Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 13:25

Ils étaient une quarantaine de manifestants sur le perron de l’hôpital de Troyes, hier matin, à l'appel de FO, pour clamer leur exaspération face à la dégradation de leurs conditions de travail. Un seul mot d’ordre pour ces agents épuisés, inscrit en majuscule sur des banderoles : «Maintenant ça suffit !».

En cause, les restrictions budgétaires infligées à l’hôpital entraînant des réductions d’effectifs, des heures supplémentaires subies et non récupérables, des rappels sur les repos, des changements de planning et des non-remplacement de congés ou d’arrêts maladies.

Cristallisant la colère des grévistes, le nouveau rythme de l’alternance jour/nuit dont l’abandon définitif a été demandé par le syndicat. Alors que le personnel effectuait des gardes de 12 heures en alternant trois mois de jour puis un mois de nuit, il doit aujourd’hui alterner les gardes de jour et de nuit sur une semaine.

Une situation cocasse, l’absence d’un médecin du travail en poste au sein du centre hospitalier depuis mai 2013. La fonction est assurée par des médecins de ville agréés mais non spécialisés en médecine du travail, aux frais de l’hôpital.

Dans l’après-midi, c’est au Domaine de Nazareth que le syndicat a demandé à ses troupes de se mobiliser. Au 15 novembre dernier, cinquante-six agents étaient en arrêt sur les deux cents que compte la maison de retraite.Sans parler des heures supplémentaires. «Des heures non payées et qu’il est impossible de récupérer par manque d’effectif. On n’a plus de vie sociale, familiale ou affective, on se tue au travail et, en plus, on n’en retire aucune satisfaction car on ne peut pas travailler correctement. Parfois, le week-end, un aide-soignant est en charge de 90 patients, c’est une honte !».

Partager cet article

Repost0

commentaires