Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2014 2 11 /02 /février /2014 19:48

Le 31 octobre 2012, le geste de ce guichetier avait provoqué une vive émotion à La Fère. En plein après-midi, à l’intérieur du bureau de poste dans lequel il travaillait, un homme de 55 ans s’était pendu après avoir évoqué, par mail, le manque de reconnaissance dont il se disait victime.

Après ce drame, le comité d’hygiène et de sécurité de La Poste en Picardie avait mandaté un cabinet d’expertise - 3E Conseil - afin d’analyser les risques psychosociaux dans la région et de mettre en oeuvre une politique de prévention.

Les experts viennent de rendre leurs conclusions sous la forme d’une inquiétante étude de 300 pages. Ils y jugent la situation «alarmante» et estiment qu’«un quart du personnel rencontré» fait face à «des troubles de santé avérés et se retrouve dans des situations de mal-être, de tensions et de souffrance».

Les causes sont, toujours selon les experts, à rechercher du côté de la «politique de réduction des effectifs très importante» conduite au nom «d’une diminution du trafic de courrier».

Le cabinet 3E conseil enfonce le clou en évoquant un travail «pathogène» et qui s’effectue «en mode dégradé» ce qui, selon lui, devient petit à petit «la norme au sein des bureaux de Poste en Picardie».

La direction annonce qu’elle ne partage pas «la totalité des conclusions du rapport» mais «s’engage à prendre en compte le ressenti exprimé». La Poste souligne que, depuis le drame de 2012, elle a pris des mesures concrètes pour «améliorer la qualité de vie» de ses salariés.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mabrouk 17/02/2014 19:24


Le mal-être au travail me semble être l'une des priorités sociales de ces prochaines années. A fortiori quand on voit le nombre de suicides sur les lieux de travail.