Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 11:37

Sur le papier, la formation baptisée «Préparation à la qualification des femmes», menée par Retravailler Picardie était alléchante. Pendant six mois, les participantes partagent leur temps entre les cours, à raison de 32 heures par semaine, où on leur propose surtout de la remise à niveau en français et en mathématiques, et les stages en entreprise, soit 35 heures hebdomadaires.

«Les stages ne sont pas rémunérés, il faut le prendre comme une expérience, un plus à mettre plus tard sur le CV». En revanche, le temps passé en formation, lui, devait être payé et c'est en partie ce qui motivait les participantes. La plupart touchent en effet le RSA et l'une d'elles est sans ressources.

«Là encore, ça ne change rien à notre situation actuelle. Et franchement, dans ce cas, je ne serais pas venue, j'aurais cherché du travail. Actuellement, entre les cours et les stages, il nous est impossible de travailler à côté et si on décide d'arrêter, on ne sera pas payées pour les trois mois que nous avons faits, si un jour on est payées, car ce sera considéré comme un abandon».

Pour Retrailler Picardie, «La rémunération n'a rien à voir avec l'organisme de formation. La Direction du travail doit nous donner un numéro d'agrément pour débloquer les fonds mais ne l'a pas encore fait, c'est ça qui coince et pensez bien que si nous pouvions les dépanner, nous l'aurions fait. À l'heure actuelle, je suis incapable de vous dire quand elles seront payées car le souci ne vient pas de nous».

Partager cet article
Repost0

commentaires