Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2016 1 25 /01 /janvier /2016 20:37
20160125 Situation à Calais et procès NDdL

La contradiction dans laquelle s’est enfermé le gouvernement est de vouloir inciter les exilé-e-s à demander l’asile en France, tout en leur montrant par tous les moyens qu’ils et elles n’y sont pas les bienvenu-e-s.

Le 8 janvier la préfète du Pas-de-Calais a intimé aux habitant-e-s du bidonville de déguerpir d’une bande de 100 mètres le long de la rocade menant au port et de la route de Gravelines. Le 19 janvier, un arrêté pris au nom de l’état d’urgence est venu donner une base juridique à l’expulsion des récalcitrants. Les travaux de terrassement ont commencé pour transformer cette bande de 100 mètres en «no-mans-land», pour reprendre le terme des autorités.

Au moment de la dispersion de la manif du 23 janvier, un groupe d’exilés, principalement afghans, a décidé de ravir la vedette à la manifestation. Ils ont passé le cordon de police à deux ou trois cents, l’ont dérouté en prenant des chemins de traverse, et sont allés vers le port. Une grosse cinquantaine d’entre eux sont entrés, les autres ont été refoulés vers le bidonville, mais cette grosse cinquantaine a réussi à monter sur un ferry, l’opportunément nommé «Spirit of Britain». Huit personnes, six exilés et deux soutiens, sont poursuivies et passent en comparution immédiate ce lundi, tandis que trois militantes ont été placées en rétention pour être expulsées vers l’Italie. Le procès est reporté au 22 février, les six exilés restant en préventive jusqu’à cette.date.

Le tribunal de Nantes s'est prononcé ce lundi sur les expulsions de paysans et habitants de la zone de construction du futur aéroport Notre-Dame-des-Landes.

Le juge s'est appuyé sur la convention européenne des droits de l'homme pour accorder un délai de deux mois à certains des propriétaires et familles de Notre-Dame-des-Landes. Ce délai concerne tous les expulsés dont l'habitation est située dans la zone d'aménagement de Notre-Dame-des-Landes.

«À ce jour, ils ne sont pas expulsables. Ils peuvent rester chez eux». Le délai court à partir d'aujourd'hui 25 janvier. L'expulsion pourra intervenir dès le 26 mars.

Partager cet article

Repost 0
Published by lechatnoir51 - dans Radio
commenter cet article

commentaires