Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 09:20

Dans son long rapport (542 pages…), l'ASN (autorité de sûreté nucléaire) formule des remarques générales à destination d'EDF au sujet de ses centrales nucléaires. «La rigueur des opérations de maintenance et d'exploitation au quotidien des centrales doit faire l'objet d'une vigilance particulière de la part d'EDF : ces sujets sont à l'origine d'un nombre trop important d'anomalies».

Lors de la présentation du rapport, le président de l'ASN, a déclaré qu'il y a eu «pendant une certaine période un manque d'investissements global, en termes de maintenance des centrales d'EDF, certainement pour partie responsable des indisponibilités et peut-être d'un certain nombre d'incidents». A l'inverse, l'ASN note notamment «positivement les efforts faits par EDF pour réformer ses plans d'urgence internes, ses programmes de maintenance et de remplacement des matériels».

Centrale de Chooz B«Les performances du site de Chooz concernant la sûreté nucléaire, la radioprotection, la maintenance et l'environnement rejoignent globalement l'appréciation générale de celles d'EDF». L'ASN estime que «le site de Chooz a régressé en matière de rigueur d'exploitation et note une recrudescence d'erreurs de lignages des installations et de planification des essais périodiques». Il est demandé une «attention particulière sur ces deux points en 2013» même si «le site n'a pas connu d'arrêt automatique de réacteur en 2012». L'ASN considère que «la maîtrise des activités de maintenance n'a pas suffisamment progressé». D'ailleurs, l'arrêt du réacteur 2 s'est prolongé «compte tenu des dégradations constatées sur la visserie interne des groupes motopompes primaires». En 2012, la centrale a déclaré 27 incidents à l'ASN, 22 au niveau 0 sur l'échelle INES (qui va jusqu'à 7) et cinq au niveau 1.

Le rapport de l'ASN évoque aussi la situation du chantier de Chooz A, le réacteur en cours de démantèlement depuis 1999. Elle indique que «les performances de l'exploitant sont correctes en matière de maîtrise du confinement et de radioprotection». Toutefois, il convient «d'améliorer la gestion des déchets et maintenir la vigilance sur la sécurité des activités de déconstruction et la propreté radiologique des installations». Après la dépose et la décontamination des générateurs de vapeurs en 2011 et 2012, la prochaine étape sera le démantèlement de la cuve. «A ce titre, EDF a déposé un dossier en 2011 que l'ASN instruit actuellement» indique le rapport sans préciser de délai.

«L'ASN poursuivra en 2013 l'instruction des réexamens de sûreté des réacteur du parc français et devrait notamment prendre position sur la poursuite d'exploitation des réacteurs de…». Les deux réacteurs de la centrale nucléaire de Chooz produiront-ils encore de l'électricité en 2014 ? «Nous sommes dans cette logique. La démarche sera bouclée cette année par cet acte formel qui sera accompagné de demandes et prescriptions» avance le chef de la division de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de Champagne-Ardenne et Picardie.

Centrale de NogentConcernant Nogent-sur-Seine, «L’ASN considère que les performances du site de Nogent-sur-Seine en matière de sûreté nucléaire, de radioprotection et de protection de l’environnement rejoignent globalement l’appréciation générale que l’ASN porte sur EDF.
Comme l’année précédente, le site ne progresse plus sur la rigueur d’exploitation. L’année 2012 a été marquée par des erreurs en matière de lignage de circuits ainsi que par une surveillance insuffisante lors du pilotage d’opérations d’exploitation spécifiques aux générateurs de vapeur. L’ASN estime que ce second point souligne la fragilité des moyens humains disponibles en salle de commande.
L’ASN considère que les performances du site en matière de maintenance, et plus spécifiquement en matière de surveillance des prestataires, sont en retrait par rapport à l’appréciation générale portée sur le parc d’EDF.
En matière d’environnement, l’ASN considère que le site réalise des progrès. Toutefois, la gestion des déchets reste perfectible».

OrflamSite civil pollué par la radioactivité, l'ancienne usine Orflam-Plast de Pargny-sur-Saulx a fabriqué des pierres à briquets par extraction du thorium contenu dans les minerais de monazite importés. Depuis début 2008, la réhabilitation du site, propriété de l'Etat, se poursuit. L'ASN indique dans son rapport que «comme les années antérieures, nous avons contribué à l'étude du traitement des pollutions radioactives historiques issues de l'exploitation de l'ancienne usine. Les opérations d'assainissement engagées depuis 2010 ont été poursuivies». Après la destruction d'un bâtiment administratif en novembre dernier, «la démolition de l'usine et l'aménagement de l'ouvrage de confinement des déchets produits sur le site de l'usine devraient débuter au printemps 2013 pour une durée d'un an». Ces travaux seront lancés d'ici la fin du mois selon la sous-préfecture de Vitry-le-François. De plus, en décembre dernier, «il a été décidé que deux zones contaminées situées entre la peupleraie et l'étang, deux zones aussi contaminées, feraient aussi l'objet d'un assainissement» indique l'ASN.

En ce qui concerne le stockage des déchets radioactifs, nous y reviendrons dans un autre article.


Partager cet article

Repost0

commentaires