Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 15:32

Les 8 "casseurs" de la permanence UMP de Charleville-Mézières le 28 octobre 2010 lors des manifestations contre la réforme des retraites passait en appel hier à Reims.

La salle s'est rapidement remplie, si bien que les derniers arrivés n'ont pu assister à l'audience, un policier zélè prétextant qu'on ne pouvait restrer debout.... Tellement zélè qu'il a fait sortir des personnes mangeant des bonbons...

La personne condamnée à 1 an ferme voit son appel dissocié parce que son avocate l'a laché la veille... Il doit comparaître le 19 avril !

Pour les 7 autres, condamnés à des peines avec sursis ou à des TIG, la décision est mise en délibéré au 15 mars à 14 h.

Vu que je faisais parti des refoulés, je ne peux vous en dire, sinon que tout à tourner autour de la fameuse vidéo des policiers...

Les conditions de garde à vue, la rédaction de certains PV et le caractère « disproportionné » du dispositif mis en œuvre pour interpeller les prévenus, qui n'ont jamais eu affaire jusqu'alors à la justice, à l'heure du laitier, à leur domicile voire sur leur lieu de travail ont aussi été pointés du doigt.

Les magistrats auront le loisir de se pencher sur une ultime question d"un avocat qui a demandé à ce que ne soit pas retenue la constitution de partie civile de l'UMP. Elle a été signée de Jean-François Copé, secrétaire général et non président du parti. Alors que les statuts de la formation de la majorité stipulent que c'est le président de l'UMP qui doit la représenter en justice. Mais au fait, c'est qui, le président de l'UMP ?

Partager cet article

Repost 0

commentaires