Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 16:16

La culture de la grève n'est pas dans les habitudes du personnel hospitalier. C'est même très rare. Sauf que cette fois-ci, le personnel de la maison de retraite du domaine de Nazareth, à Pont-Sainte-Marie, a voulu crier haut et fort son ras-le-bol et son mal-être par un mouvement de grève. Intensification importante du travail liée à la rationalisation des effectifs, non-remplacement des congés maternité et maladie, rappels réguliers sur les jours de repos… les motifs ne manquaient pas et sont nombreux. Ce qui explique que le mouvement ait été suivi par quasiment l'intégralité des 188 salariés ratachés au centre hospitalier de Troyes.

Le gros point noir dénoncé par l'ensemble des grévistes, c'est le non-remplacement des congés maternité, maladie et des accidents du travail. Au total, huit postes ne seraient pas remplacés, ce qui fait un poste par service. Les semaines de 60 heures ne sont pas rares, l'enchaînement de trois, voire quatre jours de travail (à raison de 12 heures par jour) existe également, ce qui conduit à un épuisement physique du personnel. La dégradation de la prise en charge des patients est également pointée du doigt. Les agents dénoncent une politique du rendement.

Pour assurer le remplacement du personnel qui s'était déclaré gréviste, soit 96 % des 188 employés, la direction a réquisitionné 88 personnes sur deux jours (chiffre rendu possible par la présence d'équipes de jour et de nuit) et en repos, en envoyant des courriers pour les informer qu'ils pourraient être amenés à effectuer des remplacements du personnel gréviste en cas de besoin. Une grande première dans un secteur de la santé ou le nombre d'arrêts maladie est en progression constante.

Partager cet article

Repost0

commentaires