Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2012 7 15 /04 /avril /2012 09:39

Manif AllemantDepuis une semaine, Les habitants d'Allemant, Pinon, Vauxaillon, Anizy-le-Château, Brancourt-en-Laonnois, Lizy et Laffaux doivent supporter des nuisances olfactives émanant du Centre d'enfouissement de déchets ménagers d'Allemant. «Avec cet épisode, nous atteignons une nouvelle fois l'insupportable, dénoncent vigoureusement les président-e-s des associations Qualit'Aisne et Vauxaillon. […] Ces odeurs ne sont pas neutres, notamment celle qui dénonce la présence d'hydrogène sulfuré (H2S) dont le taux, selon des données communiquées par Dectra elle-même, a été multiplié par dix en dix ans, c'est dire sa concentration et ses conséquences potentiellement très lourdes sur la santé. Depuis janvier, la Dréal (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) lors de six incidents, a mis en avant des causes récurrentes : le gel, la surpression, le dégazage de sécurité, la cellule en cours d'exploitation… Rien ne change, les gaz continuent de polluer dangereusement notre atmosphère. Quelles solutions proposez-vous afin que cela change rapidement ?»

Les riverains, situés en contrebas et dans les villages alentours en ont ras-le-bol. Hier matin, ils ont bloqué, sans prévenir, l'accès au site de stockage des déchets. Lundi matin, l'action des manifestants doit normalement être renouvelée.

Une pollution de ce type n'est pas une première. Entre novembre 2011 et mars 2012, près de dix-huit jours de pollution de l'air ont été enregistrés à Allemant . Une situation qui en fait craquer plus d'un dans le village. D'autant qu'ils ont la loi pour eux. «L'arrêté préfectoral qui régit la décharge, au paragraphe odeur, est très clair.  L'article 3.1.2 du document, rédigé par les services de l'État, précise : Les dispositions nécessaires sont prises pour que l'établissement ne soit pas à l'origine de gaz odorants, susceptibles d'incommoder le voisinage, de nuire à la santé ou à la sécurité publique».

Partager cet article

Repost0

commentaires