Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 15:42

La principale offre de reprise de FagorBrandt est venue du groupe algérien Cevital, qui s’est dit prêt à reprendre 1 200 emplois sur 1 800, ce qui condamne deux usines françaises. Or l’une d’elle, située à La Roche-sur-Yon, en Vendée, et spécialisée dans les lave-linge et sèche-linge, intéresse vivement Selni. La PME de la Nièvre a proposé de reprendre 240 de ses 339 salariés. À une condition : que le principal repreneur de FagorBrandt continue de lui acheter ses moteurs. FagorBrandt était en effet un des principaux clients de Selni (13 % de son chiffre d’affaires, environ 800 000 moteurs).

Alors qu’on peine déjà à suivre la reprise d’Ardam Electrolux, et que l’usine revinoise est le théâtre de débrayages sur fond d’augmentations de salaires, l’annonce de mercredi a semé le doute. «Alors qu’on attendait une offre de reprise imminente de Selni, on n’imaginait pas que FagorBrandt s’écroulerait si vite. Du coup ça retarde notre reprise. On ignore si cette nouvelle donne va impacter Revin, mais c’est inquiétant. Selni peut très bien aller investir ailleurs».

Du côté de FagorBrandt, les syndicats ont annoncé qu’ils étaient favorables à un croisement entre les offres de Cevital et Selni, jugées complémentaires. Le tribunal rendra sa décision le 13 février.

À Revin, après avoir retardé de trois mois la date initiale de reprise, Selni doit en théorie prendre les commandes d’Ardam d’ici fin mars. L’entreprise est prête à conserver 180 salariés (sur 400). Environ 140 salariés pourraient partir en préretraite et 80 en départs volontaires ou négociés.

Partager cet article

Repost0

commentaires