Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juin 2013 5 07 /06 /juin /2013 09:51

Pas moins d'une soixantaine de salariés disposant de CDD, dont la durée était comprise entre deux et quatre ans, ne se verront pas renouveler leurs contrats. Toutes les catégories de personnels sont touchées, les catégories C plus particulièrement, celles qui sont le moins diplômées.

«On nous annoncé il y a quelques semaines le chiffre de vingt-quatre suppressions de postes. Aujourd'hui nous en sommes à une soixantaine, on ne sait pas où va s'arrêter la saignée des agents non-titulaires de l'Urca (Université de Reims Champagne-Ardenne). Ces agents, l'Urca a su les trouver pour leur faire accomplir des tâches et exécuter des missions nécessaires au bon fonctionnement de l'établissement. Et aujourd'hui, on s'en débarrasserait ?».

Pourquoi ce non-renouvellement des contrats dès la rentrée prochaine ? La direction de l'université de Reims s'appuie sur une loi du 12 mars 2012, également appelée loi Sauvadet. Un texte relatif à «l'accès à la titularisation et à la valorisation des acquis professionnels». Ce texte de loi, adoptée en seconde lecture par le Sénat le 20 février a plusieurs objectifs. Il s’agit de «lutter contre la précarité dans la fonction publique», de mieux «encadrer des cas de recours aux agents contractuels», de faire «évoluer les dispositions relatives à l’égalité professionnelle homme/femme».
Sur le campus du Moulin de la Housse où 233 personnels sont des contractuels. Quatre-vingt-quatre sont en droit d’être «cédéisables». Et ce nouveau dispositif permettait ces titularisations. Mais la question soulevée par les représentants syndicaux est «Qui ne pourra pas être titularisé»? Réponse: les agents employés pour faire face à un besoin lié à un accroissement temporaire ou saisonnier d’activité, dans la mesure où ils ne rempliront pas les conditions de durée, leurs contrats ne pouvant être reconduits au-delà de deux ans.

En clair, les premiers visés seront les contrats courts qui sont recrutés par l’Urca lors des périodes d’inscriptions ou à l’issue des concours, les fameux «vacataires temporaires».

«On se dirige tout simplement vers une externalisation de certains services. Les locaux de pharmacie font d'ores et déjà appel à des sociétés de nettoyage et d'entretien extérieur. Jusqu'où va-on aller sur notre campus ?»

Partager cet article

Repost0

commentaires