Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2013 3 27 /02 /février /2013 11:18

Hopital-Hison-20130226.jpgLa CGT des hospitaliers d'Hirson a réuni hier après-midi, quelque 200 personnes devant l'hôpital Brisset, et parmi lesquelles on dénombrait des élus, des conseillers généraux et régionaux et un député.

Les hospitaliers ne craignent pas seulement de perdre leur laboratoire, mais avec celui-ci, d'autres services, tels que les urgences ou la radiologie. Et ce, après, la fermeture de la maternité et de la chirurgie en 2006.

«Nous voici tous réunis au chevet de ce malade qu'est l'hôpital Brisset, atteint de la terrible épidémie «Economicus Rentabilitus […]. Le seul traitement appliqué par nos directeurs est l'amputation ! Voyez les anciens blocs opératoires, fermés depuis 2006, démontés en 2012 et totalement à l'abandon car le projet d'y installer le SSR est stoppé par le directeur. Plus de 600 mètres carrés… C'est la même configuration pour les anciens locaux des urgences, à l'abandon également. Dans ce contexte, nous ne voulons bien évidemment pas voir les 400 mètres carrés du laboratoire se transformer en ruine. Aujourd'hui, la roue de l'infortune s'arrête sur la case laboratoire. En bradant ce service au privé, c'est la qualité de la prise en charge des patients qu'il condamne».

Pour le président de la commission médicale d'établissement, «Nous avons mis en place deux pôles à l'hôpital d'Hirson : l'activité clinique qui comprend les services d'addictologie, de soins de suite et l'hôpital de jour et l'activité médico-technique, qui rassemble le SMUR, la radiologie et le laboratoire notamment. Si on touche aujourd'hui au laboratoire, ce sont l'ensemble des services qui y sont rattachés, tels que les urgences, qui sont mis en danger. [...] Hirson est le parent pauvre du management de la communauté hospitalière de Thiérache (hôpitaux d'Hirson, de Fourmies et du Nouvion). Le mode de fonctionnement purement comptable. Ce service dépense 1,2 million d'euros, mais ses recettes s'élèvent à 600 000 euros. Faites le calcul. Il coûte 600 000 euros au final pour fournir un service qui a obtenu récemment une qualification bio attestant de son exigence de qualité. Une logique comptable n'est pas suffisante pour un hôpital».

Le prochain conseil de surveillance se réunira le 22 mars. Une délégation du centre hospitalier se rendra enfin devant l'Agence régionale de la santé afin de lui soumettre huit points essentiels qui définissent le projet médical. Parmi lesquels le maintien du laboratoire d'Hirson.

Les salariés espèrent, eux, qu'ils ne trinqueront pas.

Partager cet article

Repost0

commentaires