Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2013 7 03 /02 /février /2013 12:09

CHOOZ-B1.jpgDepuis hier, la centrale de Chooz n'est surplombée «que» par une unique colonne de vapeur. Si la seconde n'est plus visible, c'est simplement en raison de l'arrêt, ce samedi, du réacteur n° 1.

Si l'unité en question ne fabrique plus le moindre watt, c'est à la suite d'une opération planifiée de longue date, appelée, dans le jargon, ASR (Arrêt simple rechargement). Il s'agit de renouveler une partie de l'uranium utilisé en tant que combustible. Un processus qu'il convient de réaliser «tous les seize à dix-huit mois».

EDF profitera aussi de cette période d'arrêt pour remplacer, «par mesure de précaution», les vis des quatre pompes du circuit primaire car, l'an passé, quelques-unes de ces pièces avaient fait l'objet d'anomalies sur l'unité de production n° 2.

Entre 1 000 et 1 500 intervenants extérieurs sont attendus, en plus des 750 agents EDF qui œuvrent en permanence sur le site.

Conséquence directe de ce «travail supplémentaire» : l'opération devrait durer plus longtemps que les trente jours habituellement nécessaires. La date de redémarrage n'a pas été communiquée.

L'arrêt de tranche qui a débuté, hier, ne sera pas le seul effectué à Chooz en 2013. Une opération similaire est prévue en août sur l'unité n°2. Dans l'intervalle, la centrale recevra la visite, en juin, d'experts de l'Osart (Operational safety review team), un service de l'AIEA (Agence internationale de l'énergie nucléaire). Ils seront de passage plusieurs semaines, afin de réaliser un audit complet des installations. Objectif de la démarche ? Comparer les pratiques calcéennes avec ce qui se fait de mieux au niveau mondial.


Partager cet article

Repost0

commentaires