début août), plus rien. Plus de travail. Plus de paie. Notre salaire de juillet a été versé le… 4 septembre. Et désormais, plus aucun contact avec les dirigeants de Thermic. Ni au téléphone, ni par mail. Même la demande de chômage partiel a été refusée par l'administration, Thermic n'ayant pas justifié sa requête. Ça ne peut plus durer.»

Prisonniers d'une situation complexe sur le plan économique (une entreprise mère en difficulté sur un créneau très concurrentiel), juridique (Thermic est en redressement judiciaire côté belge, mais pas l'unité ardennaise) et politique (l'Europe c'est bien, mais la région wallonne n'a pas vocation à financer la filiale… française), les ouvriers de Signy ont décidé de saisir la justice.

Les quinze derniers salariés de Simocal, entreprise de Signy-l'Abbaye, ont introduit samedi un référé devant le Conseil des prud'hommes. Motif : ils réclament tout simplement le paiement de leurs salaires et arriérés. L'audience a été fixée au 24 octobre et si la défaillance de leur employeur est confirmée, ils pourront ensuite saisir le tribunal de commerce pour que débute une procédure collective (cessation de paiement puis redressement ou liquidation).

Partager cet article

Repost0

commentaires