Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mars 2012 3 14 /03 /mars /2012 12:57

Dans la nuit de dimanche à lundi, plusieurs patients ont été pris en charge aux urgences du centre hospitalier de Châlons-en-Champagne. Mais parmi ceux dont l'état nécessitait une hospitalisation à la sortie de ce service, cinq sont restés sur des brancards jusqu'au matin. La cause : plus aucun des services ne disposait d'un lit vacant dans l'hôpital.

Les urgentistes tirent donc le signal d'alarme. Le mécanisme ayant abouti à ce résultat est dénoncé sans détour, les personnels y étant quotidiennement confrontés.

«Depuis environ deux ans, avec la restructuration de l'hôpital, vingt à trente lits de médecine ont été fermés, ainsi qu'une trentaine en chirurgie l'an dernier», soit une cinquantaine de places en moins au total, selon les estimations les plus basses.

En parallèle, le nombre de patients aiguillés vers les urgences est en constante augmentation, les médecins évaluent cette hausse à 6 % par an. «Nous traitons en moyenne 90 patients par jour. Quand j'ai débuté il y a 15 ans, nous recevions à peine 45 personnes quotidiennement».

Baisse des effectifs, progression constante du nombre de patients aux urgences, suppressions de lits dans les différents services : la conjugaison de ces trois paramètres abouti au point de rupture que dénoncent aujourd'hui les personnels soignants.

Partager cet article

Repost0

commentaires