Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 11:02

Sur 10 conducteurs ambulanciers du SMUR de Châlons, 8 sont en arrêt maladie, et un autre, sous traitement, ne peut conduire la nuit.

La situation de souffrance au travail est devenue explosive et la nouvelle organisation risque de ne rien arranger.

«Dans ce projet transport patients, un ambulancier du SMUR (donc de permanence et pouvant partir à tout moment) sera amené à faire du brancardage. En cas de transport à la morgue à l’autre extrémité de l’hôpital et de sortie du SMUR en même temps, que fera-t-on du défunt ? Que fera-t-on d’une personne en fauteuil roulant à mener au Village. On la laissera en plan ?».

Afin de maintenir la continuité du service, la direction a pioché dans les effectifs du SMUR de Sainte-Ménehould «mais aucune convention n’a été signée. En cas d’accident du travail, quelle sera la prise en charge…»

Un agent a été assigné sur son lieu de travail il y a quelques jours. Exemple symptomatique de cette situation rock and roll. «Il avait déjà fait une journée de travail. On l’a obligé à prendre le poste d’ambulancier de nuit. Il n’avait pas dormi et n’avait plus conduit d’unité mobile hospitalière depuis plus… de vingt ans».

Au regard de la situation et de l’ambiance régnant, un préavis de grève reconductible a été déposé pour le 12 novembre, concernant cette corporation.

La CGT a également sollicité une entrevue auprès de la préfecture, sera reçue le 13 à l’Agence régionale d’hospitalisation (ARS) et en appelle aujourd’hui aux autorités de tutelle.

Partager cet article

Repost0

commentaires