Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 12:23

On le connaît pour ses marques de sucre Daddy, Truvia et Erstein. Le groupe coopératif français Cristal Union (1,8 milliard d’euros de chiffre d’affaires) est le 4ème transformateur de betteraves de l´Union Européenne, 2ème groupe sucrier français. Il possède 10 sites en France et emploie 2 000 salariés. Son siège vient d’être transféré de Bazancourt à Reims.

Tereos est un groupe coopératif sucrier français de dimension internationale, né en 2002 de la fusion de Béghin-Say et de l’Union des sucreries et distilleries agricoles (Union SDA). Tereos réalise 4,3 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Sa dette atteint 2 milliards d’euros. C’est le 3ème groupe sucrier mondial, 1er groupe sucrier français et 2ème groupe sucrier brésilien. Il possède une quarantaine de sites dans le monde et emploie 24 000 salariés. Son siège vient d’être transféré d’Origny-Sainte-Benoite à Lille.

Face à la chute du prix mondial du sucre et la fin programmée des quotas en Europe, Tereos a tenté en ce début d’année une fusion avec Cristal Union, fusion rejetée par cette dernière.

Toutes 2 s’intéressent aux bioplastiques. Un secteur dont le potentiel est estimé à 100 milliards de dollars (91 milliards d’euros) par les experts.

Après avoir créé BN-One avec Global Bioenergies pour la création d’une usine d’une capacité de 50 000 tonnes produisant de l’isobutène, usine dont le coût n’est pas encore chiffré et qui pourrait être opérationnelle dès 2018, Cristal Union va investir 70 millions d’euros aux côtés de la société de recherche italienne Bio-on S.p.A pour construire en France la première usine au monde dédiée à la production de polyhydroxyalcanoates (PHA). Issus des déchets de produits agricoles, en l’occurrence la betterave, ces biopolymères seraient capables de se substituer aux polymères traditionnels, obtenus actuellement avec des procédés pétrochimiques à base d’hydrocarbures. Ils présentent «les mêmes propriétés thermomécaniques, et présentent l’avantage d’être entièrement biodégradables de façon naturelle», assure Bio-on S.p.A, qui les a mis au point. La future usine devrait être construite sur le site d’une distillerie de Cristal Union, employer 50 opérateurs et produire 5 000 à 10 000 tonnes de PHA par an. 5 000 tonnes de bioplastiques correspondent à 20 000 tonnes de sucre ou 150 000 tonnes de betteraves, soit la production d’environ 1 500 hectares. La nouvelle unité se situera sur le site d’une sucrerie distillerie : Toury, Arcis-sur-Aube ou Bazancourt. Elle emploiera 50 personnes.

Tereos convoite lui aussi le marché des bioplastiques. Le groupe sucrier a signé un accord de partenariat exclusif avec la biotech néerlandaise Avantium qui devrait aboutir à la création d’une usine sur le site de biocarburants de Lillebonne (Seine Maritime) dont la mise en service est prévue à l’horizon 2017-2018. Avantium a breveté une technologie unique, baptisée «YXY», concernant la fabrication de polyéthylène-furanoate (PEF), un bioplastique issu des résidus agricoles, de grains ou de plantes.

Partager cet article

Repost0

commentaires