Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 10:50

SPE-juin-2012.jpgPour le président, la directrice et les cadres de la société protectrice de l'enfance (SPE), qui gère les crèches de Reims, tout va enfin à nouveau bien, ou presque.

Pour les employés, c'est moins net. Mercredi en fin de journée, ils étaient une petite trentaine à manifester devant la maison des associations où devait se tenir l'assemblée générale de la SPE. «On a fait circuler une pétition. 60 % des salariés ont signé. On veut dénoncer des conditions de travail qui se dégradent». Depuis que l'association est aux normes, les méthodes de travail ont changé dans les crèches avec un taux de remplissage qui monte d'année en année : maintenant, dès qu'il manque un enfant, il est remplacé. Il est arrivé qu'on se retrouve seul avec sept bébés ou avec dix enfants. La charge de travail a augmenté mais pas la reconnaissance. De plus, le décret de Nadine Morano qui est appliqué, permet de recruter du personnel moins qualifié qui travaille à mi-temps. Nous devons en permanence nous adapter au détriment de la qualité du travail». Le tout avec des salaires qui n'évoluent pas : «Il serait normal de compenser cette surcharge de travail mais ce n'est pas le cas pour l'instant». Pour la direction, il y a eu vingt-trois embauches en l'espace de deux ans.

La SPE affiche pour l'année à venir un déficit conséquent : «Il nous manque 180 000 euros. Notre retour à l'équilibre est prévu pour 2015». Une sortie du rouge que l'association devra notamment à l'aide de la Ville : «Elle nous alloue 200 000 euros de plus».

Partager cet article

Repost0

commentaires