Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 20:07

Le tribunal de commerce de Meaux est allé dans le sens des requérants, à savoir la ville de Bar-sur-Aube et la communauté de communes qui souhaitent racheter une partie des actifs (les machines) des quatre sociétés de Cauval, le tout pour une valeur de 100 000 €.

Le 25 mars, lors d'une audience au tribunal de commerce de Meaux, le ministère public avait refusé que, par dérogation exceptionnelle, les deux fabricants de canapé du groupe (Atmosphères Interiors, dans l'Aube, et Confort et Systèmes, dans l'Aveyron) puissent être repris au sein même de la holding avec des effectifs réduits.

En l'absence d'autres offres de reprise, la liquidation des deux entreprises devait être prononcée formellement le 8 avril.

Le groupe Cauval, numéro un français du meuble, qui possède les marques de matelas Simmons, Dunlopillo, Treca, Pirelli, a dégagé un chiffre d'affaires de 420 millions d'euros en 2012, en baisse de 12% en raison notamment des difficultés de l'activité canapés.

"Nous allons consulter le ministère du Redressement productif et le conseil régional pour finaliser financièrement et juridiquement ce projet qui sauverait nos emplois" a déclaré le Maire de Bar-sur-Aube.

En début d'après midi, près de 300 personnes --principalement des salariés d'Atmosphères Interiors-- étaient rassemblées devant la sous-préfecture de Bar-sur-Aube où se tenait une réunion entre les autorités préfectorales, les élus et le vice-président de Cauval Industries.

La communauté de communes va pouvoir racheter une partie des actifs de quatre sociétés de Cauval, dont Atmosphères Interiors, pour 100 000 € et conclure un contrat de location-vente d'une durée de trois ans. Le loyer annuel sera de 35 000 €, et Cauval pourra redevenir propriétaire des actifs pour la somme de 10 000 € au terme du contrat.

En contrepartie, le vice-PDG de Cauval s'est engagé à déposer une caution de 115 000 € et à maintenir les emplois pendant trois ans sur le site de Bar-sur-Aube qui sera devenu un établissement secondaire de la société Diva, installée près de Roanne.

Partager cet article

Repost0

commentaires