Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 10:59

Dans le cadre du vaste chantier mené depuis plusieurs mois sur les voies de la desserte Intercités Paris-Troyes, Réseau Ferré de France (RFF) annonce la suppression du train de 22 h 13 au départ de la gare de l'Est à partir d'aujourd'hui et jusqu'au 10 décembre, du lundi au vendredi.

La SNCF projetait de supprimer un train sur deux au-delà du chef-lieu de l'Aube. C'est-à-dire en direction de Chaumont, Vesoul et Mulhouse. La compagnie des chemins de fer voulait réduire le nombre de trains parce qu'elle considère que la mise en service du TGV Rhin-Rhône, à la fin de l'année, va faire chuter le nombre de voyageurs sur la ligne Paris-Bâle. Actuellement 15 trains desservent quotidiennement Paris à partir de Troyes. Onze continuent jusqu'à Chaumont, six sur Vesoul et cinq sur Belfort. «Ils sont tous conservés».

S'agissant de l'électrification de la ligne entre Paris et Troyes qui accueille chaque année près de quatre millions de voyageurs, les études techniques et environnementales sont en cours et vont déboucher l'an prochain sur les études détaillées et sur une enquête publique. Les études portent notamment sur l'aménagement des dix gares et des soixante-cinq ouvrages d'art dont quarante et un ne présentent pas un gabarit suffisant pour permettre l'installation des caténaires. Et tout doit être prêt pour 2017.

«À la vue des documents qui nous sont présentés, nous constatons que des gares sont moins desservies, des arrêts et des trains supprimés, certaines correspondances disparaissent ainsi que des modifications d'horaires qui ne sont plus adaptés aux horaires de travail.»

Le comité local d'animation et de développement des transports régionaux (CLAD) de Romilly s'est réuni. Dans la ligne de mire : la suppression du 16 h 11 au départ de Paris, la modification des trains du matin en direction de Troyes, la suppression d'un train le dimanche.

«On est là pour faire du transport de masse». L'heure est à l'économie et ce qui n'est pas rentable est éliminé. «Cette ligne est déficitaire. Nous allons y injecter 10 millions d'euros de plus». Après bien des incertitudes et des atermoiements, le train en partance de Paris à 16 h 42 s'arrêtera bien dans les gares de Nogent et de Romilly-sur-Seine.

Les ateliers de Romilly vont avoir en charge six TGV au lieu de douze. Concernant le Corail, ils vont travailler sur des rames entières avec des défis technologiques nouveaux pour les agents. Cette modification, annoncée le 8 novembre aux agents, aura une incidence sur l'emploi local puisque les effectifs devraient passer de 610 à 580 agents. «Nous allons perdre une trentaine d'emplois, ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour la commune bien sûr, mais aussi pour notre établissement. Totalement, nous allons perdre 45 000 heures de travail l'année prochaine».

Partager cet article

Repost 0

commentaires