Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 09:24

La réaction n'aura pas tardé. Au lendemain de la réunion d'information organisée par Force ouvrière (FO) Ardam, la CFDT et la CGT réagissent.

Si la CGT appelle à la mobilisation des salariés, c'est pour soutenir l'intersyndicale. Le seul point commun avec FO est d'avoir fait appel au même avocat. «Nous pouvons comprendre qu'à l'extérieur, FO ait sa position mais pas à l'intérieur de l'entreprise. Même si des divergences existent au sein de l'intersyndicale et c'est normal, nous échangeons, nous partageons et nous nous engueulons, ce qu'il doit ressortir, c'est du concret, du constructif pour les salariés. En aucun cas, nous ne remettons en cause l'intersyndicale et nous réaffirmons que nous sommes bien dans l'intersyndicale. Notre priorité, à la CGT, c'est la défense de l'emploi». «C'est facile de dire sur sept présents dans toutes les réunions, cinq sont dans un âge qui leur permet de rentrer dans le cadre de certaines mesures. Pour l'instant, ce n'est pas l'objet. Tant que nous n'aurons pas de garanties nécessaires sur le maintien de l'activité, nous ne discuterons pas de départs. Les deux doivent être négociées en même temps. Nous ne voyons pas l'intérêt individuel d'abord mais l'intérêt collectif. C'est facile de se manifester comme chevalier blanc et prétendre avoir du lourd».

Pour la CFDT, «Notre bagarre à nous, pour nous, la priorité, c'est l'emploi, pas le chèque. Si, à un moment ou un autre, nous estimons avoir besoin d'un avocat, nous sommes assez grands pour en solliciter un. Nous ne voulons pas que le site d'Electrolux finisse comme Porcher».

L'intersyndicale précise : «Au deuxième semestre, il y a 25 000 appareils qui devraient s'en aller, 60 000 l'année prochaine. Cela devrait s'accompagner de départs à la retraite ou volontaires. Nous en discuterons en septembre lors d'une table ronde avec la direction du groupe. Il y sera question aussi des repreneurs. Nous ne discuterons pas de départs tant que nous ne saurons pas ce qu'il adviendra pour l'activité revinoise. En attendant, notre prochaine échéance, c'est le 9 juillet à Bercy où aura lieu une réunion entre les syndicats et les pouvoirs publics pour se mettre en ordre de bataille, en vue de cette table ronde en septembre».

Et de conclure : «Légalement, l'intersyndicale, et elle seule, est représentative des salariés. Qu'il y ait une courtoisie de respecter le choix des urnes. Que les gens soient inquiets, c'est logique et nous ne voulons jeter la pierre à personne. Mais la majorité silencieuse sont des personnes qui ont besoin de travailler. Nous n'avons pas de double discours, un seul et c'est l'emploi».

Partager cet article

Repost0

commentaires