Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2012 5 02 /11 /novembre /2012 10:23

Lors du comité central d'entreprises qui s'est tenu mardi après-midi au siège social à Courbevoie, la direction du groupe à l'occasion d'une réunion nécessitant deux ordres du jour, a confirmé en présence des représentants du personnel les menaces qui vont peser sur cette importante unité de la Pointe des Ardennes durant l'exercice 2013.

Concernant le projet de réduction des coûts des structures, il est désormais acquis que ce dispositif nécessitera la suppression de 72 postes de travail dans trois usines (Niederbrück en Alsace, Boisthoirel dans l'Orne et Givet) ainsi qu'au siège social et au centre de refendage de Besançon. Comme prévu, l'entreprise givetoise sera donc mise à contribution. «Douze emplois sont directement concernés chez nous. La mesure touchera des techniciens, des employés et des ingénieurs œuvrant actuellement au laboratoire, au service comptabilité et achats et au magasin-expéditions». La procédure est d'ores et déjà entamée et devrait normalement être applicable avant le 31 janvier 2013. Selon la direction générale, l'unité ardennaise devrait traverser ce plan de réorganisation sans aucun licenciement en trouvant une solution interne. Pour concrétiser cette mesure au cours du premier trimestre de la prochaine année, il serait fait appel aux départs volontaires ou à la retraite «maison».

Second point étudié lors de ce CCE et qui aura lui aussi des retombées négatives sur l'unité locale : la consultation sur le nouveau projet de partenariat entre l'unité de Niederbrück et le groupe espagnol Lafarga. Un accord qui va se faire au détriment de Givet. «Même si la direction générale nous assure une fois encore que ce dispositif n'aboutira à aucun licenciement ; il n'empêche que cet accord, une fois entré en vigueur, concernera tout de même environ quatorze salariés ardennais. Il y a donc matière à inquiétude et à rester vigilant». Consciente du danger, l'intersyndicale du groupe France a estimé qu'il fallait recourir à une étude du cabinet Syndex afin d'en savoir plus sur ce projet et l'avenir à court, moyen ou long terme du site de la périphérie de Givet.

Partager cet article
Repost0

commentaires