Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2013 7 29 /09 /septembre /2013 10:16

Le patron du fabricant japonais de machines outils Amada a sévèrement critiqué vendredi les conditions de travail en France au moment même où il s'apprêtait à inaugurer son siège européen près de Paris en présence de deux ministres.

"Entre les 35 heures, les salaires et les prélèvement sociaux particulièrement élevés, l'environnement de travail n'est pas favorable à l'investissement alors que la main d'oeuvre représente une part significative de nos coûts".

Le groupe est installé depuis près de 40 ans (1965) en France mais "à dire vrai, aujourd'hui, s'il s'agissait d'investir pour la première fois en France, nous y réfléchirons à deux fois".

Dans le même temps, il annonçait un investissement de 40 millions d'euro pour ses 3 entreprises installées en France, dont une à Charleville-Mézières.

"Si nous investissons en France, depuis plus de 20 ans, c'est que nous sommes convaincus de l'excellence industrielle de votre pays. Ici en France, les technologies, le personnel et le marché existant en sont les atouts majeurs. La position géographique de la France et la qualité des infrastructures font parties des atouts de votre pays".

Dans les Ardennes et sur le site industriel de Mohon, qui produit des poinçonneuses, on évoque la possible création de cinquante emplois. Amada a déjà dressé le profil des postes recherchés : il s'agira essentiellement de soudeurs, de mécaniciens, d'usineurs ou encore de personnels administratifs.

Pour le groupe nippon, le site carolo, qui a dégagé un chiffre d'affaires de 77 millions d'euros en 2012, est stratégique. Niché au fond de la zone industrielle de Mohon, il s'étendra prochainement aux anciens entrepôts Perrin tout proches. L'entreprise souhaite entre autres y installer de nouvelles machines de découpe laser.

Partager cet article

Repost0

commentaires