Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 12:33

Le conseil des prud'hommes de Charleville était saisi lundi des actions de contestation de leur licenciement économique initiées par une quarantaine d'anciens salariés de Raguet (Monthermé) en 2010, lors de la reprise par Forgex, et d'une trentaine d'anciens employés d'Enia (Glaire) en 2010, également lors de la reprise de leur société, en l'occurrence par Tecsom.

Dans sa plaidoirie, l'avocat des anciens Raguet, a estimé que "l'obligation de reclassement n'avait pas été effective, ce qui est synonyme de non respect du plan de sauvegarde de l'emploi. Les recherches de reclassement ont été effectuées après les licenciements" (alors que la loi impose qu'elles aient lieu avant). Enfin, les propositions de postes ne précisaient pas le montant du salaire.

Sur un autre plan, l'avocat a dénoncé "la collusion entre le repreneur et la société reprise pour faire supporter la charge des licenciements à la collectivité avant le jugement de reprise".

Pour ce qui est des anciens Enia, l'argument de la défense des salariés a été également que "le dispositif de reclassement était largement insuffisant notamment pour non respect du plan de sauvegarde de l'emploi".

Le jugement a été mis en délibéré au 20 avril.

Partager cet article

Repost0

commentaires