Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 11:14

Dans les enquêtes respectives concernant l’activité des entreprises dans l’ensemble de la région Champagne-Ardenne – et plus spécifiquement dans le département de l’Aube –, menée conjointement par la Banque de France et par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Aube, il apparaît que 2014 pourrait être enfin l’année de la reprise. Une reprise timide voire «poussive» mais palpable avec de nombreux signes encourageants à noter. Les investissements devraient reprendre de façon modérée, le chômage se stabiliser et la consommation enregistrer un léger rebond.

Au niveau de la région, l’enquête réalisée par la Banque de France auprès de 600 entreprises (assurant l’emploi de 60 00 salariés) fait ressortir, tous secteurs confondus, une diminution des chiffres pour 2013 plus forte que celle anticipée à la même époque en 2012. La situation de l’industrie s’est beaucoup dégradée, plus que prévu. Seul le secteur de l’industrie agroalimentaire s’en sort bien. Le BTP (Bâtiment et travaux publics) qui avait connu un repli en 2012 s’est stabilisé en 2013. Le transport de marchandises devrait également repartir doucement.

Au niveau du département de l’Aube, on note la même tendance qu’en région. C’est donc bien une reprise d’activité qui est anticipée pour l’ensemble de 2014 sans toutefois qu’elle s’accompagne d’une reprise de l’emploi. Quant au politique investissements, elles restent elles aussi encore incertaines. Ces deux derniers points empêchent donc que l’optimisme absolu soit de mise. «Sur l’industrie auboise on constate un rebond, de l’espoir mais pas encore la confiance. Le bilan d’activité apparaît très mitigé. Si quelques signes encourageants sont à noter avec notamment une tenue globale de la sphère industrielle inespérée il y a encore quelques mois, beaucoup de facteurs freinent tout optimisme.»

Deux bonnes «surprises» en 2013 : le secteur «Bois» qui progresse en effectifs, production et chiffre d’affaires et «Service aux entreprises», secteur  qui a beaucoup recours à l’intérim, mais affiche néanmoins une masse salariale de presque 14 000 salariés.

L’industrie agroalimentaire devrait repartir à la hausse, tout comme le caoutchouc. Par contre le constat est beaucoup moins bon concernant la métallurgie, le textile et le commerce (gros et détail) qui s’installent dans la grande stagnation voire la morosité, notamment le commerce de détail. Des secteurs à observer, étant donné leur masse salariale importante (5 000 salariés en métallurgie, 3 900 dans le commerce de gros et 9 400 dans le commerce de détail).

«Un petit nouveau» vient de faire son apparition : les services aux particuliers. «C’est un énorme secteur qui est en train de se structurer. Il a fait un bon 2e semestre 2013 mais il faudra attendre 2014 pour voir si c’est un secteur porteur.»

Partager cet article

Repost0

commentaires