Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 12:26

Cauval 20130327Une salle pleine à craquer, des conseillers municipaux quasiment tous présents autour de la table. La réunion du conseil municipal de Bar-sur-Aube d'hier soir n'avait rien d'ordinaire. Un seul point était à l'ordre du jour : la situation des sociétés baralbines du groupe Cauval.

«Les élus sont réunis ici pour confirmer ou infirmer le fait que la Ville se positionne pour racheter les actifs de la société Atmopsheres Interiors et une partie des actifs de Confort et Systemes à Sévérac-le-Château en Aveyron pour 100 000 €. Une somme que remboursera ensuite Cauval sous forme de loyers», a introduit le maire. Le rachat, notamment des machines, pourrait permettre de sauvegarder plus de cent emplois.

«Personne ne s'opposera à un projet qui peut sauver des emplois mais cela ne doit pas être fait à la légère. Il vous appartient de prendre toutes les garanties vis-à-vis de Gilles Silberman pour un projet blindé qui préserve les intérêts de la ville et des salariés», a indiqué un conseiller municipal d'opposition.

Assurant vouloir rester attentifs à la viabilité du projet industriel présenté par le vice-P-DG Gilles Silberman, les conseillers ont tout de même voté à l'unanimité l'envoi d'une lettre d'intention de rachat des actifs des deux sociétés au président du Tribunal de commerce de Meaux.

Une lettre que le maire de Bar-sur-Aube n'a pas signée seul. La communauté de communes de la région de Bar-sur-Aube est, elle aussi, entrée dans la danse. Appuyée par le préfet de l'Aube, la CCRB va prendre à sa charge le coût de la moitié du rachat, soit 50 000 €.

De leur côté, les représentants des salariés étaient réunis hier pour négocier les modalités du plan social d’Atmosphères Interiors. Sur les 191 salariés, 110 pourraient conserver leurs emplois. Les cinquante premiers dans le cadre de la création, sur le site de Bar, d’un établissement secondaire de la société Diva, située à Roanne et intégrée au groupe Cauval Industries. Cinquante autres salariés pourraient être reclassés pour poursuivre l’activité de Confort et Systèmes de Séverac-le-Château. Ils pourraient dans ce cadre, récupérer des matériaux de l’usine Aveyronnaise.

Ces emplois sont conditionnés à l’achat des machines par la Ville de Bar-sur-Aube et la CCRB devant le tribunal de commerce pour 100000 euros : «À ces 100 emplois s’ajoutent 10 autres reclassement que nous avons négocié» souligne la CGT.

Au final, il y aurait donc 66 licenciements secs et 25 départs volontaires. «Gilles Silberman s’est engagé à ce que les 110 emplois soient maintenus pour au moins trois ans». Une promesse à remettre en perspective avec les interrogations de certains élus sur la santé de la société Diva.

Partager cet article

Repost0

commentaires