Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 09:33

La nouvelle, tant redoutée par les 277 salariés du groupe est tombée. Hier, lors d'une audience à huis clos, le tribunal de commerce de Lisieux a donc, sans surprise, prononcé la liquidation judiciaire de l'ex-leader européen du contreplaqué.

Plysorol-2.jpg«Les salariés devraient recevoir leur lettre de licenciement au plus tard le 15 octobre». L'activité devrait se poursuivre jusqu'au 30 septembre sur l'ensemble des trois sites notamment pour vendre les stocks. Ce qui ne devrait pas se faire sans l'aval du personnel, notamment celui du site marnais. «Tout ce qui sortira de notre usine ne pourra l'être qu'avec notre autorisation». L'élue confirme d'ailleurs que des tours de garde ont été mis en place dès la prononciation de la liquidation judiciaire de Plysorol. «Les stocks qui se trouvent toujours à Magenta sont gagés par les banques depuis la nomination de l'administrateur judiciaire. S'ils doivent être vendus, cela doit servir aux salariés et au PSE».

«Les salariés envisagent de créer une coopérative ouvrière qui réembaucherait une partie des effectifs de Plysorol. Il s'agit maintenant d'en définir les conditions et le périmètre industriel». En gros, il s'agit de savoir si cette Scop concernera, ou non, les trois sites (Fontenay-le-Comte en Vendée, Lisieux dans le Calvados et Magenta dans la Marne).

A Magenta, l'heure est à la concertation. «Nous n'en sommes qu'au stade de l'étude de faisabilité.  Pour cela, il nous faut trouver les financements. Nous en appelons donc aux pouvoirs publics pour nous soutenir financièrement».

Après seulement, il faudra prendre une décision. «Si les résultats de l'étude nous permettent de penser que la Scop est un projet réalisable alors on ira. Dans le cas contraire, il n'est pas question d'entraîner des salariés déjà fortement touchés dans un gouffre financier».

Partager cet article
Repost0

commentaires